Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImpaled Nazarene › Vigorous and liberating death

Impaled Nazarene › Vigorous and liberating death

cd • 13 titres • 33:48 min

  • 1King reborn02:39
  • 2Flaming sword of Satan03:16
  • 3Pathological hunger for violence02:33
  • 4Vestal virgins02:44
  • 5Martial law02:24
  • 6Riskiarvio03:25
  • 7Apocalypse principle02:39
  • 8Kuoleman varjot01:37
  • 9Vigorous and liberating death02:38
  • 10Drink consultation02:21
  • 11Dystopia A. S.02:31
  • 12Sananvapaus00:44
  • 13Hostis humani generis04:17

enregistrement

Enregistré entre décembre 2013 et février 2014 aux S/mental et City Lights Studios

line up

Mika Luttinen (chant), Tomi Ullgrén (guitares), Mikael "Arkki" Arnkil (basse), Reima Kellokoski (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black/punk metal

Quatre ans après avoir sorti un "Road to the octagon" qui etait passé assez inaperçu, voilà qu'Impaled Nazarene remet le couvert avec ce "Vigorous and liberating death". Premier constat, l'album dure 33 minutes et des poussières pour 13 titres, c'est-à-dire avec exactement le même schéma que l'album précédant. On a droit à toute une série de morceaux plutôt courts, à peine 2-3 minutes, dans une mouvance particulièrement brutale. Impaled Nazarene revient avec un disque basique, sans fioritures, très punk dans l'approche, l'ambiance et dans sa construction. Un riff, une rythmique dans le rouge à 95%, alternant blasts et up-tempos destructeurs, et hop, le tour est joué ! On sent que le tout a été enregistré avec le moins de retouche possible pour garder un esprit live à l'ensemble. Le son de la guitare notamment sonne particulièrement naturel, sans effets particuliers et presque plus punk que véritablement metal. En ce sens, le disque manque cruellement de puissance. On sent bien que le groupe veut taper vite et fort mais la production n'est selon moi pas adaptée au niveau d'agression escompté. Le chant de Mika Luttinen se fait moins halluciné que par le passé où celui-ci chantait tel un hystérique en pleine crise de paranoïa ! Son chant se fait ici plus caverneux et est clairement mis en retrait. L'ensemble fait certes bien compact mais d'une, il manque de diversité, et de deux, on n'est pas scotché comme on pouvait l'être à l'époque de "Rapture" ou de "Suomi Finaldn perkele" où on avait vraiment l'impression que Mika nous hurlait littéralement à la gueule. Seule la batterie apporte ce côté vraiment brutal au disque. Le côté punk donne cette impression de gros crachat à la gueule mais il aurait fallu un peu plus d'énergie et des enchaînements et arrangements mieux pensés. "Pathological hunger for violence" sort son épingle de son jeu avec une guitare vraiment sympa. A côté de ça, étonnement positionné en deuxième place, "Flaming sword of Satan" (cf. la pochette particulièrement hideuse) représente l'une des rares incartades en mid-tempos du disque (avec le dernier morceau) pour un résultat poussif et peu inspiré. Il aurait été plus judicieux de le mettre en milieu de disque pour apporter un peu de rythme à un disque qui en manque énormément. Pour le reste, on a toute une pelleté de morceaux interchangeables, souvent sur le même format et qui manquent d'accroche (sans pour autant être pourris). Ah oui, et aussi petit événement avec ce douzième album, il s'agit du premier n'incorporant pas de morceau à la gloire du bouc (leur animal préféré !) ! Vous l'aurez compris, je n'ai pas du tout été convaincu par cet album d'Impaled Nazarene qui a du mal à se renouveler depuis une petite quinzaine d'années. J'ai l'impression d'avoir un groupe en perte de vitesse. Espérons qu'ils réussissent à l'avenir à remonter la pente.

note       Publiée le vendredi 1 mars 2019

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Vigorous and liberating death" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Vigorous and liberating death".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Vigorous and liberating death".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Vigorous and liberating death".

cantusbestiae Envoyez un message privé àcantusbestiae

Je préfère aussi (largement) le nouvel album à celui-ci que je n'aurai écouté qu'une paire de fois et vers lequel je ne retournerai probablement jamais.

Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Ouais on peut s’accorder sur le fait que les 2 sont objectivement assez opposés aha.

Note donnée au disque :       
Nicko Envoyez un message privé àNicko
avatar

Perso, je préfère largement le dernier, mieux inspiré selon mes goûts, même s'il y a peu d'évolutions il est vrai.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Bon le dernier n'est pas sensas par contre...

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Je suis passé un peu rapidement sur la période 2001-2012 mais la redécouverte de Latex Cult / Rapture m'a donné envie de me replonger sur un album plus récent. C'est celui-ci qui m'a tapé dans l’œil avec sa très bonne pochette et son titre. Passé une première écoute assez déconcertante (ce son assez loin des standards habituels du groupe), ça a été la claque. King Reborn & Pathological Hunger for Violence s'imposent assez rapidement comme des nouveaux classiques du groupe, et après un ventre un peu mou (une référence à la pochette surement, la deuxième moitié du disque s'avère très efficace. 4,5/6 arrondi à 5 parce qu'il vaut 6 après quelques verres (do the math). Une très bonne surprise.

Note donnée au disque :