Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNapalm Death › Enemy of the music business

Napalm Death › Enemy of the music business

cd | 14 titres

  • 1 Taste the poison
  • 2 Next on the list
  • 3 Constitutional hell
  • 4 Vermin
  • 5 Volume of neglect
  • 6 Thanks for nothing
  • 7 Can't play won't pay
  • 8 Blunt against the cutting edge
  • 9 Cure for the common complaint
  • 10 Necessary evil
  • 11 C.S part II
  • 12 Mechanics of deceit
  • 13 (The public get) what the public doesn't want
  • 14 Fracture in the equation

line up

Shane Embury (basse), Mark "barney" Greenway (chant), Mitch Harris (guitare), Danny Herrera (batterie), Jesse Pintado (guitare)

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
death/grind

Vous aimez les grosses baffes ? Celles qui font terriblement mal et dont on met des jours à s'en remettre... Mais si vous savez ! Et bien, si en effet vous les aimez et que vos instincts sadiques se réveillent, jetez vous sur ce "Enemy of the music business" ! Car cet album est véritablement monstrueux ! L'album précédent "Words from the exit wound" nous laissait apercevoir une oeuvre plus violente, et bien nous avons ici le disque de Napalm Death que j'attendais depuis "Utopia Banished" : ultra violent, dégoulinant le grind, agressif comme une armée de pitbulls et surtout totalement dévastateur, ne laissant à l'auditeur aucun répit. Véritable synthèse de tous ses albums passés, Napalm Death a su reprendre l'ensemble des ingrédients de chacun de ses albums pour nous concocter une sorte d'album résumé... Les blast beats à profusion sont de retour, les riffs sont géniaux, la voix de Barney est saisissante, bref il n'y a rien à jeter. Tous les titres sont bons, pas un seul ne fait remplissage, et certains sont carrément meurtriers dans le sens où ils risquent de vous briser les cervicales à force de headbanger ! C'est très simple, dès les premières notes du très grind "Taste the poison", on comprend vite que Napalm Death est de retour ! Je ne peux que conseiller cet album aux néophytes car il constitue en tout point l'oeuvre la plus spontanée du groupe. Les titres les plus mémorables sont certainement "Constitutional hell", "Volume of neglect", "Can't play, won't pay" (et son riff mid-tempo absolument génial), "C.S part II" (qui constitue la suite de "C.S" sur le tout premier album "Scum" !), "Fracture in the equation", mais bien entendu cette liste n'est pas exhaustive car tous les titres sont indispensables ! Le seul regret formulable pourrait concerner le son de la batterie qui, même s'il est bon, ne correspond pas trop au rythme effréné du disque (mais bon, c'est très personnel). Sérieusement, ce cd est pour moi le plus agressif de l'année 2000, il respire véritablement la haine bénéfique, celle qui fait du bien lorsqu'elle est libérée. Seul Napalm Death était capable de nous sortir un album pareil après près de 15 ans (!) de carrière. Cela dit, il n'aura pas la note maximale car il manque tout de même sérieusement d'innovations. Ce n'est pas un reproche, cet album aurait souffert s'il possédait des nouveautés mais il me semble ma foi bien facile de sortir ce disque, synthèse de toute sa carrière. Même si le résultat est terriblement bon !

note       Publiée le samedi 29 décembre 2001

partagez 'Enemy of the music business' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Enemy of the music business"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Enemy of the music business".

ajoutez une note sur : "Enemy of the music business"

Note moyenne :        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Enemy of the music business".

ajoutez un commentaire sur : "Enemy of the music business"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Enemy of the music business".

Consultant en informatique › vendredi 27 mars 2015 - 14:50  message privé !
avatar

Napalm Death, le pire jeu mental depuis The Game : dès que t'y penses tu perds et tu rechutes direct. Merde, et j'en ai même pas sur moi pour me faire un fix au baladeur dans les chiottes ! L'attente des quelques heures qui me séparent encore du weekend vient de tourner à la torture psychologique.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 27 mars 2015 - 12:47  message privé !

La claque ! Après une période plus posée très intéressante mais qui montrait ses limites, le groupe appuie sur l’accélérateur, et putain ça fait du bien ! Excellent album.

Note donnée au disque :       
Nevraxis › lundi 7 juin 2010 - 21:45  message privé !

Celui-ci il m'a bien surpris.
Déjà un titre très accrocheur qui colle très bien avec l'esprit de ce groupe.
Napalm death l'un de mes groupes phare, l'un des groupes qui a tué le punk aussi. Je m'attendais à un eniéme disque de metal plus ou moins classique vu l'âge de la troupe.
Bha ma foi, merde, la mini-claque.
Pas vraiment un album culte, mais un album qui donne bien l'impression de ne pas s'être fait enflé à l'achat.
Du trash (plus que grind en effet), très intelligent et carré.
Des mecs qui ont compris comment faire de la musique efficace et rentre dedans et qui nous le prouve album après album.
Necessary evil !!!
J'aime !!

Note donnée au disque :       
Reflection › vendredi 24 juillet 2009 - 11:53  message privé !

Album terriblement efficace! Parfait pour se défouler ! C'est carré, les Riffs sont excellent, c'est bien hargneux. Rien a dire, pas le disque du siècle mais j'ai toujours plaisir a le ressortir.

Note donnée au disque :       
Inhuman › samedi 25 août 2007 - 17:55  message privé !
Après diverses expérimentation le groupe revient à ce qu'il sait faire de mieux : du GRINDCORE ! Et mon Dieu que c'est bon de retrouver enfin le grand Napalm Death celui qui hurle et qui blaste à mort.
Note donnée au disque :