Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNapalm Death › Scum

Napalm Death › Scum

cd | 28 titres

  • 1 Multinational corporations
  • 2 Instinct of survival
  • 3 The kill
  • 4 Scum
  • 5 Caught...in a dream
  • 6 Polluted minds
  • 7 Sacrificed
  • 8 Siege of power
  • 9 Control
  • 10 Born on your knees
  • 11 Human garbage
  • 12 You suffer
  • 13 Life ?
  • 14 rison without walls
  • 15 Point of no return
  • 16 Negative approach
  • 17 Success ?
  • 18 Deceiver
  • 19 C.S
  • 20 Parasites
  • 21 Pseudo youth
  • 22 Divine death
  • 23 As the machine rolls on
  • 24 Common enemy
  • 25 Moral crusade
  • 26 Stigmatized
  • 27 M.A.D
  • 28 Dragnet

enregistrement

Rich bitch studios, Birmingham entre aout 1986 et mai 1987

line up

Justin K. Broadrick (guitare [1 à 12]), Nick Bullen (basse, chant [1 à 12]), Lee Dorrian (chant [13 à 28]), Mick Harris (batterie), Bill Steer (guitare [13 à 28]), Jim Whiteley (basse [13 à 28])

remarques

Pochette réalisée par Jeff Walker de Carcass.

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
grindcore

Voilà un album qui restera longtemps dans les mémoires, enregistré en 1987, "Scum" représente le premier véritable album de grindcore ! Formé à l'origine par 3 jeunes punks bruitistes, on a peine à imaginer le nombre de futures figures du metal qui feront un séjour dans les rangs de Napalm Death : Nick bullen (futur Scorn), Justin Broadrick (futur Godflesh), Jesse Pintado (Terrorizer), Mick Harris (Defecation, Scorn), Lee Dorrian (Cathedral), Bill Steer (Carcass). Musicalement, même si le disque est séparé en 2 parties (de 1 à 12, et de 13 à 28), les différences sont peu notables. Toutes deux officient dans un grindcore hyper brutal (est ce un pléonasme ?) constitué de rythmiques très rapides, avec une petite touche punk notamment dans la 1ère partie, ainsi que de vocaux très brutaux pour l'époque (voir les "cris" complètement inhumains de Lee Dorrian). Les riffs sont bien sentis et très simples et les titres sont dans l'ensemble très très courts (voir "You suffer" d'une durée d'environ... 2 secondes !). Bref, cet album prime par son côté précurseur et historique même s'il reste, à mon humble avis, bien supérieur aux nombreuses productions soi-disant grind qui sortent aujourd'hui. Avec cet album, une véritable légende de la brutalité vient de naître...

note       Publiée le vendredi 14 décembre 2001

partagez 'Scum' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Scum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Scum".

ajoutez une note sur : "Scum"

Note moyenne :        39 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Scum".

ajoutez un commentaire sur : "Scum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Scum".

Dead26 › mardi 17 mars 2015 - 19:36  message privé !

Contrairement à FETO cet album j'ai toujours eu du mal à le finir, je le trouve un peu plus bordélique et un peu moins accrocheur sur la longueur mais comme dit l'ami Demones Vikernaz c'est une sacrée pièce en effet. Ça me fait penser que "You Suffer" je l'ai eu pendant très longtemps en tant que sonnerie sms sur mon portable....

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mardi 17 mars 2015 - 15:33  message privé !

Sacrée pièce celui-là. Mais la face A reste nettement supérieur à la face B. Le meilleur reste à venir.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 19 décembre 2011 - 19:10  message privé !

et alors celui-ci, plutot choisir le remaster ou le master old school?

Jacques Capelovici › lundi 11 juillet 2011 - 13:41  message privé !

"En baisant le système à tout bout de champ, en détruisant la propriété de façon sélective et en assassinant, une poignée de SCUM peut prendre le contrôle du pays en l'espace d'un an". http://1libertaire.free.fr/fem-scum.html Il ne te reste plus qu’à en rejoindre l'Auxiliaire Masculin.

NevrOp4th › vendredi 19 mars 2010 - 18:26  message privé !

Mon disque anti-système. J'aime me l'écouter dans les transports en commun celui là.

Note donnée au disque :