Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJudas Priest › Epitaph

Judas Priest › Epitaph

dvd | 23 titres | 142:30 min

  • 1 Battle hymn
  • 2 Rapid fire
  • 3 Metal gods
  • 4 Heading out to the highway
  • 5 Judas rising
  • 6 Starbreaker
  • 7 Victim of changes
  • 8 Never satisfied
  • 9 Diamonds and rust [reprise de Joan Baez]
  • 10 Prophecy
  • 11 Night crawler
  • 12 Turbo lover
  • 13 Beyond the realms of death
  • 14 The sentinel
  • 15 Blood red skies
  • 16 The green manalishi [reprise de Fleetwood Mac]
  • 17 Breaking the law
  • 18 Painkiller
  • 19 The hellion
  • 20 Electric eye
  • 21 Hell bent for leather
  • 22 You've got another thing comin'
  • 23 Living after midnight

enregistrement

Enregistré live le 26 mai 2012 à l'Hammersmith Apollo de Londres.

line up

Rob Halford (chant), Glenn Tipton (guitare), Richie Faulkner (guitare), Ian Hill (batterie), Scott Travis (batterie)

chronique

Styles
metal
heavy metal
Styles personnels
metal gods !

En décembre 2010, la nouvelle est tombée, Judas Priest va effectuer sa tournée d'adieu, l'"Epitaph World Tour". Bien qu'il ne s'agisse pas (encore) de la retraite définitive du groupe, ça fait un peu un départ en pré-retraite quand même. Le groupe précise bien qu'il continuera à composer et sortir des albums (a priori), qu'ils feront ponctuellement (disent-ils) quelques concerts, mais concernant les tournées de grande envergure et de promotion d'albums, il s'agit de la dernière ! Si on lit entre les lignes, le groupe est usé de toutes ces tournées sans fin et surtout, les musiciens, qui dépassent maintenant la soixantaine, sont fatigués. Ayant vu le groupe en concert en 2009, les vocaux d'Halford faisaient mal à entendre, le live "A touch of evil - Live", sorti la même année, confortait cette impression. Le Metal God n'y arrivait plus. Cependant, pour clôturer plus de 40 ans de carrière scénique, il leur fallait finir en grande pompe avec une gigantesque tournée mondiale de plus d'un an (un peu comme Scorpions, sauf qu'eux, ça fait 10 ans qu'elle dure cette dernière tournée !), traversant pas moins de 37 pays pour près de 120 concerts. Après une telle carrière, ils méritaient bien un dernier salut. Nous sommes maintenant en plein été 2013, cela fait un peu plus d'un an que la tournée est terminée et, comme on aurait pu s'en douter, voilà que déboule dans les bacs la vidéo "testament", sobrement intitulée "Epitaph", de cette tournée. Et pour encore plus titiller la part sensible de tous les metalleux, le concert choisi est le dernier de la tournée, à Londres. Qui dit tournée d'adieu dit bien évidemment show spécial. Et là, il faut bien l'admettre, le groupe a mis les p'tits plats dans les grands. Concert à rallonge avec 23 titres pour 2h30 de show (en comptant les quelques rares coupures) et surtout, la formation a la merveilleuse idée d'inclure des morceaux de TOUS leurs albums (en excluant cependant la période Tim "Ripper" Owens, donc pas de morceaux de "Jugulator" ni de "Demolition"). Ayant assisté au concert parisien de cette tournée, j'ai trouvé le rendu très sympa avec pleins de morceaux rares en concert et des ambiances très différentes. Et c'est bien ce qu'on retrouve dans ce DVD. Déjà, techniquement, visuellement, c'est parfait (surtout en haute définition) avec un show propre et explosif, des couleurs incroyables, chaudes pour un rendu qui sied parfaitement à Judas Priest. Musicalement, le son est surpuissant, sans aucune mauvaise surprise, c'est bluffant d'avoir un son aussi clair, puissant et précis. On entend même les petites respirations d'Halford durant ses speechs entre les morceaux. D'ailleurs, ces speechs, parlons-en. On sent vraiment que pour eux, il s'agit d'une tournée leur permettant de faire le point sur leur carrière avec pas mal de communication avec le public, des remerciements bien entendu et des remises dans le contexte pour certains de leurs titres les plus anciens. On sent vraiment qu'Halford est très ému à l'occasion de ce dernier concert (on le serait à moins !). Concernant l'interprétation, c'est vraiment bien pensé. Après un départ sur les chapeaux de roue avec "Rapid fire" et "Metal Gods", puis quelques morceaux rapides ("Judas rising" est clairement devenu un classique du groupe), on a droit à la partie très 70's de la carrière du groupe avec "Starbreaker" de "Sin after sin", le classique de chez classique "Victim of changes" de "Sad wings of destiny" ainsi qu'un duo très mélancolique "Never satisfied" (déterré de leur premier album, hélas méconnu, "Rocka rolla" - Halford harangue même le public à aller le (re-)découvrir !!) suivi de la reprise de Joan Baez, "Diamonds and rust" (dans une version double, première partie acoustique puis enchaînant sans transition sur la version de l'album "Sin after sin" bien plus rapide et brut de fonderie). Ensuite, après quelques titres plus modernes, on attaque la partie vraiment années 80 (dans laquelle s'est insérée "Beyond the realms of death") avec les très électroniques "Turbo lover" et "Blood red skies" (morceau que je ne supporte définitivement pas !) couplé à un "Sentinel" des familles !! La fin du concert fait la part belle aux grands hits du groupe, sorte de best of de la crème de la crème avec notamment un "Breaking the law" fabuleux, entièrement chanté par le public (!) et un "Painkiller" qui aurait dû être mis de côté (mais comme il s'agit de "Painkiller", ils ont été obligé de le mettre) sachant qu'Halford ne peut plus monter dans les aiguës avec autant de puissance. Le chant d'Halford est d'ailleurs le seul point noir de la vidéo, même si cela aurait pu être bien pire. La situation est quand même nettement meilleure qu'en 2009. C'est aussi, je pense, la principale raison de cette tournée d'adieu. On sent qu'il se donne à fond, mais il n'a tout simplement plus les capacités vocales lui permettant d'être toujours aussi puissant. Il adapte beaucoup son chant à ses capacités actuelles et parfois c'est tout simplement trop dur pour lui. Quand il s'agit de chanter de manière posée et calme, il n'a aucune difficulté (écoutez "Diamonds and rust"), mais quand les parties sont trop aiguës et puissantes, ça devient ridicule. La fin du concert reste très classique, sans surprises, à faire chanter le public avant "You've got another thing coming" avant le final "Living after midnight". Enfin, comment ne pas parler de la nouvelle recrue Richie Faulkner ? Le petit jeunot remplace admirablement bien K.K. Downing (qui a quitté le groupe peu de temps après l'annonce de la tournée d'adieu). C'est bien simple, physiquement, on a l'impression de voir K.K. avec 30 ans de moins, et techniquement, le bougre se débrouille plus qu'admirablement bien. Il s'est totalement intégré à l'ensemble du groupe et personnellement, je le verrais bien continuer avec eux sur de prochains (hypothétiques ?) albums. En tout cas, à la vue de leur dernier disque en date, "Nostradamus", je suis vraiment curieux de voir ce que le groupe pourrait réaliser à l'avenir. Au final, cette vidéo représente un excellent testament scénique pour une formation au parcours admirable, très diversifié et avec pléthore de morceaux d'anthologie. Ce live ne représente pas un best of du groupe, il manque pleins de grands titres du groupe à l'appel, cependant, il représente un véritable condensé de ce que le groupe a réalisé sur ses 45 années de carrière. Ils peuvent être fiers de leur parcours. Cette vidéo vaut vraiment le coup pour le fan de la formation pour avoir un dernier témoignage scénique du groupe. En espérant qu'il ne s'agisse pas d'un chant du cygne complet et qu'un prochain album arrivera pour continuer leur superbe parcours.

