Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBTony Banks › A curious feeling

Tony Banks › A curious feeling

cd | 11 titres

  • 1 From the Undertow [2:48]
  • 2 Lucky Me [4:28]
  • 3 The Lie [5:01]
  • 4 After the Lie [4:53]
  • 5 A Curious Feeling [4:00]
  • 6 Forever Morning [6:04]
  • 7 You [6:32]
  • 8 Somebody Else's Dream [7:52]
  • 9 The Waters of Lethe [6:30]
  • 10 For a While [3:40]
  • 11 In the Dark [2:59]

enregistrement

Angleterre, 1979

line up

Tony Banks (claviers, basse, guitare, percussions), Chester Thompson (batterie, percussions), Kim Beacon (chant)

chronique

Ah, ça lui aurait arraché une jambe à Banks de nous pondre un album purement instrumental ! Pour son premier exercice en solitaire, sa motivation pop qui tourne plus que jamais à l'obsession l'incite à faire appel aux services de Kim Beacon, chanteur de String Driven Thing. Peu d'émotions se dégagent de cette voix qui n'a pour seul mérite que le souci de faire oublier celle de Collins. Et on pourrait en dire de même de Chester Thompson dont le boulot se révèle pour le moins insipide. Tant de points critiques qui laissent à désirer appeleront à un jugement sans appel de la part de ceux qui n'éprouvent pas la moindre tendresse à l'égard de Genesis. Les autres feront l'effort de fermer les yeux, à défaut des oreilles, sur un album aux nobles prétentions, gâchant son réel potentiel derrière une pudeur mal placée. Esthétiquement, nous sommes bel et bien à cheval entre "...And Then There Were Three..." et le "Duke" à venir, avec même quelques rémanences d'un "Wind & Wuthering" encore tout frais ("After The Lie"). Dans ses passages les plus inspirés, comme sur "Forever Morning" par exemple, symphonique en diable, ou "The Waters of Lethe", "A Curious Feeling" lorgne plutôt du côté des premiers essais de The Enid. Et quand, presque par erreur, un début de mélodie digne de ce nom réussit enfin à faire tintinnabuler nos tympans, c'est pour se rendre compte qu'il ne s'agit que de pales resucées de plans que l'on a déjà depuis longtemps intégrés à l'écoute de merveilles intemporelles comme "Entangled" ou "One for The Vine". Sur les plages plus carrées, ses ballades sirupeuses ("For A While") ou ses chansons pop au calibrage indéfini, c'est même plus mauvais que les titres les plus ignobles de "Defector", dernier album encore vaguement fréquentable de Steve Hackett. Parfaitement anecdotique, "A Curious Feeling", premier essai solo de Tony Banks - et considéré comme son meilleur - est typiquement le genre de disque qu'on est content d'avoir pu entendre pour assouvir sa curiosité, mais qu'on aura aussitôt oublié.

note       Publiée le samedi 7 octobre 2006

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'A curious feeling' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A curious feeling"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A curious feeling".

ajoutez une note sur : "A curious feeling"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A curious feeling".

ajoutez un commentaire sur : "A curious feeling"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A curious feeling".

Thierry Marie › mercredi 8 décembre 2010 - 13:47  message privé !

Pop et pompier (eh non ces 2 termes ne sont pas contradictoires), mou et mièvre. Encore un bel exemple d'artiste surévalué...

Note donnée au disque :       
jolifuligule › jeudi 8 février 2007 - 21:26  message privé !
T'es dur... je l'appréciais bien cet album à l'époque mais ne l'ai plus entendu depuis longtemps et je suis.. grand fan de Genesis. Quant à la voix que tu décries tant.. m'en rappelle plus vraiment mais c'est l'instrumental qui prime chez moi et une bonne ressucée de Genesis est toujours bonne à prendre :-)
Note donnée au disque :