Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMassive Attack › Heligoland

Massive Attack › Heligoland

  • 2010 - Virgin, CDV3070 (1 cd)

cd | 10 titres | 52:11 min

  • 1 Pray for rain [6:44]
  • 2 Babel [5:15]
  • 3 Splitting the atom [5:17]
  • 4 Girl i love you [5:17]
  • 5 Psyche [3:21]
  • 6 Flat of the blade [5:28]
  • 7 Paradise circus [4:53]
  • 8 Rush minute [4:48]
  • 9 Saturday come slow [3:28]
  • 10 Atlas air [7:40]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

100 Suns, Robot Club et Attic Studios, Bristol, Angleterre, Stickydisc Recordings, Brooklyn et UML/Amber, New York, États-Unis, 2009

line up

Robert Del Naja (chant, claviers, programmation), Grantley Marshall (voix)

Musiciens additionnels : Tunde Adebimpe (chant), Damon Albarn (chant, basse, claviers), Horace Andy (chant), Martina Topley-bird (chant), Adrian Utley (guitare), Neil Davidge (basse, guitare, claviers), John Baggott (claviers), Dan Austin (claviers, programmation), Euan Dickinson (claviers, programmation), Tim Goldsworthy (claviers, programmation), Guy Garvey (chant), Hope Sandoval (chant), Dave Sitek (guitare), Billy Fuller (basse), Damon Reece (batterie), Jerry Fuchs (batterie)

remarques

http://massiveattack.com/

chronique

Styles
electro
trip hop
Styles personnels
?

L'écoute méthodique du dernier Massive Attack depuis sa sortie en février dernier, en dépit d'efforts répétés, me pousse vers toujours la même analyse : "Mezzanine" restera, et pour longtemps encore, la croix que le groupe de Del Naja devra porter. Mais qu'a-t-il donc ce foutu disque pour être devenu cette espèce de point de non-retour auquel même son géniteur ne peut plus échapper ? La main mise de 3D sur la destinée de Massive Attack avait peu à peu transformé le groupe en machine froide et mécanique. Et c'est ça qui, quelque part, nous plaisait. "100th Window" avait déçu. Forcément. On les attendait donc au tournant. Inévitablement. "Heligoland" se pare de couleurs organiques qu'on n'avait plus entendues chez eux depuis "Blue Lines". Des basses moins mécaniques, du groove plus chaloupé ("Babel"), des sonorités plus chaleureuses à travers une instrumentation renouvellée ("Psyche"), le retour des cordes façon "Unfinished Sympathy" sur "Paradise Circus", tout ça nous rappelle comment Massive Attack avait débuté. Oui, mais c'était il y a vingt ans ! En l'absence de réelles trouvailles en terme de sample, il ne reste plus à notre duo qu'à faire joujou avec leur appareillage électronique pour tenter de faire vivre ce qui s'apparente de plus en plus à une chimère. Malgré l'étrangeté assumée de certaines plages ("Flat of The Blade" ou "Atlas Air" qui s'amuse à jouer avec les variations de tempo), on a rarement l'impression de sentir, comme autrefois, Massive Attack impliqué dans le renouveau de leur esthétique. L'attente était trop énorme, et le résultat beaucoup trop mollasson pour que la rencontre entre le groupe et ses auditeurs transis puisse se faire sans heurts. "Heligoland" aurait été très certainement un convaincant successeur à "Protection". Malheureusement, nous ne sommes pas là pour réécrire l'histoire.

note       Publiée le samedi 10 avril 2010

partagez 'Heligoland' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Heligoland"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Heligoland".

ajoutez une note sur : "Heligoland"

Note moyenne :        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Heligoland".

ajoutez un commentaire sur : "Heligoland"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Heligoland".

(N°6) › samedi 9 novembre 2019 - 14:28  message privé !
avatar

Comme le temps file. Y a dix ans, dans une autre vie, voilà que peut-être on aurait droit à un retour du trip-hop. Massive Attack revenait à des sonorités beaucoup plus organiques après l'expérience stérile et pasteurisée précédente, avec pleins de featuring beaucoup plus intéressants et sensuels que le préchi-précha de l'irlandaise. Sans parler de retour aux sources, ni de bond en avant, un album entre-deux, entre deux décennies aussi, qui parait moins de son époque que, au hasard, Protection, et qui du coup s'apprécie d'autant plus (on a pas l'impression de visiter le musée du trip-hop). Les feat. de Tunde Adepimbe, Hope Sandoval et Damon Albarn sont particulièrement réussis.

magnu › dimanche 19 août 2018 - 22:03  message privé !

Le temps faisant, j'écoute cet album dans son intégralité avec beaucoup de plaisir. un bon 4,5 boules

Note donnée au disque :       
brianm › mercredi 11 juillet 2018 - 14:54  message privé !

Marrant, il semblerait que ce soit encore un de ces albums réhabilités quelques années après.J'ai chopé la version vinyl dont l'écoute m'a fait un sacré effet ; difficile de faire un avis plus élaboré pour le moment, mais pour moi il mérite amplement ses cinq boules. En fait j'ai presque plus de plaisir à l'écouter que Mezzanine (je connais pas le reste), dans la mesure où je le trouve plus coloré et plus diversifié. Bon pis merde quoi, Paradise Circus. Affaire à suivre.

Dun23 › vendredi 8 juin 2018 - 11:13  message privé !

C'est clair, il ressort régulièrement par chez moi. c'est pas le meilleur, mais il a un truc attachant cet album. Girl i love you, Paradise circus et Atlas air me le font écouter finalement souvent. Mais en ce qui me concerne, je lance l'avis définitif (et j'espère qu'ils me contrediront): Massive Attack ne dépassera jamais Mezzanine.

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 8 juin 2018 - 10:52  message privé !

J'aime bien ce disque, qui est je trouve un peu paradoxal, au sens que ce serait une sorte de mix entre immédiateté et effet retard. Un 4.5 , d'ici .

Note donnée au disque :