Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Wacken open air 2001

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Napalm Death, In Flames, W.a.s.p., Holy Moses, Vintersorg, Motörhead, Therion

Wacken open air 2001

par Nicko › lundi 19 septembre 2005

Chronique

Cette année, on était prévenu, du fait de l'annulation du Dynamo, le Wacken Open Air devenait le plus grand festival metal de l'année. Et cela s'est confirmé ! 27 500 fans se sont réunis cette année (j'en ai même rencontrés qui sont venus spécialement pour cela depuis le Canada !). Pour cette douzième édition, la tête d'affiche faisait plutôt figure de réunion d'anciens combattants... pour notre plus grand bonheur : W.A.S.P. - Saxon - Motörhead ! Tout commençait en fait la veille du festival à proprement parler ! En effet, le concert d'avant-festival, intitulé "A night to remember", n'était pas à louper ! En amuse-gueule, et après un match de football, on a eu droit à Finntroll (vu de loin pour cause de bouchon aux environs de Hambourg, d'où un léger retard pour retirer les billets). Ensuite, Crematory a été annulé (Ils ont finalement été recasés le samedi). Puis un groupe américain, The Impotent Seasnakes, a investi la scène pour un show plus visuel que musical d'un goût très particulier. En effet, il consistait à voir une ou deux filles dénudées se faire torturer avec divers ustensiles plus dangereux les uns que les autres. Inutile et sans intérêt. Enfin, vers 22 H 30, W.A.S.P., le groupe culte par excellence, entre sur scène. Et c'est parti pour près d'une heure et demi de rock ultra-énergique. Et tout ce que l'on peut dire, c'est que Blackie et sa bande n'ont rien perdu de leur puissance ! Tous leurs hits se sont enchainés sans faiblir et seul "Let it roar", unique morceau interprété du pourtant génial dernier album "Unholy terror", manquait de pêche. Pour le reste, énorme, génial, anthologique, bref, W.A.S.P. en live ! "Animal", "Sleeping", "The idol", "Chainsaw Charlie", sans oublier "Wild child" et autres "The real me" et enfin "Blind in Texas" pour finir, tout cela et bien d'autres pour un concert fabuleux !

Le lendemain, le "vrai" festival peut commencer. Les premiers à entrer en piste sont les thrasheurs américains de Deceased. Rien de bien flamboyant ! Sur la Party Stage, Nostradameus attire bien plus de monde et déjà, dès 10 H, le public est nombreux. Une heure plus tard, Stigma IV entre sur la Double Mega Stage pour un show efficace et notamment un "22 Acacia avenue" d'Iron Maiden du meilleur effet ! Après un passage vers les différents stands, je reviens sur la Double Mega Stage pour Holy Moses. Le public allemand adore et le groupe nous gratifie à la fin de son set un duo avec Doro ! S'enchaine à 15 H le premier "grand" groupe de la journée : les anglais de "Napalm Death" ! Je dois avouer avoir été déçu par leur prestation à cause du son franchement mauvais et manquant de puissance. Très handicapant pour un groupe comme Napalm Death ! Ensuite, à 18 H, dans la série vieille gloire du heavy-metal, voici Paul Di'Anno et son groupe Killers, dont la set-list est composée à 90 % de titres d'Iron Maiden. Bien sûr, cela fait du bien d'entendre de vieux morceaux tels que "Prowler", "Remember tomorrow", "Murders in the rue morgue", "Killers" et autres "Phantom of the opera", mais bon, son groupe est loin de rivaliser avec les musiciens de la Vierge de Fer. Distrayant, mais sans plus ! Nevermore est le prochain groupe sur la liste et, personnellement, ils auront été la révélation du festival. Je ne les connaissais pas et j'ai été impressionné, du bon heavy bien puissant et comme on en fait que trop rarement aujourd'hui avec un bon chanteur ! De retour vers la Party Stage, c'est au tour des finlandais de Sonata Arctica de nous présenter leur heavy metal mélodique. Hélas, les pauvres nordiques ont eu un son très faible, tellement peu puissant que l'on entendait plus Overkill sur la Double Mega Stage que les jeunes scandinaves. Vraiment dommage, car le groupe est de plus en plus à l'aise sur scène. A noter par rapport au set d'Overkill qu'ils ont interprété à la fin de leur show le début du "War pigs" de Black Sabbath.