note       Publiée le dimanche 21 juillet 2013

partagez 'Epitaph' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Epitaph"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Epitaph".

ajoutez une note sur : "Epitaph"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Epitaph".

ajoutez un commentaire sur : "Epitaph"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Epitaph".

torquemada › samedi 19 juillet 2014 - 13:32  message privé !

"En espérant qu'il ne s'agisse pas d'un chant du cygne complet et qu'un prochain album arrivera pour continuer leur superbe parcours. " : en écoutant l'album en question, on peut émettre de sérieux doutes sur ce souhait car Judas est vraiment en manque total d'inspiration et aurait bien mieux fait de s'abstenir plutôt que de continuer à entacher sa discographies de navets comme "Nostradamus" ou ce "Redeemer Of Souls" bourré jusqu'à la gueule de mid tempos soporifiques.

Ramon › mercredi 9 avril 2014 - 15:39  message privé !

Bah oui, ils nous ont fait le coup de la tournée d'adieux et patatras, voilà qu'on apprend que le nouveau disque est en boîte, et dire qu'il y en a qui s'étaient précipités à la veillée funèbre…Alors ce sera plutôt Lazare Priest que Judas, Jesus est passé par là et donc on a affaire à un revenant qui a mis moins longtemps à se remettre de son trépas qu'en 1990. Mais on me souffle qu'un tristement célèbre groupe de slows allemand n'en fini plus de mourir, lui non plus.