Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTricky › Blowback

Tricky › Blowback

  • 2001 • Anti 6596-2 • 1 CD digipack

cd • 13 titres • 50:39 min

  • 1Excess4:43
  • 2Evolution Revolution Love4:09
  • 3Over Me2:56
  • 4Girls4:20
  • 5You Don't Wanna5:24
  • 6#1 Da Woman2:39
  • 7Your Name3:36
  • 8Diss Never [Dig Up We History]2:48
  • 9Bury the Evidence4:51
  • 10Something in the Way3:23 [reprise de Nirvana]
  • 11Five Days4:19
  • 12Give It to 'Em3:03
  • 13A Song for Yukiko4:12

enregistrement

Durban Studios, Ocean Way, Sarm West, Californie, USA, 2000 - 2001

line up

Tricky (chant, claviers, piano)

Musiciens additionnels : Flea (basse), Stephanie McKay (chant), Alanis Morissette (chant), Tim Pierce (guitare, basse), Mark Gemini Thwaite (guitare), Jamie Muhoberac (piano), Rob Cavallo (piano), Ed Kowalczyk (chant), Hawkman (chant), Marty Rifkin (guitares), Ambersunshower (chant), Anthony Kiedis (chant), John Frusciante (guitare), Wayne Nunes (basse), Perry Melius (batterie), Gareth Bowen (claviers), Josh Klinghoffer (batterie), Cyndi Lauper (chant), John Suzuki (chant), Yukiko Takahashi (chant), Mikio Endo (piano préparé)

remarques

chronique

En débarquant sur Anti, Tricky pense s'être fait une virginité. Le casier est blanc, et tout est à refaire. Hors, qui se soucie de lui aujourd'hui si ce n'est sa petite personne ? S'il y a bien un artiste des années quatre-vingt dix à pointer du doigt pour illustrer le manque total de réciprocité entre son public et son oeuvre, c'est bien lui. De rencontre il fût, certes, sur son premier album, mais à posteriori, on est en droit de se demander s'il ne s'agissait pas d'un pur hasard ou d'une heureuse coïncidence, car depuis, cela n'a été qu'une histoire de chassés croisés ratés. On le saluera pour son intégrité, limite psycho-rigide tout de même, mais on s'étonnera aussi de voir que, privé de liberté artistique, le bonhomme n'a de cesse de recoller au succès. Pour se faire, et quand on se rend compte que les seules modifications que l'on est capable d'apporter se situent au niveau de la forme et non du fond, on fait appel à de la main d'oeuvre extérieure, si possible traînant avec elle un certaine notoriété qui n'est jamais de trop quand l'on tente de s'en servir pour sortir la tête hors de l'eau. Or, nous l'avions vu sur "Nearly God", Tricky ne sait pas toujours comment bien s'entourer ; cette fois, il ose même se commettre avec le groupe Live (sur "Evolution Revolution Love"), fait appel à Alanis Morissette, un bon trois quart des Red Hot Chili Peppers qui ne se fatiguent pas en réactualisant "Brand New You're Retro" en "#1 Da Woman", et même, même, rendez-vous compte, Cyndi Lauper pour "Five Days"... Excepté l'inattendu single "You Don't Wanna" sur base d'un sample d'Eurythmics, une version étonnante du "Something in the Way" de Nirvana et un exotique "A Song for Yukiko" en fin d'album, "Blowback" fait plus que décevoir. Pourtant, sur papier, il n'est pas radicalement différent : ça reste du Tricky pur jus, mais du Tricky nettoyé au Kärcher ; débarassé de toutes ses impuretés, il devient fade et sans relief apparent.

note       Publiée le dimanche 15 juin 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Blowback".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blowback".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blowback".

Ramon › samedi 20 juillet 2013 - 10:49  message privé !

C'est le moment de faire remonter la moyenne de celui-là ! En plus c'est sincère, vu qu'il passe comme une lettre à la poste.

Note donnée au disque :       
No background › jeudi 29 septembre 2011 - 16:39  message privé !

Pas si différent des autres Tricky effectivement, mais plus on l'écoute et plus on le trouve vide. Au début je trouvais la note sévère, mais l'album perd très très vite sa saveur. A noter que Bury the evidence (meilleur morceau de l'album effectivement) est sorti sous le nom Life's like a movie (it doesn't move me) sur le live Neptune enregistré à l'Olympia en 1998 (Tricky était alors au top).

Note donnée au disque :       
The Gloth › lundi 10 décembre 2007 - 15:23  message privé !
Tiens, il faudra que je le réécoute celui-là. Pas son meilleur, mais dans mon souvenir il était bien tout de même.
Note donnée au disque :       
Fabb74 › jeudi 18 janvier 2007 - 11:32  message privé !
...j'avais oublié, mais comment ai-je pu oublier "Bury the Evidence" énorme morceau de cet album, tout en rage contenu, évoluant crescendo vers un univers écorché comme Tricky les affectionne tant. Merci du rappel dariev.
Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 29 juillet 2006 - 18:28  message privé !
avatar
... pour ma part je suis de l'avis de Fabb74. Je ne comprend vraiment pas pourquoi tout le monde se jette à bras raccourcis sur ce disque. écoutez "bury the evidence", raaahhhhh... bon ça reste un disque fun pleins de featurings débiles, tricky s'éclate en studio avec des vrais instruments, pour changer un peu. Perso la reprise du theme de Wonder Woman avec John Frusciante me ravit au plus haut point ! Et la reprise de "something in the way", version ragga... moi j'aime en tout cas