Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFleurety › Department Of Apocalyptic Affairs

Fleurety › Department Of Apocalyptic Affairs

8 titres - 49:32 min

  • 01/ Exterminators
  • 02/ Face In A Fever
  • 03/ Shotgun Blast
  • 04/ Fingerprint
  • 05/ Facets 2.0
  • 06/ Last Minute Lies
  • 07/ Barb Wire Smile (Snap Ant version)
  • 08/ Face In A Fever (Nordgaren Edit)

enregistrement

Produced by Fleurety and G. Playa (aka Garm), production assistance by Bogus. Recorded by Knut Magne Valle and G. Playa in Jester Studio Aug. 1998.

line up

Svein Egil Hatlevik, Alexander Nordgaren

Musiciens additionnels : Carl Michael Eide (batterie [5]), Karianne Horn (voix [1-4]), Maniac (voix [3]), Heidi Gjermundsen (voix [5-7]), Vilde Lockert (voix [6]), G. Playa (voix [6]), Knut Magne Valle (guitare [1]), Carl August Tidemann (guitare [2, 4]), Hellhammer (batterie [1]), Per Amund Solberg (basse [1-6]), Einar Sjursø (batterie [2]), Mari Solberg (saxophone [1,2,5,7]), Sverd (synthétiseur [2]), Tore Ylwizaker (ordinateur [3,4,6]), James Morgan (remix [7], ordinateur)

remarques

Cet album voit un nombre très impressionnant d'invités prestigieux de toute la scène black / avant-gardiste norvégienne participer. Entre autres : Hellhammer & Maniac (Mayhem, etc), Knut & Sverd (Arcturus), Garm & Tore Ylvisaker (Ulver), Carl-Michael Eide (Ved Buens Ende, Aura Noir, etc), Einar Sjursø (Virus, Beyond Dawn, etc).

chronique

Styles
avant garde
metal
ovni inclassable
progressif
jazz
Styles personnels
avant-garde metal grandiose et ovniesque

Après avoir fait ses débuts avec "Min Tid Skal Komme", album de black assez bizarroïde extrêmement retors, puis après avoir développé encore plus cet aspect avant-gardiste dans l’excellent MCD qui suivra, "Last Minute Lies", Fleurety nous livre ici son chef-d’œuvre incontestable. Continuant son évolution constante vers quelque chose de toujours plus expérimental, la musique d’Alexander Nordgaren (ex-Mayhem) et de Svein Egil Hatlevik (plus connu sous le nom de Zweizz, et officiant encore à l'époque dans Dodheimsgard) n’a plus rien de black metal, exception faite de la guest-list ultra impressionnante et des riffs dissonants de Nordgaren, s’inscrivant dans la lignée de leurs contemporains avant-gardistes norvégiens (Arcturus, VBE et compagnie) : complexes, Voivodiens, frissonnants, aphrodisiaques. D’ailleurs, impossible de vraiment coller une étiquette bien précise sur le style de "Department of Apocalyptic Affairs" : nous placerons donc ça dans le très utilisé et fourre-tout metal avant-gardiste – le terme n’est ici pas usurpé, tant cette galette est unique et folle. Là où certains n’y verront qu’un collage informe de titres n’ayant rien à voir les uns avec les autres, d’autres prendront leur courage à deux mains, essaieront d’appréhender l’album dans sa globalité, et s’apercevront qu’à l’instar d’un "Disco Volante", cette masse bouillonnante a un véritable fil conducteur et provoque très vite une délicieuse addiction. D’ailleurs ils n’auront pas à beaucoup se forcer, car malgré son indéniable complexité, "Department…" sait rester accrocheur, comme nous le prouve d’entrée de jeu "Exterminators", titre jazzy à l’ambiance légère presque fun et à la section rythmique dantesque – basse fretless virevoltante et Hellhammer derrière les fûts. Ou encore "Shotgun Blast", ultra entêtant et industriel, avec un Maniac au chant commençant ici les (légères) expérimentations vocalistiques que nous retrouverons plus tard dans "Grand Declaration Of War" de Mayhem ; "Facets 2.0", remaniement du titre au même nom de l’EP précédent avec le grandiose Carl-Michael Eide à la batterie ; "Last Minute Lies", lancinant, électronique, dissonant, avec l’apparition de Garm au micro… Il serait long et inutile de décrire un album aussi riche : de plus, cela vous gâcherait le plaisir de la découverte. Chaque titre (à l’exception faite du dernier, inutile remaniement de "Face In A Fever") est une expérience unique en son genre. L’ambiance générale se fait vraiment légère, presque enivrante, et assez méditative, ceci étant accentué par la sublime et très présente voix claire de Karianne Horn (à son apogée sur le trip-hop et jazzy "Barb Wire Smile") et les arrangements électroniques de Svein Egil Hatlevik, très différents de ce qu’il pourra proposer par la suite dans "666 International" de DHG ou dans son projet solo Zweizz – rien de furieux, rien de malsain : juste de l’acide, du jazzy, du planant, même si son style reste largement reconnaissable (on retrouve une certaine prédisposition pour le gros beat et le piano Erik Satien, par exemple). Conclusion : album majeur et indispensable de toute cette scène avant-gardiste norvégienne, harmoniquement divin, extrêmement ambitieux et décousu tout en étant paradoxalement et néanmoins totalement réussi et captivant.

note       Publiée le dimanche 1 avril 2007

partagez 'Department Of Apocalyptic Affairs' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Department Of Apocalyptic Affairs"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Department Of Apocalyptic Affairs".

ajoutez une note sur : "Department Of Apocalyptic Affairs"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Department Of Apocalyptic Affairs".

ajoutez un commentaire sur : "Department Of Apocalyptic Affairs"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Department Of Apocalyptic Affairs".

The Gloth › jeudi 23 juin 2011 - 16:57  message privé !

Finalement c'est pas mal du tout, quand on l'écoute avec attention. ça me fait penser à Rush par moments.

The Gloth › jeudi 18 février 2010 - 13:43  message privé !

Hé ben... autant je trouve "Min Tid Skal Komme" excellent, autant cet album-ci me paraît vide, répétitif et chiant.

empreznor › samedi 11 octobre 2008 - 00:48  message privé !

eh bien tiens, la coincidence d'avoir ecouté le dernier Portishead, et ce Fleurety (Barb wire Smile!!!) le meme jour rend evidente la convergence des résultats: on tient là deux ovnis glacés, le coté trip-hot et le coté métal. Aller chercher Disco Volante, oui pourquoi pas, en tout cas j'ai eu la meme suite de réactions avec Disco V. et DoAA, d'abord la répulsion et ensuite la révélation. Ca y est, je suis converti.

Note donnée au disque :       
Spektr › samedi 9 août 2008 - 11:39  message privé !
Pour moi ça reste bel et bien un poisson d'avril cet album...
Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 8 août 2008 - 19:06  message privé !
Non, mais quand je voyais, la pochette, les styles musicaux, et que la chro fut pondue le 1er avril, j'ai eu des doutes...