Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNapalm Death › Fear, emptiness, despair

Napalm Death › Fear, emptiness, despair

cd • 11 titres

  • 1Twist the knife (slowly)
  • 2Hung
  • 3Remain nameless
  • 4Plague rages
  • 5More than meets the eyes
  • 6Primed time
  • 7State of mind
  • 8Armageddon x7
  • 9Retching on the dirt
  • 10Fasting on deception
  • 11Throwaway

enregistrement

Parr studios, Liverpool, Decembre 1993

line up

Shane Embury (basse), Mark "barney" Greenway (chant), Mitch Harris (guitare), Danny Herrera (batterie), Jesse Pintado (guitare)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
death metal

Il nous aura fallu attendre 2 longues années avant de pouvoir connaître ce qui allait être le successeur du violentissime (et désormais cultissime !) "Utopia Banished". Dès la découverte du titre "Fear, emptiness, despair", les premières interrogations apparaissent : voilà un titre bien sombre pour un groupe qui ne faisait pas de l'aspect mélancolique son cheval de bataille. La pochette s'accorde tout à fait avec le titre, très sombre avec une main (=mort) dans laquelle est incrustée un visage hurlant... Très dark et surtout peu habituel chez Napalm death. Mais passons au côté musical qui nous intéresse plus précisément. Dès la première écoute, tous les intégristes qui ne juraient que par "Utopia..." et "From enslavement.." peuvent sortir, il n'y a rien pour eux. En effet, Napalm Death a ici opté pour une voie beaucoup plus expérimentale et sombre piochant ses influences dans le death, l'indus voire le mélodique (eh oui !). Ainsi, les titres sont extrêmement torturés, notamment au niveau des rythmiques, bien moins rapides et beaucoup plus techniques... Alors, je vous vois blêmir, ne vous inquiétez pas, Napalm Death n'a pas perdu son identité, loin de là, mais ils ont su évoluer au profit d'une meilleure cohésion. Les titres sont toujours résolument agressifs et violents ("Twist the knife", "Primed time", "Retching on the dirt") avec notamment la voix gargantuesque de Mark Greenway. Certains sont beaucoup plus mélodiques, une première pour Napalm Death : "Remain nameless" ou le hit "More than meets the eyes", voire carrément doom ("State of mind"). Enfin, on sent que le groupe tente tout de même de ne pas trop dérouter ses anciens fans avec "Fasting on deception" ou l'hyper rapide "Throwaway". En fait, cet album tranche littéralement de ses prédécesseurs, et c'est ce qui fait qu'il est particulièrement difficile d'accès. Cela dit, une fois l'effort d'écoute réalisé, on se rend compte que Napalm Death a encore une fois réussi son pari mais qu'ils doivent sérieusement faire attention lors du prochain album car ils seront très attendus !

note       Publiée le jeudi 20 décembre 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fear, emptiness, despair".

notes

Note moyenne        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fear, emptiness, despair".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fear, emptiness, despair".

E. Jumbo › mercredi 11 mars 2020 - 22:21  message privé !

Trois bonnes petites boucheries là dessus avec "Remain Nameless", "More than Meets the Eye" et "Armageddon X 7".

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mercredi 18 mars 2015 - 15:26  message privé !

Napalm Death ralentit la cadence... et ça marche très bien ! On progresse petit à petit vers ce que le groupe fera sur l'excellent Inside the Torn Appart. F.E.D. est en tout cas un excellent album.

Note donnée au disque :       
Rastignac › lundi 16 mars 2015 - 19:17  message privé !
avatar

Ben c'est simple, c'était mon premier celui-là, avec Diatribes, à leurs sorties... le fossé des générations ! Mon choc arriva plutôt quand j'écoutai Scum pour la première fois quelques années plus tard... comme la discographie de ce groupe est riche quand même...

Note donnée au disque :       
Dead26 › lundi 16 mars 2015 - 19:11  message privé !

C'était marrant de voir qu'à cette époque (1993-1994) une majorité des grosses pointures du death metal ralentissait le tempo (Obituary, Entombed, Morgoth, Death pour ne citer qu'eux) et que Napalm Death n'avait pas dérogé à la règle. En ce qui me concerne grosse déception à la sortie de Fear, Emptiness, Despair. Le son, le tempo et évidement les plans à la gratte m'ont parus étonnement expérimentaux à l'époque, en gros je me suis emmerdé grave avec cet album. Il me faudra des années pour digérer le disque, parfois je le ressors et oui en effet ça passe mieux qu'au début. Je retiens Remain nameless, Prime Time et Throwaway (le meilleur titre) que j'aime bien !

Note donnée au disque :       
kranakov › mardi 1 juillet 2014 - 21:25  message privé !

Inusable, ce ND...

Note donnée au disque :