Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEinstürzende Neubauten › Haus der Lüge

Einstürzende Neubauten › Haus der Lüge

cd • 8 titres

  • 1Prolog
  • 2Feurio
  • 3Ein Stuhl in der Hoelle
  • 4Haus der Lüge
  • 5Epilog
  • 6Fiat Lux : a) Fiat Lux, b) Maifestspiele, c) Hirnlego
  • 7Schwindel
  • 8Der Kuss

enregistrement

Hansa Studios, Preussenton Studios, Tritonus Studios, Berlin, Allemagne, 1988-89

remarques

chronique

Styles
indus

Certains s’étonneront peut-être que j’accorde la note maximale à l’album que beaucoup jugent le plus accessible de Einstuerzende Neubauten. C’est justement pour cette raison ; selon moi le groupe y atteint la perfection de son art puisqu’il arrive à conjuguer approche plus facile et ligne industrielle dure, sans dévier un iota de son axe de travail. Entendons-nous bien sur le sens que j’accorde au mot ‘facile’, il concerne principalement les sons qui sont moins sauvages et saturés que de coutume car les structures de composition, elles, restent audacieuses. Un tour du propriétaire s’impose. ‘Prolog’ se présente comme une narration en trois volets que Blixa Bargeld clôt chaque fois de la phrase ‘wir könnten aber…’ suivie aussitôt d’une cacophonie bruitiste, toujours plus longue, la dernière enchaînant sur ce qui constitue probablement LE tube de Einstuerzende Neubauten, l’excellent ‘Feurio’. C’est effectivement l’un des titres les plus dansants et ses structures ont une approche quasi EBM parfaitement mêlée à des sonorités plus industrielles. ‘Ein Sthul in der Hoelle’ se présente comme une pièce au délicieux parfum de théâtre absurde, un rythme tout bête, une chanson qui a tout d’une comptine populaire ou d’un nursery ryhme, et des textes malsains. ‘Haus der Lüge’ est presque un morceau rock de par sa rythmique et l’importance de la guitare. Il est en tous cas excellent vu son atmosphère sombre et sa mélodie imparable. ‘Epilog’ ne clôt pas du tout le disque et se présente comme une sorte de narration rapide complémentaire de‘Prolog’. S’ensuit une suite de pièces nettement moins accessible. ‘Fiat lux’ tout d’abord, déclinée en trois volets, le premier très ambient, voir relaxant débute par des bourdonnements de mouches pour glisser sur un tapis de guitares où se pose la voix de Blixa qui finit par se taire, laissant divers bruits monter en arrière-plan, ‘tic-tac’, sirènes, grincements, sans jamais exploser. Après plus de 9 minutes de ce régime éclate un rythme aux pulsations de cœur stressé qui donne à l’ensemble un côté presque rituel parfaitement adapté aux ondulations du chant allemand et sa musique particulière. Le morceau qui suit en surprendra plus d’un de par sa rythmique dub ( !)accompagnée de bruits divers…une atmosphère pour le moins singulière. ‘Der Kuss’ s’engouffre dans une atmosphère très cabaret qui colle finalement assez bien au côté théâtral du groupe. Evidemment, ceux qui apprécient un Einstuerzende Neubauten sauvage et rythmé seront déçus. Je trouve personnellement cet album exceptionnel à bien des niveaux.

note       Publiée le vendredi 18 juillet 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Haus der Lüge" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Haus der Lüge".

notes

Note moyenne        35 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Haus der Lüge".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Haus der Lüge".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Apothéose musicale , jouissif

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

L'un de mes Neubauten favoris. Passés quelques titres moins marquants (Prolog, Schwindel - qui ne fait pas parti de la suite Fiat Lux contrairement à la tracklist mentionnée ici), chaque titre fait mouche et atteint des sommets. Un excellent point de départ pour les néophytes également.

Note donnée au disque :       
ricccco Envoyez un message privé àricccco

accessibles sur ce cd peut etre , mais en live c'est autre chose...J'ai été à leur concert à paris, à l'époque de la sortie de cet album, avec un copain qui ne connaissait pas. Je lui avais expliqué que cet album était plus accessible, plus cabaret...Et bien je peux vous dire qu'à chaque morceau, il me demandait de quel album était . et quand je lui disais que ces morceaux étaient tirés du dernier album, il était surpris. Le meilleur concert de ma vie c'est eux. Et petite remarque, pourquoi ne pas chroniquer le chef d'oeuvre de fm einheit & andreas ammer , radio inferno? parce que là on touche à un chef d'oeuvre

nordwaves Envoyez un message privé ànordwaves

Je suis d'accord, c'est aussi le fait qu'il soit accessible qui le rend aussi sublime. Difficile de ne pas mettre "6" à un album de EN de toute manière.

Rendez-Moi Envoyez un message privé àRendez-Moi

J'avais essayé y a quelques années, deux-trois, j'avais pas accroché. J'ai réessayé, ça a l'air vraiment super bon !