S'en suivit une excellente performance de Therion qui s'éloigne de plus en plus du metal si l'on se réferre aux nouveaux morceaux. Cependant, leur style s'est affiné et franchement le concert fut très beau avec bien sûr de très bons vocaux. Le groupe interprétera même lors de son final l'excellent "Revelation" d'Iron Maiden. Ensuite, Helloween, la star locale de la journée, envahit la scène et ce coup-ci le groupe est en forme pour notre plus grand plaisir. La set-list ressemble à un énorme best-of ("I want out", "Power", "Dr. Stein", "Eagle, fly free", etc...) et à aucun moment la pression ne s'est relâchée ! Ce concert est d'autant plus mémorable qu'il s'agissait de leur dernière performance scénique avec Uli Kusch et Roland Grapow, partis depuis. A minuit était programmé Saxon. Et c'est avec 10 minutes... d'avance que les britanniques ont investi la Double Mega Stage pour un show qui aura ravi les fans, avec une durée avoisinant les 2 heures, alors que seulement 1 H 30 était annoncée. Ce retard a obligé le groupe suivant, Dimmu Borgir, à écourter sa prestation. N'ayant pas assisté à cette dernière, je ne pourrai pas donner mon avis, mais ceux recueillis le lendemain étaient très partagés.

Justement, pour ce dernier jour de festival, tout commence avec Warhammer dès 10 H du matin (dur dur le réveil !). Le groupe évolue dans un style black très primaire assez conventionnel donc. On peut tout de même noter la reprise du légendaire "The return of the darkness and evil" de Bathory. Une demie-heure plus tard, les australiens de Deströyer 666 entrent sur la Party Stage pour trois quarts d'heure de black... australien du meilleur effet, un groupe à suivre de près dont la performance n'aura déçu que peu de monde ! Vintersorg enchaine sur la même scène et là, cela a été pour moi la première claque de la journée. Leur dark-metal folklorique prend une toute autre dimension sur scène avec notamment un clavier carément excellent ! Grosse surprise, avec au passage une reprise de Uriah Heep, "Rainbow devil". Le deuxième grand moment de la journée survient juste après avec une séance de dédicace du cultissime... Nocturno Culto, chanteur du groupe non moins cultissime Darkthrone ! Tout cela pendant que Dark Tranquillity et son très charismatique chanteur termine son show. On assiste ensuite à la performance de Metalium dont le heavy-metal manque énormément d'originalité. Ils iront même jusqu'à massacrer le standard "Smoke on the water" de Deep Purple. A oublier ! De retour sur la Party Stage, on peut assister au show de Soul Doctor qui, malgré quelques problèmes de son, s'en sortira sans encombre ! Après un break, je reviens pour Grave Digger dont la performance ne m'a guère enthousiasmé. Le public est déjà très nombreux et compact quand c'est au tour d'In Flames d'investir les lieux pour un concert sans embuches. On aura même droit à l'intro de "Raining blood" de Slayer ! Nightwish, l'un des seuls groupes déjà présent l'année précédente, entre à son tour sur la Double Mega Stage et comme l'an passé, je n'accroche pas du tout ! Hammerfall enchaine avec son heavy-metal basique mais si efficace ! Les suèdois ont sorti le décor et tout ce qui fait qu'un concert d'Hammerfall est si particulier !

Nous-y voilà enfin, minuit, LE Dieu du rock, le seul, le vrai, l'unique, M. Lemmy Kilmister, accompagné de sa bande, est prêt à en découdre ! Après les présentations de circonstance, "Good evening !", "we are Motörhead ... and we're gonna fuck you up !", c'est parti pour une heure et demie de folie sonore. Franchement, ce soir, personne ne pouvait contester la suprémacie du power-trio. Ils ont tout tué, personne n'a survécu ! Lemmy est toujours le même, Lemmy, fidèle au poste (...à bientôt 56 ans !), Campbell nous assène des soli de folie et Mikkey Dee, dernière ses fûts, est impressionnant. Il nous concocta même un solo hallucinant dont il a le secret au milieu de "Sacrifice". On aura même droit au mariage (!!!) de 2 fans sur scène, en plein milieu du concert ! La set-list est monstrueuse ("Orgasmatron", "Metropolis", "Civil war", le méconnu "Born to raise hell", etc...). Lemmy rendra même un vibrant hommage à Joey Ramone, décédé en avril dernier, des Ramones en interprétant justement le titre "Ramones". Le final est aussi évidemment extraordinaire avec "Iron fist", "Killed by death", puis, en rappel et avec le fameux bombardier géant au-dessus de la scène, "Bomber", "Ace of spades" et l'énorme hit "Overkill". Bref, Motörhead en live, y'a rien de mieux ! Pour le reste, c'est-à-dire Sodom et Mägo De Oz, que pouvaient-ils faire après le passage des britanniques ? Je ne m'en souviens même plus ! Vous l'aurez compris, pour moi, lors de cette douzième édition du Wacken Open Air, il y aura eu Motörhead, W.A.S.P., Helloween, et les autres ! A l'année prochaine !

Mots clés : Wacken Open Air, festival, Allemagne, concert, Nicko et metal

Dernière mise à jour du document : lundi 19 septembre 2005

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre