Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTricky › Knowle West Boy

Tricky › Knowle West Boy

  • 2008 - Domino, WIGCD195 (1 cd)

cd | 13 titres | 45:53 min

  • 1 Puppy boy
  • 2 Bacative
  • 3 Joseph
  • 4 Veronika
  • 5 C'mon baby
  • 6 Council estate
  • 7 Past mistake
  • 8 Coalition
  • 9 Cross to bear
  • 10 Slow
  • 11 Baligaga
  • 12 Far away
  • 13 School gates

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Europe, 2008

line up

Tricky (chant, batterie, basse, claviers), Lubna Mhaer (chant), Rodigan (chant), Hafdis Huld (chant), Veronika Coassolo (chant), Alex Mills (chant)

remarques

http://www.knowlewestboy.com/

chronique

Tricky ne parvient plus à répandre sa maladie sur disque. Tricky aura été un météore, un formidable poil-à-gratter salutaire pour cautionner un mouvement musical qui d'emblée était voué à disparaître. Ses visions cauchemardesques se sont volatilisées avec lui, diluées dans un habillage qui, à force de prétendre au succès de masse, a fini par perdre toute identité. Dernier bon album de l'anglais, "Angel with Dirty Faces", c'était il y a dix ans déjà ! Les errances rap de "Juxtapose" et les tentatives crossover de "Blowback" et "Vulnerable" n'ont été que des promesses teintées de mensonge. Est-ce parce qu'il ne se reconnaît plus lui-même que Monsieur Thaws apparaît sur la pochette de son disque affublé d'un masque derrière une lumière aveuglante là où regnait autrefois l'obscurité ? Pour être tout à fait exact, cinq années se sont écoulées depuis "Vulnerable". Un temps sans doute nécessaire pour l'artiste afin de se ressourcer, se repositionner et se mettre à l'écart de toute pression ou de toute attente. À l'écoute de "Knowle West Boy", on se dit qu'on aurait pu attendre plus longtemps encore, cela n'aurait absolument rien changé. Par définition, cette tête brûlée de Tricky est tout simplement imprévisible. Mais à moins d'un sursaut de plus en plus improbable, il faut se faire une raison : Tricky a exorcisé tous ces démons. Sa musique n'en est pas devenue lisse pour autant. C'est même plutôt bordélique, et parfois pas vraiment cohérent, quand raggamuffin ("Bacative", "Baligaga"), hip hop, new wave et rock ("Puppy Boy", "Slow", "Far Away") se bousculent pour se faire une place sur ces quarante minutes que seule la crasse unifie. Les morceaux les plus envoûtants, réminiscents d'une gloire passée comme "Joseph" ou "Past Mistake" sont les seuls soubresauts d'un espoir à jamais déçu. Tout ceci fait de "Knowle West Boy" son meilleur album depuis très longtemps. Mais appelé à toujours rester quelques crans en dessous de ses meilleures réalisations.

note       Publiée le dimanche 21 décembre 2008

partagez 'Knowle West Boy' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Knowle West Boy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Knowle West Boy".

ajoutez une note sur : "Knowle West Boy"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Knowle West Boy".

ajoutez un commentaire sur : "Knowle West Boy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Knowle West Boy".

Ramon › samedi 20 juillet 2013 - 10:54  message privé !

J'aime toujours, ça passe bien ça aussi.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › dimanche 21 août 2011 - 16:01  message privé !

Bon disque, agréable à son écoute. Tricky, ici ce la joue pépère. L'album suivant par contre sera celui de la déchéance.

Note donnée au disque :       
Damodafoca › dimanche 21 décembre 2008 - 11:31  message privé !

Amen! Tout est dit. Mais quand même, je trouve que ce disque ets la preuve que tricky est capable encore de produire décemment un album. Ces 3 précédents disques sonnaient très plastique. Enfin, il redonne un peu de corps, un peu de profondeur. Alors on est bien d'accord, on est loin de la période 93-98, mais pour une fois, les 90% du disque ne sont pas a bruler. Quant a l'espoir qu'il refasse du bon, il nous l'avait déja donné sur mission accomplished sorti en ... 2001. snif.