Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMassive Attack › 100th Window

Massive Attack › 100th Window

  • 2003 • Virgin 724358132120 • 1 CD

cd • 9 titres

  • 1Future Proof5:38
  • 2What Your Soul Sings6:38
  • 3Everywhen7:39
  • 4Special Cases5:09
  • 5Butterfly Caught7:34
  • 6A Prayer for England5:48
  • 7Small Time Shot Away7:59
  • 8Name Taken7:49
  • 9Antistar8:17

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Sony Studios, Angleterre, 2002

line up

Robert Del Naja (aka 3D)

Musiciens additionnels : Damon Albarn (aka 2D (chant)), Horace Andy (chant), Sinéad O'connor (chant), Neil Davidge (claviers, programmations, production, batterie), Angelo Bruschini (guitare), Stuart Gordon (violon), Skaila Kanga (harpe), Craig Pruess (arrangement cordes), Alex Swift (claviers, programmation), Damon Reece (batterie), Jon Harris (basse)

remarques

Ce disque, comme des tas d'autres aujourd'hui, est fier d'indiquer, autocollant à l'appui, qu'il est protégé en écriture. On m'a fait savoir que le procédé est contournable en traçant une ligne droite du centre vers l'extérieur avec un gros marqueur noir. J'avoue n'avoir pas essayé, mais bon, je tenais à le signaler...

chronique

L'ironie du sort veut qu'en un peu plus de dix ans d'intervalle, le premier et le dernier disque des garçons de Bristol (devenu depuis le véhicule privilégié de 3D Del Naja), précèdent de quelques petits mois la même guerre, inévitable, en Irak. Dix années d'un haut et de nombreux bas que la discographie de Massive Attack, témoin de la décrépitude de notre société contemporaine, illustre à merveille : la rondeur et la généreuse chaleur imbibée d'espoir que l'on trouvait sur "Blue Lines" (1991) n'ont pas pu empêcher un courant d'air de s'installer et de provoquer ainsi ce léger refroidissement qui prendra la forme de "Protection", en 1994. Puis, c'est carrément l'effroi et la menace pesante, et depuis confirmée, de lendemains lugubres qui nous est conté sur l'inquiétant "Mezzanine" de 1998. Et donc, au delà de l'évolution logique de leur carrière, c'est en filigrane une nouvelle photographie de notre monde au jour d'aujourd'hui, en pleine désillusion, au bord de la rupture, que nous livre Massive Attack. "100th Window", c'est le calme après la tempête. Et il fait carrément glacial. L'amertume dégagée par le disque rappelle la noirceur de "Mezzanine" sans en faire leur cheval de bataille. Tout ici est plus contenu. Délimité. Quadrillé. Entravé. On en revient à des sonorités plus électroniques, plus froides. Seules les lignes de basses aux profondes résonances héritées du dub demeurent ces colonnes imperturbables sur lesquelles tout l'édifice repose. Mais rien n'est plus comme avant. C'est la désolation. Horace Andy n'est plus qu'une ombre, Del Naja pousse la chansonnette comme si on lui avait foutu un flingue sur la tempe, fébrile. Cet optimisme forcé se trahit également par l'intermédiaire de Sinéad O'Connor sur trois titres. Oui. Rien n'est plus comme avant. Définitivement. Volontairement distant, "100th Window" livre le meilleur de lui-même quand on en arrive à bout et au bout, à force d'immersions répétées et malades. Le testament d'une ère qui touche peu à peu à son inéluctable fin.

note       Publiée le vendredi 14 février 2003

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "100th Window".

notes

Note moyenne        37 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "100th Window".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "100th Window".

nicola › lundi 30 novembre 2020 - 19:46  message privé !

Et le pire : les DVD avec une saleté de réclame non évitable pour te dire que c’est mal de pirater un DVD.
Tu l’as dit, bouffi : j’ai payé le DVD.

Dun23 › lundi 30 novembre 2020 - 17:41  message privé !

Surtout que ça ne m'a jamais empêché de faire des copies, leur système à la con, la supériorité de Linux dans certains domaines est plus qu'évidente.
Et le principe "t'es coupable de base" est assez énervant, quand on y songe. Oui, acheter un CD et pas pouvoir l'écouter sur sa platine, c'est pour le moins assez frustrant.

Note donnée au disque :       
Damodafoca › lundi 30 novembre 2020 - 15:58  message privé !

Ah c'est marrant que tu parles de ça, je viens de changer de platine cd et j'ai des petits sauts sur certains CDs, des "copy control". Tous lesdits disques ne sont pas touchés, mais c'est relou. Surtout, après 15 ans, se souvenir de quel disque est potentiellement concernés, pour les retrouver...

(N°6) › lundi 30 novembre 2020 - 15:30  message privé !
avatar

@Dio : bah je t'avais crédité l'an dernier quand je réécoutais du Mogwai ! Maintenant c'est domaine public !

Ah oui, comme indiqué dans les remarques cet album est sorti à l'époque (qui n'a pas trop duré) des fameux CD "protégés en écriture", ce qui fait qu'ils pouvaient glitcher ou même ne pas passer sur certains lecteurs. C'était bien relou. L'industrie du disque qui pensait que c'était ça l'avenir, des CD "protégés en écriture", pour pas les mettre sur je sais plus quel site de partage à l'époque, ah, les visionnaires.

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 30 novembre 2020 - 14:13  message privé !
avatar

@(N°6) : Eh oh ! Et mon ©Dio-about-Mogwai©, dis, là ?!