Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEinsturzende Neubauten › Ende Neu

Einsturzende Neubauten › Ende Neu

cd • 8 titres

  • 1Was ist ist
  • 2Stella Maris
  • 3Die Explosion im Festspielhaus
  • 4Installation no 1
  • 5NNNAAAMMM
  • 6Ende Neu
  • 7The garden
  • 8Der Schacht von Babel

line up

Blixa Bargeld (chant, guitares, flûtes, percussions, crayons, froissements de papier), Jean-pierre Catoul, F.m. Einheit (percussions, barils, boîtes de plastique, frottements), Alexander Hacke (basse, guitare), Raoul Walton (basse, effets d'ampli), Roland Wolf (orgue hammond), Andrew Chudy (percussions plastiques, plaques de métal, batterie, tubes, basse, effets, claquements de main), Ingrid Aelvoet, Renaud Lhoest, Françoise Derissen, Georges Siblik, Carole Duteille (violon), Jean-Pol Zanutel (violoncelle), Benoît Gilot, Samuel Aelvoet, Eric Gerstmans (alto), Meret Becker (chant féminin)

remarques

Il existe un album de remixes de cet album

chronique

Styles
indus
pop

Tout est dans le titre...'Ende', la fin et les dernières lettres du premier mot composant le nom du groupe et 'Neu', nouveau et le commencement du second. Cet album marque en effet l'achèvement d'une période pour les Allemands, celle de l'expérimentation et la déconstruction des structures mélodiques, bien que 'Tabula Rasa' ait pu nous y préparer. Curieusement dépouillé et calme, il nous dévoile une mouture d'Einstürzende Neubauten flirtant quasiment avec la pop, utilisant les instruments de récupération dans une optique plus atmosphérique. Les sons sont apaisants, souvent étouffés, bas, les fréquences aiguës sont presque totalement absentes. N'oublions pourtant pas à qui nous avons à faire, 'Ende Neu' est certes accessible mais non dénué de créativité, à commencer par nombre de trouvailles discrètes comme les frottements de crayon de 'Die Explosion im Festspielhaus' ou l'utilisation des cordes mélancoliques sur 'The garden'. Niveau structure, certaines compositions restent fidèles à l'optique répétitive, quasi hypnotiques, chère à l'industriel, ainsi les beaux 'Installation no 1' et surtout 'NNNAAAMMM' qui démarre comme une sorte de gospel a cappella où les voix forment un rythme sur lequel se greffent progressivement les percussions. D'autres sont purement pop, ainsi le doux 'Stella Maris' chanté en duo avec Meret Becker, mais parfois le feeling est trompeur: 'Die Explosion im Festspielhaus' flirte certes avec la pop mais avec une ligne faussement progressive qui n'explose jamais réellement sans stagner pour autant. Parmi mes pièces favorites, je citerais encore l'atypique 'Was ist ist' qui démarre le disque de manière rythmée, nerveuse, tranchante et surtout le splendide 'The Garden', chanson mélancolique magnifiquement soutenue d'un lit de cordes sans cesse à la limite entre l'aigu et l'apaisant. Disque de crise (Mark Chung est parti, F.M Einheit sur le point de le faire, bien qu'encore crédité), oeuvre de rupture, mais opus charmeur également et annonciateur d'évolution plus que de fin, 'Ende neu' aurait tout pour désarçonner les puristes. Il n'en est rien, les Einstürzende Neubauten sont des gens talentueux et cette galette reste une pleine réussite bien qu'assez inhabituelle pour eux.

note       Publiée le mercredi 31 octobre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ende Neu".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ende Neu".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ende Neu".

Rastignac › dimanche 17 décembre 2017 - 14:54  message privé !
avatar

Ce fut mon tout premier, procuré à sa sortie ; j'ai mis du temps à comprendre leur musique. Maintenant ça passe tranquilou ; et was ist ist doit être une des rengaines les plus obsédantes que j'ai pu écouter (et intégrer au fond du cortex) ; le genre de truc qui ne sort jamais de la tête. Quelle voix ce Blixa.

Twilight › dimanche 17 décembre 2017 - 10:58  message privé !
avatar

ah bon ? J'avais cru qu'il avait claqué la porte à l'époque. Merci de l'info.

Demonaz Vikernes › samedi 16 décembre 2017 - 14:50  message privé !

...Et N.U. Unruh n'a jamais quitté le groupe, il est juste crédité "Andrew Chudy" ici ;)

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › samedi 16 décembre 2017 - 14:49  message privé !

Pas mon Neubauten favori, mais il comporte son lot de titres marquants. Le morceau titre d'abord, absolument parfait, également Was Ist Ist, The Garden, NNNAAAMMM, bref une bonne moité de l'album. Les parties trop calmes m'ennuient un peu en revanche, ils maîtriseront mieux ce genre de pistes dans le futur.

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › dimanche 19 septembre 2010 - 12:17  message privé !

Charme et mélancolie. Mais aussi énergie. Des morceaux d'anthologie: NNNAAAMMM, Stella Maris (quelle sensualité!), The Garden (poignant, à pleurer!), Die Explosion im Festspielhaus, Installation n°1... 5 boules, parce qu'ils feront encore mieux avec Silence is Sexy.

Note donnée au disque :