Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGenesis › ...And then there were three...

Genesis › ...And then there were three...

  • 1999 • Virgin VJCP-68102 • 1 CD

11 titres - 53:12 min

  • 1/ Down and Out (5:25)
  • 2/ Undertow (4:47)
  • 3/ Ballad of Big (4:47)
  • 4/ Snowbound (4:30)
  • 5/ Burning Rope (7:07)
  • 6/ Deep in the Motherlode (5:14)
  • 7/ Many Too Many (3:30)
  • 8/ Scenes from a Night's Dream (3:30)
  • 9/ Say It's Alright Joe (4:18)
  • 10/ The Lady Lies (6:05)
  • 11/ Follow You, Follow Me (3:59)

enregistrement

Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande, fin 1977

line up

Tony Banks (claviers), Phil Collins (chant, batterie, percussions), Mike Rutherford (guitares, basses)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

On ne donnait pas cher de leur peau après le départ de Gabriel. Pourtant, Genesis a su se montrer peut-être encore plus intense que jamais. Avec le départ de l'âme torturée du groupe, Steve Hackett, on était donc à deux doigts de penser que, cette fois, la catastrophe allait survenir pour de bon. Et on n'est pas loin de la vérité ! Mais les trois lascars ont plus d'un tour dans leur sac, et vont se montrer, à chaques albums, plus à même de conquérir l'audience qu'ils courtisent maintenant depuis des années. Car il ne faut pas se leurrer : avec "...And Then There Were Three...", on tombe de très haut. L'esthétique du groupe a, à peu de choses près, disparue (on retrouve des bribes de constructions alambiquées et fouillées sur "Burning Rope" et "The Lady Lies") et opère donc un revirement drastique à 180°. "Down and Out", en ouverture, a néanmoins de quoi séduire : avec un Rutherford désormais en charge également des parties de guitare, Genesis nous pond ici un rock endiablé qui, lui aussi, ne cadre pas particulièrement avec leur univers. Le groupe ne s'inspirera pas hélas de ce coup d'éclat pour ses futures productions, mais plutôt des gentilles ballades qui, lentement mais sûrement, égrènent leurs disques. Il s'agit ici de "Snowbound" (à peine plus supportable que "Your Own Special Way"), "Many too Many", et surtout leur premier véritable hit, ce bonbon sucré, ce caramel mou qu'est "Follow You Follow Me" ; premier succès d'une longue série (amplement mérité). Il ne reste donc presque plus rien de sombre ou d'expérimental là-dedans, mais le paradoxe de ce groupe veut que plus ils se perdent, plus ils se trouvent (si je me fais bien comprendre...). Et sa suite pastiche, "Duke", nous le montrera encore plus.

note       Publiée le jeudi 20 juin 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Nicko
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "...And then there were three..." en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "...And then there were three...".

notes

Note moyenne        20 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "...And then there were three...".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "...And then there were three...".

Nicko Envoyez un message privé àNicko
avatar

Inégal, mais ça reste positif. Le début de l'album est particulièrement bon et toujours si inventif et mélodique. J'adore "Undertow" par exemple. Plus on avance dans l'album, plus le côté pop devient présent et la deuxième face est plus pénible (quelle horreur ce "Scenes from a night's dream") jusqu'au final vraiment nul de "Follow you, follow me".

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Ils n’ont jamais su sur quel pied danser, c’est même le titre d’un de leurs (pires) disques.

Message édité le 02-01-2022 à 19:36 par Torquemada

Note donnée au disque :       
Nicko Envoyez un message privé àNicko
avatar

On sent qu'ils ne savent pas exactement sur quel pied danser... L'archétype de l'album de transition !

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Probablement l'album de Genesis que j'ai mis le plus de temps à apprécier à cause de la sucrerie "Follow you, follow me" qui, je pensais, représentait bien l'opus dans sa mièvrerie. Certes, le son a évolué et on sent l'emprise croissante de Phil Collins dans le groupe, or, il y a quand même des petites perles méconnues qui méritent la (re)découverte comme "Scenes of the night's dream" ou encore "Say i'ts alright Joe" qui commence doucement mais possède un beau développement inattendu. Bref, un des (nombreux ?) albums bancals de Genesis à sauver en ce qui me concerne.

Note donnée au disque :       
Kagoul Envoyez un message privé àKagoul

Choppé à une broc pour rien. Ce disque me procure du plaisir :-) y'a de belles choses quand même dessus, les ballads sont superbes. 4 boules !