Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEinsturzende Neubauten › Strategies against architecture (volume 2)

Einsturzende Neubauten › Strategies against architecture (volume 2)

23 titres - 92:05 min

  • 1/ abfackeln ! (3:32) - 2/ Partynummer (1:35) - 3/ Z.N.S. (5:40) - 4/ Die Elektrik (Merle) (2:21) - 5/ Intermezzo / Yü-Gung (live) (6:18) - 6/ Seele Brennt (4:11) - 7/ Blutvergiftung (1:50) - 8/ Sand (3:31) - 9/ Kangolicht (4:16) - 10/ Armenia (live) (4:42) - 11/ Ein Stuhl in Der Hölle (2:10) - 12/ Vanadium I Ching (4:55) - 13/ Leid und Elend (live) (4:33) - 14/ DNS-Wasserturm (6:27) - 15/ Armenia II (live) (3:46) - 16/ Fackeln ! (1:56) - 17/ Ich bin’s (3:22) - 18/ Hirnlego (3:09) - 19/ Wardrobe (2:40) - 20/ Bildeschreibung (9:20) - 21/ Haus der Lüge (live) (4:40) - 22/ Jordache (0:27) - 23/ Kein Bestandteil sein (alternative ending) (6:44)

line up

Blixa Bargeld, Mark Chung, F.m. Einheit (Strauss), Alexander Hacke (Alexander Borsig), N.u. Unruh (Andrew Chudy)

remarques

chronique

Comment expliquer l’influence majeure qu’a eu cette double compilation sur ma conception de la musique ? Toutes mes idées basées sur ce bon vieux schéma basse-guitare-batterie ont volé en éclats à la première écoute de ce qui peut s’apparenter à une histoire de la musique industrielle allemande voire européenne. Car si la musique industrielle ne peut se résumer à E.N. ils en sont (en fait "étaient" serait plus juste au vu de leur orientation musicale actuelle, pas à mon goût d’ailleurs !) une pièce maîtresse, un des fondements. On peut voir la carrière de E.N. en trois parties, d’ailleurs éditées en trois compilations portant toutes le même nom et dont celle qui nous intéresse ici est la seconde (comme vous pouvez le deviner avec le tome 2 !!). La première partie va jusqu'à 1983, la seconde de 1984 à 1990, la dernière couvre la période de 1991 à 2002. Si la dernière en date est trop accessible à mon avis, du genre proche de la pop, la première est extrêmement difficile d’accès… Donc la partie la plus intéressante reste celle de ce double CD, contenant tout ce qu’il faut afin de détruire pour mieux reconstruire (c’est une sorte de maître mot philosophique du groupe). Les deux CDs sont de qualité équivalente. Tous deux donnent une bonne idée de l’étendue de la créativité du groupe. Les plus anciens titres sont assez difficiles à aborder mais on apprécie vite les ambiances martiales développées à base de percussions métalliques… En fait tout est bon pour produire du son pour E.N. comme le montre le livret (riche en photo et anecdotes, on y voit des caddies de supermarché, des marteaux piqueurs, des guitares aussi bizarrement et d’autres engins encore plus mystérieux). Au niveau des effets sonores, tout d’abord la production est impeccable et il est aisé de reconnaître là une rythmique à base de variation du volume sur un gros ampli, ici une boite de peinture en plastique, base rythmique pour le titre époustouflant "Ich bin’s". Bien sûr les vocaux sont en allemand ce qui peut être un peu perturbant au début (mais maintenant que la planète tremble sous les coups de butor de Rammstein qui viendra se plaindre ?) et la voix de Blixa Bargeld parcourt tout le spectre possible pour un humain (sa voix est chaude pour "Sand", sujette à une aphonie dans "Seele Brennt" très impressionnant !! ou encore hantée dans le mythique "Ich Bin’s"… Et quand ils utilisent de vrais instruments ils le font très très bien, vous me direz des nouvelles de la ligne de basse de "Seele Brennt". Tous les morceaux sont très dynamiques sauf peut-être "Bildeschreibung" (ce qui veut dire "description d’image" pour les non germanophones…) qui est très ambiant, ou encore la version live d’"Armenia" dont l’apogée me fait regretter amèrement de n’avoir jamais assiste à un concert… à l’époque où ils étaient interdits en Amérique pour avoir attaqué au plus fort de l’élan artistique (hum !!) et de l’inspiration scénique l’un des pylônes de soutien de la salle avec le marteau piqueur qui est passé d’élément rythmique à une utilisation plus classique ! La version live de "Haus der Luge" conduit elle aussi à une apogée gigantesque qui est représentative des capacités du groupe à faire monter la tension dans les ambiances distillées… Un régal ! Bref s’il faut mettre au placard pas mal de conceptions musicales avant d’entamer l’écoute de ce morceau, de ce pan devrais-je dire, de la musique moderne, le jeu en vaut à mon avis la chandelle…

note       Publiée le mardi 30 avril 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Strategies against architecture (volume 2)".

notes

Note moyenne        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Strategies against architecture (volume 2)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Strategies against architecture (volume 2)".

taliesin › lundi 29 juillet 2019 - 21:33  message privé !

@Lau : welcome ! :-)

Note donnée au disque :       
Lau › dimanche 28 juillet 2019 - 19:46  message privé !

Maintenant je l'entends aussi u_u'

taliesin › vendredi 19 juillet 2019 - 22:05  message privé !

Je ne sais si c'est fait exprès, mais chaque fois que j'écoute Z.N.S., j'entends "Satanas" ;-)

Note donnée au disque :       
nordwaves › dimanche 25 avril 2010 - 21:04  message privé !

La meilleure des 3 compilations. A égalité avec la première et la troisième :D

NevrOp4th › dimanche 1 novembre 2009 - 09:57  message privé !

Je me le suis procuré et c'est vraiment un groupe très intéressant, à la démarche original et inspiré. Une très bonne compilation, bien diversifié, avec une très bonne qualité de son. Très bonne découverte. ^^

Note donnée au disque :