Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Imagination › Gemstones

Deep Imagination › Gemstones

  • 2008 • SynGate CD-R 2126 • 2 CD

13 titres - 81:49 min

  • 1 Planetary System 8:15
  • 2 Sunscape (live version) 7:35
  • 3 Colourscape (live version) 5:57
  • 4 Mountainscape (live version) 5:00
  • 5 New Horizon
  • medley (live version) 8:53
  • 6 Moonscape (desert version) 5:18
  • 7 Mindscape (remind version) 4:25
  • 8 Gemstones Part 1 (Genesis) 3:33
  • 9 Gemstones Part 2 (Growth) 4:50
  • 10 Gemstones Part 3 (Continuance) 6:41
  • DVD 21:19
  • Colourscape et Mountainscape Satzvey Castle 2005

enregistrement

Titres 1,7,8,9 et 10 sont du matériel original et enregistrés en 2007 Titres 2et 5 ont été enregistré en concert au EM-Breakfast, Düsseldorf, 11-12-05 Titres 3 et 4 ont été enregistré en concert au Satzvey Castle 16-04-05 New Horizon est un medley de New Horizon en 2005 Titres 6 et 7 sont des versions remixes de Scapes

line up

Thorsten Sudler-Mainz: Claviers, synths et programation Thorsten Rentsch : Guitares , basses, claviers et percussions Stefan Höllering : Saxophones sur 3,4,5,8,9 et 10

remarques

our entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.art-of-infinity.com/Deep_Imagination/deep_imagination.html

chronique

Deep Imagination est le complément musical de Art of Infinity du duo Allemand Thorsten Sudler-Mainz et Thorsten Rentsch. Si Art of Infinity offre une musique ambiante et spatiale, avec une approche plus progressive, Deep Imagination est plus électronique mais conserve tout de même ce noyau progressif qui le démarque d’une MÉ conventionnelle. Comme 2ième opus Gemstones, propose un recueil de titres en concert et des remixes du 1er CD, Scapes paru en 2005 ainsi que 2 nouveaux titres (Planetary System et Gemstones) qui rétrécit la barrière des styles entre les 2 projets du duo Sudler-Mainz et Rentsch.
Une lourde réverbération se fragmente en pulsations électroniques séquencées, initiant un tempo échotique aux secousses finement syncopées. Derrière une structure bigarrée et très électronique, Planetary System réussi à dégager une approche mélodieuse errante dans un cosmos zombiesque, nappé d’un synthé aux notes cristallines qui serpente harmonieusement un univers sombre et létal.
Avec Sunscape nous plongeons dans l’univers planant de Scapes. Le mouvement flotte sur des pulsations basses et un synthé à la dérive qui nous enveloppe d’une atmosphère vaporeuse. Flirtant avec une ère psychédélique, les prismes musicaux scintillent sur des percussions aléatoires. Colourscape offre un rythme séquentiel nerveux qui dévie sur une structure plus aérée, voire funky, avant de conclure sur une phase plus ambiante, où les ondes d’un synthé flottant croisent un saxophone solitaire aux souffles éthérés. Cette douce mouvance romanesque se poursuit avec le superbe Mountainscape. Un titre dense et enveloppant qui valse délicatement sur un synthé harmonieux qui pleure sur des accords d’une sensibilité mélancolique. De la musique spatiale touchante dont les souffles nostalgiques trempent dans une atmosphère très près de Pink Floyd sur Wish you Where Here, tout comme Moonscape et Mindscape. Tout simplement beau.
L’introduction de New Horizon offre cette même structure, sauf que le titre s’anime en 2ième portion avec de fines pulsations échotiques et de bonnes percussions qui martèlent un tempo sensuel.
Gemstones démarre sous un lourd croassement électronique dont les réverbérations meurent dans une ambiance caverneuse. Des pulsations séquencées animent cet étrange monde souterrain aux sonorités stalactites. Du rythme hypnotique sans harmonies, qui modifie son approche mélodieuse avec l’arrivée de la 2ième partie. Chœurs souples, séquences fluides et plus limpides ceinturées d’un synthé circulaire et d’un saxophone solitaire. Nous nageons dans le monde harmonieusement froid de Robert Schroëder. La 3ième partie nuance son approche mélodieuse afin de se terrer graduellement dans une sphère ambiante, où tout converge vers un univers hétéroclite et atonique sur des synthés mellotronnés vaporeux et mystérieux.
Je dois admettre que Gemstones n’est pas un opus facile. C’est une œuvre progressive qui demande quelques écoutes et chacune d’entre elles ressort un passage jadis incompris, signe d’un album qui grouille de belles surprises. Un bon album de MÉ progressive où la mélodie enchante les atmosphères nébuleuses. Gemstones vient aussi avec un court DVD d’une 20aine de minutes, présentant une superbe version animée d’une vie psychédélique de Planetary System et un extrait du groupe en concert (Colourscape et Mountainscape) au Satzvey Castle en 2005.

note       Publiée le jeudi 27 mars 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gemstones".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gemstones".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gemstones".