Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUriah Heep › Sweet freedom

Uriah Heep › Sweet freedom

cd | 8 titres | 37:23 min

  • 1 Dreamer [03:41]
  • 2 Stealin' [04:49]
  • 3 One day [02:47]
  • 4 Sweet freedom [06:37]
  • 5 If I had the time [05:43]
  • 6 Seven stars [03:52]
  • 7 Circus [02:44]
  • 8 Pilgrim [07:10]

enregistrement

Enregistré au Château d'Hérouville en juin et juillet 1973

line up

David Byron (chant), Mick Box (guitares), Gary Thain (basse), Lee Kerslake (batterie, chant), Ken Hensley (claviers, guitares, synthés, chant)

chronique

Styles
rock
hard rock
Styles personnels
70's

Uriah Heep vient de passer une étape avec la sortie successive d'albums très marquants et réussis. Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que leur âge d'or est passé. Cependant cela ne signifie pas que la suite ne sera pas intéressante. Dans les années 70, la bande à Mick Box sera particulièrement prolifique avec très peu de temps morts. Visez un peu le rythme, quand le groupe entre en studio pour ce "Sweet freedom", pas moins de 3 sorties ont été réalisées en à peine plus de 12 mois, les deux albums "Demons and wizards", "The magician's birthday" ainsi que le live "Uriah Heep Live" ! Mon avis a un temps pu être un peu biaisé sur ce disque car il s'agit du premier album du groupe que j'ai eu. C'est resté ma référence pendant de longs mois avant de découvrir petit à petit les premiers albums. Et il faut bien reconnaître qu'avec le recul, ce disque est clairement un ton en dessous de ce qu'ils ont fait par le passé. Le style est plus proche du rock classique, lorgnant sur le hard rock, que par le passé. Le côté progressif du groupe est quand même bien moins présent ici, on reste sur un format chanson, "Dreamer" et le final "Pilgrim" ayant même des relents limite funky ! Ceci dit, attention, l'album reste largement écoutable, l'inspiration est tout de même présente. On sent que le groupe déborde de qualités qu'ils n'ont pas perdues. On retrouve ce claviers si symptomatique du style Uriah Heep, emprunté à Deep Purple, mais totalement intégré à leur musique personnelle. Les mélodies sont vraiment présente à l'image du morceau titre vraiment sympa, "Sweet freedom", ou du single "Stealin'" même s'il reste moins marquant que les singles du passé. On nage en pleine musique des années 70, planante, aérienne, à l'image du floydien "If I had the time", même si la base rock est toujours là. David Byron au chant effectue à nouveau une performance de haut vol. Alors la note peut avoir l'air un peu sévère mais même si dans sa globalité les compositions s'écoutent très bien avec plaisir, il manque cet éclair de génie qui donnait toute sa force aux titres des précédents albums. C'est un peu comme si ici les bases des morceaux étaient présentes, mais que ça ne partait pas vraiment avec puissance, qu'il manquait quelque chose. Ce "Sweet freedom" reste quand un bon album mais pas au niveau des classiques du groupe des années précédentes.

note       Publiée le lundi 26 février 2018

partagez 'Sweet freedom' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sweet freedom"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sweet freedom".

ajoutez une note sur : "Sweet freedom"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sweet freedom".

ajoutez un commentaire sur : "Sweet freedom"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sweet freedom".