Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTricky › Maxinquaye

Tricky › Maxinquaye

cd • 12 titres • 57:01 min

  • 1Overcome4:28
  • 2Ponderosa3:30
  • 3Black Steel5:39 [reprise de Public Enemy]
  • 4Hell Is Around the Corner3:46
  • 5Pumpkin4:30
  • 6Aftermath7:37
  • 7Abbaon Fat Track4:26
  • 8Brand New You're Retro2:54
  • 9Suffocated Love4:52
  • 10You Don't4:39
  • 11Strugglin'6:38
  • 12Feed Me4:02

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Bristol, Angleterre, 1994

line up

Martina Topley-bird (chant), Tricky (chant, production)

Musiciens additionnels : Pete Briquette (basse), Alison Goldfrapp (chant), Ragga (chant), Mark Saunders (claviers), FTV (guitare, batterie), Tony Wrafter (flûte), James Stevenson (guitare)

remarques

chronique

Styles
trip hop

Quand sort "Maxinquaye" en 1994, le mouvement que la presse a vite fait de cataloguer sous la dénomination convenue de Trip Hop n'a que peu de représentants. Massive Attack, l'instigateur, s'est vite employé à s'écarter des chemins tout tracés par "Blue Lines" pour en venir à un rapport plus clinique, concurrencé, voire dépassé, par les voisins de Portishead. Adam Thaws, alias Tricky Kid, quitte la formation phare de Bristol pour suivre sa propre route. Et la première pierre qu'il déposera sur ce chemin de terre poussiéreux, on le verra, semé d'embûches, sera ce "Maxinquaye" qui, curieusement, est le seul disque du genre à allier à la fois la chaleur véhiculé autrefois par "Blue Lines" et le froid glacial distillé sur "Dummy". A ce titre, on pourrait considérer ce disque comme celui qui serait susceptible de donner la vision la plus pertinente de ce que représente (représentait ?) le trip hop dans tous ses aspects. Malgré tout cela, le seul point négatif que l'on soulignera à l'encontre de "Maxinquaye", maintenant qu'il a presque dix ans d'âge, c'est que, parmi les disques les plus importants de sa discographie (à savoir les quatre premiers en incluant le projet "Nearly God"), il est le seul à être resté comme figé dans l'époque qui l'a vue naître. L'écoute de ce disque procure toujours le même plaisir, mais cela se fait par le biais d'une oreille qui se rajeunit et qui se remémore les sons d'une époque révolue. Pourtant, tout est là : les ambiances glauques ("Overcome"), les grandes trouvailles ("Strugglin'"), l'insolence ("Hell is Round the Corner", travaillé à partir du même sample qui donnera "Glory Box" chez Portishead), l'impertinence (la reprise punk de Public Enemy, "Black Steel"), le trouble ("Abbaon Fat Tracks", "Feed Me"), en quelque sorte aussi l'avenir (Alison Goldfrapp sur le merveilleux "Pumpkin"). En somme, un album majeur, si pas l'album majeur du trip hop. Mais peut-être pas l'album majeur de Tricky... Ni ma meilleure chronique, je dois dire...

note       Publiée le dimanche 15 juin 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Maxinquaye".

notes

Note moyenne        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Maxinquaye".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Maxinquaye".

zugal21 › vendredi 10 mars 2017 - 13:56  message privé !

Il a été long à apprivoiser, ici, et échappe encore un poil. J'y entends une entrée en matière puissante et addictive, puis comme quelque chose qui (se) délite petit à petit, lentement et aussi en sursauts (Brand new you're retro, you don't), à partir de la quatrième piste incluse. Et aussi, il est pas propre sur lui, le saligaud

Note donnée au disque :       
The Gloth › lundi 27 janvier 2014 - 13:57  message privé !

En effet, my mistake. J'étais persuadé que c'était sur "Licence to Ill".

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 27 janvier 2014 - 13:43  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Ouep, sur It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back. (Totalement méconnaissable ceci-dit, la version punky-dub-électrotruc...).

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 27 janvier 2014 - 11:50  message privé !
avatar

Euh… Black Steel in the Hour of Chaos. P.E. "I got a letter from the government The other day I opened and read it It said they were suckers They wanted me for their army or whatever Picture me given' a damn I said never" etc etc...

Note donnée au disque :       
Seijitsu › lundi 27 janvier 2014 - 11:50  message privé !

Tu es sûr de toi ? J'avais lu que c'était pourtant une cover de la bande à Chuck D et pas qu'ici.

Note donnée au disque :