Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTricky › Nearly God

Tricky › Nearly God

cd • 10 titres

  • 1Tattoo5:30
  • 2Poems6:54
  • 3Together now3:09
  • 4Keep you mouth shut6:01
  • 5Be the prophet4:55
  • 6Make a change6:00
  • 7Black coffee4:50
  • 8Bubbles3:25
  • 9I sing for you6:21
  • 10Yoga4:32

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Londres, Angleterre, 1995

line up

Björk (chant), Neneh Cherry (chant), Cath Coffey (chant), Terry Hall (chant), Alison Moyet (chant), Nearly God, Martina Topley-bird (chant), Tricky (chant), FX (samples)

remarques

Sorti sous l'alias Nearly God.

chronique

Styles
trip hop

A peine sorti de l'expérience Massive Attack, Tricky rencontre le succès international avec son premier album "Maxinquaye". Le contrat qui le lie à Island permet à ce dernier de sortir un album par an sous un autre nom, et ce Nearly God en est le premier exemple. Réalisé comme un exutoire à sa gloire toute récente, l'artiste anglais dresse un tableau noir, fait de cauchemars tourmentés et d'ambiances hautement dépressives ("Be The Prophet") à la tétanisante beauté. Le puissant pouvoir d'attraction du disque repose sur la faculté de Tricky à gérer avec brio les interventions vocales de ses collaborateurs ponctuels, de Terry Hall, sur le bouleversant "Poems", sans nul doute un des plus beaux titres des années quatre-vingt dix (allez, hop !), à Cath Coffey, sur le brumeux "I Sing for You". C'eut été un chef-d'oeuvre impérissable si l'album ne s'était pas dynamité tout seul de l'intérieur avec, en plein milieu de parcours, les roucoulades insupportables d'Alison Moyet (Yazoo) sur "Make a Change". D'ailleurs, un conseil ; passez systématiquement cette chanson lors de l'écoute de ce disque et vous comprendrez ce que je veux dire. Quitte à donner mon avis (puisqu'après tout, je suis là pour ça), c'est avec ce mystérieux "Nearly God" que Tricky a pris tout son sens, toute sa dimension en tant qu'artiste. Architecte d'un univers boîteux et paranoïaque ("Keep Your Mouth Shut"), les chansons présentées ici véhiculent toutes un sentiment de malaise et d'étrangeté aux contours claustrophobiques ("Tatoo" et son violon meutri), propres à damner un saint.

note       Publiée le samedi 2 mars 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nearly God".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nearly God".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nearly God".

Raven › lundi 6 juillet 2015 - 11:28  message privé !
avatar

"Poems" je décroche toujours pas. Et pourquoi faire ? Tiens, cadeau. Tu me mets ça ce soir après avoir allumé une bougie et de l'encens (ou autre), tu t'enfonces dans ton sacco, et tu te reprends toute une époque fanée depuis un bail dans les esgourdes et les mirettes... Ces gens respiraient la santé, c'est évident... Progmonster avait collé ça dans une de ses radios en 2006 ou 2007, j'ai tenté d'user le mp3 jusqu'au bout du bout, en solitaire ou en soirées (parfois glauques) et je continue à être fasciné par ce titre dans lequel je me noie et infuse comme un petit sachet de lipton, même si tout le disque n'est pas dans cette ambiance ; un des morceaux créés pour être mis en "heavy rotation" comme on dit là-bas. Oui, c'est sensuel.

dimegoat › mardi 17 février 2015 - 22:13  message privé !

je l'écoute une fois tous les deux ans mais à chaque fois je kiffe. Et pour contribuer au débat, j'aime bien "Make a Change", n'ayant pas ce sentiment de roucoulade. J'écoute du Aaliyah, faut dire.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › mardi 21 janvier 2014 - 18:26  message privé !

Make a Change possède une boucle trop mortelle pour être considérée comme mauvaise. C'est plutôt I Be The Prophet qui est le maillon faible de ce disque.

Note donnée au disque :       
salida › mardi 2 avril 2013 - 12:39  message privé !

Je fais confiance aux choniques de Progmonster les yeux fermés mais là je suis dubitatif...je n'arrive pas à voir Nearly God autrement que comme une collection de faces b. Un m effet, le ralentissement de la fréquence des rythmes utilisé jusqu'à l'épuisement. Et pas grand-chose d'autre pour moi d'inoubliable. Pire Make a change a tendance à me réveiller au milieu de l'album. Par contre comme tous les albums de Tricky a cet époque, un ensemble qd m original, avec plusieurs années d'avance sur le hip-hop expérimental (cannibal ox en tête).

saraph › jeudi 28 mars 2013 - 11:56  message privé !

Troisième Leçon de ténèbres: Il se cache sur ma langue un dragon qui ne répand pas de sang, mais qui pourtant assassine Proverbe Mandarin