Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGenesis › We can't dance

Genesis › We can't dance

  • 1999 - Virgin, VJCP-68109 (1 cd)

12 titres - 71:23 min

  • 1/ No Son of Mine (6:39)
  • 2/ Jesus He Knows Me (4:16)
  • 3/ Driving the Last Spike (10:08)
  • 4/ I Can't Dance (4:01)
  • 5/ Never a Time (3:50)
  • 6/ Dreaming While You Sleep (7:16)
  • 7/ Tell Me Why (4:58)
  • 8/ Living Forever (5:41)
  • 9/ Hold on My Heart (4:37)
  • 10/ Way of the World (5:39)
  • 11/ Since I Lost You (4:09)
  • 12/ Fading Lights (10:17)

enregistrement

The Farm, Surrey, Angleterre, 1990-1991

line up

Tony Banks (claviers, chœurs), Phil Collins (batterie, percussions, chant), Mike Rutherford (guitares, basse, chœurs)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
pop

La stature imposante de ce Genesis transfiguré ne pouvait l'amener qu'à l'implosion pure et simple. Pourtant, soutenu par une énorme tournée mondiale, le groupe du trio Banks/Collins/Rutherford réalise encore un carton. Le recrutement de Nick Davis (Marillion) au poste de producteur permettra un retour à un son plus acoustique, mais il s'agit là d'un moindre mal. Le principal défaut de ce "We Can't Dance" est sa longueur : 71 minutes et une quantité impressionante de titres dispensables. Parmi ceux-ci, on pointera "Tell Me Why" et "Way of The World", inspirés par la soudaine prise de conscience d'un Collins multi-milliardaire, qui s'émeut désormais des sans-abris, et qui s'occupe de récolter à leur place des fonds supplémentaires dans des chansons exploitant le filon du misérabilisme. Pour contenter la horde de fans qui pleurent plus que jamais la disparition de l'âme progressive du groupe, Genesis nous balance trois longues pièces, aussi poussives les unes que les autres ("Driving the Last Spike", "Dreaming While You Sleep" et "Fading Lights" dont l'atmosphère nocturne est littéralement pompée au groupe The Blue Nile). Seul, "Living Forever" se démarque du reste de la production, coincé dans des tentatives réussies de faire perdurer le succès avec des ersatz de leurs tubes passés ("No Son of Mine" pour "Mama", "Jesus He Know Me" pour "Anything She Does", "I Can't Dance" pour "Land of Confusion" et "Hold On My Heart" pour "In Too Deep"). Genesis est devenu une machine bien plus lourde à manier que celle qui effraya déjà en son temps Peter Gabriel, et qui le poussa à tout abandonner. Phil Collins aura ce même sursaut. On peut juste déplorer qu'une décision aussi sage n'ait pu être prise (beaucoup) plus tôt.

note       Publiée le jeudi 4 juillet 2002

partagez 'We can't dance' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "We can't dance"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "We can't dance".

ajoutez une note sur : "We can't dance"

Note moyenne :        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "We can't dance".

ajoutez un commentaire sur : "We can't dance"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "We can't dance".

Walter Smoke › mardi 16 décembre 2014 - 05:39  message privé !

Pour être franc, le principal problème de We Can't Dance, c'est sa longueur. Plus de septante minutes, c'est beaucoup trop (déjà que dans le pop-rock, un skeud de plus de 50 minutes, j'ai de plus en plus de mal avec - et c'est là l'un des deux seuls points positifs des vinyles, les artistes étaient bridés à l'époque). Il y a aussi du navet, comme le moralisateur "Tell me Why" - dans la même veine, "Another Day in Paradise" était plus pertinent - ou le chiantissime "Never a Time".
Du reste, il n'y a que du tout bon. Je retiens en particulier les quatre premières chansons plus "Dreaming while you're sleep", soit les preuves que Genesis a toujours été un grand groupe doué.

Note donnée au disque :       
Ramon › lundi 8 juillet 2013 - 12:28  message privé !

Non, non, non et encore NON !!!!

Note donnée au disque :       
ricccco › jeudi 22 novembre 2012 - 11:51  message privé !

affreux, et pas faute de l'avoir écouté, ma collègue me le mettait toute la journée quand il est sorti beurk !

Lord Sébastyén › dimanche 17 octobre 2010 - 21:32  message privé !

Certes il sonne commercial et ce n'est pas leur meilleur... mais il y a "dreaming while you sleep". Ce morceau m'a touché quand j'avais 12 ou 13 ans (bref à sa sortie) et il me touche toujours autant. Un album que j'apprécie car il me rappelle des souvenirs... Et puis, même si les compos sont beaucoup plus faciles qu'avant, l'ensemble s'écoute agréablement, je dirais même avec plaisir... Un petit 4 pour moi.

Note donnée au disque :       
Logosman › dimanche 29 juillet 2007 - 16:25  message privé !
Lol, je m'attendais presque à cette réponse et je dois avouer que quand des mélodies sont sympas et bien commerciales, j'y adhère un peu naïvement. Donc merci torquemada, j'avoue que je dois avoir aussi des goûts de chiottes.
Note donnée au disque :