Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUriah Heep › Salisbury

Uriah Heep › Salisbury

cd | 6 titres | 37:59 min

  • 1 Bird of prey [04:13]
  • 2 The park [05:38]
  • 3 Time to live [04:01]
  • 4 Lady in black [04:44]
  • 5 High priestess [03:42]
  • 6 Salisbury [16:22]

enregistrement

Enregistré en octobre et novembre 1970 aux Lansdowne Studios de Londres

line up

David Byron (chant), Mick Box (guitares, chant), Paul Newton (basse, chant), Keith Baker (batterie), Ken Hensley (claviers, piano, mellotron, guitares, chant)

Musiciens additionnels : John Fiddy (arrangements [6])

chronique

Après un premier essai plein de promesses, Uriah Heep, comme c'est le rythme à l'époque, ne tergiverse pas et propose moins d'un an plus tard le successeur de "...Very 'eavy ...Very 'umble". Et là, clairement, l'évolution est nette, pas tant dans le style que dans la maîtrise. Uriah Heep a tout simplement pris de la bouteille. Toujours sur sa base Purpleienne, le groupe de Mick Box crée son univers, qui se fait plus personnel et ésotérique. On ressent à l'écoute de ce disque une volonté de sortir des sentiers battus du rock n' roll pour adopter une attitude plus progressive. Et petit à petit, on voit se dessiner l'originalité du groupe, à savoir un rock résolument dur, à l'image du brûlot "Bird of prey", très lourd, profondément hard rock, mélangé à du rock/folk doux ("Lady in black", "The park") sur des rythmiques parfois jazzy, parfois même tous ces styles sur un même morceau à l'image du "High priestess" m'ayant étrangement fait penser au "Supermen" de David Bowie, le tout supporter par le chant exceptionnel de David Byron, avec un timbre à la fois proche d'Ian Gillan, mais aussi de Paul Di'Anno, toujours très clair et assez haut perché, avec une facilité incroyable à monter dans les aigus. Et là, très clairement, on sent que le groupe veut explorer, à l'image d'un King Crimson. Qui ne voit pas l'ombre du roi cramoisi sur un morceau comme "The park" ? L'inspiration est tellement plus constante que sur le premier album. "Salisbury" représente vraiment un tournant dans la carrière du groupe. Avec ce deuxième album, Uriah Heep réussit à se démarquer de la multitude de groupes de rock issus de cette période flower power, en imposant son style avec une qualité d'interprétation irréprochable et des morceaux très inspirés. Et que dire du final "Salisbury" ? Voilà une superbe pièce riche, avec un orchestre de 22 musiciens, et incroyablement bien construite du haut de ses plus de 16 minutes, marquant la première véritable incursion du groupe dans le rock progressif avec des relents jazzy, soul et purement rock. Le groupe réussira à l'avenir à se tenir suffisamment à l'écart de ce mouvement pour garder son indépendance et ne pas subir la fronde des intégristes du genre. "Salisbury" représente en tout cas pour moi la confirmation qu'Uriah Heep est bien plus qu'une simple copie de Deep Purple et qu'il s'agit véritablement d'une formation sur laquelle il faut compter. Cet album est vraiment facile d'accès et permet de la meilleure des manières de se familiariser avec l'univers si riche de la formation britannique.

note       Publiée le mercredi 16 septembre 2015

partagez 'Salisbury' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Salisbury"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Salisbury".

ajoutez une note sur : "Salisbury"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Salisbury".

ajoutez un commentaire sur : "Salisbury"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Salisbury".

zugal21 › vendredi 15 juin 2018 - 12:04  message privé !

Je me suis mis tardivement aux albums d'Uriah Heep d'avant 1974. Sur certains titres de celui-ci on comprend vite pourquoi King Diamond cite David Byron comme influence. Superbes mélodies, sinon, peut-être un poil trop enluminé, le truc, mais ça vaut bien 5 boules

Note donnée au disque :       
SEN › jeudi 17 septembre 2015 - 23:48  message privé !

J'ai un affect particulier pour cet album et pour le morceau SALISBURY... D'ailleurs c'est le seul Uriah Heep que j'ai en vinyle à ce jour (ça veut pas dire que je renonce à acheter les autres ceci dit), et il en a déjà passé des heures sur ma platine ! Un classique !

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 17 septembre 2015 - 00:58  message privé !
avatar

Il y a quelques passages aussi fins que des instrus pour Michel Sardou sur cet album. Sur le titre épo notamment. Mais Uriah Heep ont quelque chose d'attachant, contrairement à Sardou.

Note donnée au disque :