Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMassive Attack › Blue Lines

Massive Attack › Blue Lines

cd • 9 titres

  • 1Safe from Harm5:16
  • 2One Love4:48
  • 3Blue Lines4:21
  • 4Be Thankful for What You Got4:09 [reprise de William DeVaughn]
  • 5Five Man Army6:04
  • 6Unfinished Sympathy5:08
  • 7Daydreaming4:14
  • 8Lately4:26
  • 9Hymn of the Big Wheel6:36

enregistrement

Coach House, Bristol / Cherry Bear Studios, Eastcote Studios, Londres, Angleterre, 1991

line up

Robert Del Naja (aka 3D (chant, samples)), Tricky (chant), Daddy G Marshall (voix, samples), Mushroom Vowles (chant, samples)

Musiciens additionnels : Horace Andy (chant), Shara Nelson (chant), Tony Bryan (chant 4), Will Malone (chef d'orchestre 6), Mickey General (choeurs 6)

remarques

Parmi les premiers pressages, certains disques ne portent que le titre de "Massive", délaissant alors le "Attack" (qui sera réintroduit par la suite), pour cause de guerre du Golfe...

chronique

Styles
trip hop

Massive Attack a fait beaucoup de chemin. Et surtout, on ne les a pas vu venir. De cette chaleur communicative qui circule dans les veines de ce premier "Blue Lines", il ne reste plus rien dans ses productions ultérieures, de "Protection" à "Mezzanine", rencontrant un succès colossal dans une esthétique noire et sombre qui allait de paire avec les différents courants musicaux qui émergeaient seulement alors. Le trip hop n'a pas encore été nommément admis, sa définition reste encore floue, pourtant, tout est là. Il ne faut pas oublier que ce premier album de Massive Attack, c'est avant tout, et surtout, la rencontre du hip hop, du dub et de la culture club anglo-saxonne. A Massive Attack, on doit la redécouverte de quelques belles pièces (le "Spectrum" de Billy Cobham, les Mahavishnu Orchestra, le "Echoes" de Wally Badarou, le "Be Thankful for What You've Got" de William DeVaughn, mais surtout la voix exceptionnelle du non moins exceptionnel Horace Andy). On doit ce flow libéré et presque sussuré, cette maîtrise parfaite du downtempo, qui feront tous les deux écoles très bientôt. On doit aussi des titres de grande classe : "Safe from Harm", le dépouillé "One Love", le très dub "Five Man Army", le richissime "Unfinished Sympathy", l'obsédant "Daydreaming"...La liste est longue ! En 1991, Massive Attack a ouvert une porte dans laquelle tout le monde s'est engouffré. Ne me faites pas croire que vous attendez toujours dehors.

note       Publiée le dimanche 30 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Blue Lines".

notes

Note moyenne        33 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blue Lines".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blue Lines".

(N°6) › dimanche 22 novembre 2020 - 12:27  message privé !
avatar

C'était vraiment un album de hip-hop anglais et de dub dans le fond, d'ailleurs c'est frappant de voir que la dénomination trip-hop est apparue quelques années après et pas à propos de Massive Attack. Evidemment "Unfinished Sympathy" est la perle de l'album, même un peu écrasante, en droite lignée du "Manchild" de Neneh Cherry (c'est les mêmes qui produisent, et c'est Neneh et son mari Cameron McVey qui lancent Massive), avec ses cordes cinématiques (pas encore Craig Armstrong mais l'idée était jetée pour le suivent) qui transporte le chant très r&b 80's de Shara Nelson dans une sorte d'éther. Pour le reste, Horace Andy ça passe ou ça casse selon l'humeur, et je préfère Tricky adulte à Tricky Kid. Le Massive roots quoi.

Note donnée au disque :       
vigilante › samedi 21 novembre 2020 - 11:42  message privé !

Unfinished sympathy : blues moderne aux paroles réalistes. Ce morceau n'a pas pris une ride malgré ses sonorités ancrées dans son époque: il se déploie toujours avec la même aisance insolente. Cet album est une perle. Ce groupe l'a été aussi sur 4 albums.

Rastignac › dimanche 29 janvier 2017 - 17:00  message privé !
avatar

Sans transition je m'écoute le Billy Cobham cité dans la chronique. "Stratus" (sur mon cd... pas "Spectrum" ?) est vraiment l'ossature du morceau qui le sample : la ligne de basse, le petit riff de guitare... tu mets du rap sur l'original c'est du massive attack quoi.

allobroge › mercredi 9 juillet 2014 - 19:17  message privé !

Un nouveau petit mot car je viens d'acquérir le mix 2012 ( heureusement à 7 euros ) du bijou. Oh putain de merde la boucherie, tout pourri le skeud à l'exception de "One love". A tenir hors de portée de toute esgourde à tout prix!

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 28 mai 2014 - 11:38  message privé !

A l'époque aussi bien pris ma baffe ; pourtant je n'étais pas du tout dans ces ziques là. Il tourne régulièrement ici. C'est un skeud suave et un peu sournois, au sens laudatif du terme, si cela se peut.

Note donnée au disque :