Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGenesis › The lamb lies down on broadway

Genesis › The lamb lies down on broadway

  • 1985 • Virgin CGSCD 1 • 2 CD

cd 1 • 11 titres • 44:54 min

  • 1The Lamb Lies Down On Broadway4:52
  • 2Fly On A Windshield4:22
  • 3Broadway Melody Of 19740:33
  • 4Cuckoo Cocoon2:11
  • 5In The Cage8:13
  • 6The Grand Parade Of Lifeless Packaging2:47
  • 7Back In N.Y.C.5:43
  • 8Hairless Heart2:13
  • 9Counting Out Time3:40
  • 10Carpet Crawlers5:17
  • 11The Chamber Of 32 Doors5:40

cd 2 • 12 titres • 49:12 min

  • 1Lilywhite Lilith2:44
  • 2The Waiting Room5:24
  • 3Anyway3:07
  • 4Here Comes The Supernatural Anaesthetist2:58
  • 5The Lamia6:56
  • 6Silent Sorrow In Empty Boats3:06
  • 7The Colony Of Slippermen (The Arrival, A Visit To The Doktor, The Raven)8:16
  • 8Ravine2:04
  • 9The Light Dies Down On Broadway3:32
  • 10Riding The Scree3:56
  • 11In The Rapids2:28
  • 12it4:15

enregistrement

Enregistré à Glossplant, Pays de Galles, avec le Island Mobile Studio et mixé aux Island Studios, de aout à octobre 1974. Enossification; Eno courtesy of Island Records. Production : John Burns and Genesis. Ingénieur : David Hutchins.

line up

Tony Banks (claviers), Phil Collins (percussions, vibing and voicing), Peter Gabriel (Voix et Flute, avec variations et expériences de sons étrangers), Steve Hackett (guitares), Mike Rutherford (basse, 12 cordes)

remarques

chronique

"There’s something solid forming in the air…"… Il existe un New-York parallèle, étrange et fantasmatique… On y entre un peu malgré soi, et l’on se perd dans ses couloirs d’hotels absurdes, ses pièces bizarres, ses ruelles sombres, ses squares, ses caves et ses souterrains… Un microcosme caché et incongrue, une longue marche, à la structure multiple et changeante d’un songe. Dans les ombres et clartés de la ville américaine, nos conteurs de campagnes anglais ont troqué le lyrisme de la pop pour les accents modernes d’un rock plus urbain... on y rencontre néanmoins la grotesque et grandiloquente parade des emballages sans vie, aux matières multiples comme la voix du récitant, un anesthésiste surnaturel sur un menuet guitaristique… enfermé dans une cage le pauvre Rael s’inquiète, car la transe commence, et son corps se met à tourner sur un tango névrosé et hypnotique… l’accordéon répétitif s’accélère comme un poursuivant… il y a les rapides, la chambre aux 32 portes… les incroyables et merveilleux tapis rampants qui se déplacent doucement sur une pluie d’étoiles, pleurée par un Banks en arpèges de sucre glace… l’envoûtant Lamia et sa présence délicate, au piano mélancolique, Gabriel de velours et refrain nostalgique… mais tout, ici, est bizarre. Les lieux sont mystérieux, petits coins obscurs et calmes dans la brume d’un clavier de voix d’anges… des gouffres profonds où hurlent la guitare fantomatique de Steve Hackett… la très rock Lilywhite Lilith vous laissera dans une salle d’attente bruitiste et absolument terrifiante… et bon nombres de moments saugrenus, mélodies drolatiques et rondos de saint-Guy parsèment le chemin qui mène à la colonie des hommes-pantoufles… amusants d’abord, bancals sur une petite danse à l’orgue hammond sautillant, mais la tête nous tourne… on entend alors leurs voix répugnantes… leurs intentions sont troubles, un docteur s’en mêle et la musique s’emballent, couplet à l’orgue locomotive, refrain pathétique et solii de claviers grotesques… Mais bordel, qu’est–ce que c’est que TOUT CA ?… ces êtres impossibles, ces endroits perdus, instrumentaux morphéens, ce piano récurrent et parfait qui couvre le ciel de ses arpèges de harpe, ces aventures rythmées de guitare incisive, cette cage obsédante et vaudou, ce corbeau funeste, cette rivière en furie, ce rock carré au batteur jazz et aux percussions poilades tous azimuts… ces mélodies éternelles, ces harmonies martiennes et intriguantes, ce clavier aux sons sortis des souffleries du diable, ces maîtres respectifs qui disparaissent totalement derrière leurs intruments tant leur musique, à cinq, est soudain complète, indivise, jusque dans ses moindres et innombrables détails… qui est, enfin, cette voix changeante, spontanée, empruntée, joueuse, sombre, tragédienne, multiple… et pourtant tellement unique et indentitaire ? C’est, encore et toujours, un rêve. C’est l’histoire de Rael, jeune homme perdu dans un drôle de New-York, partiel et incohérent… elle nous est contée dans l’unique double album studio de Genesis, testament de sa formation complète, et qui s’impose pour moi comme le meilleur album concept jamais sorti… devant les "Tommy", "The wall", "Topographic océans…" et tous les autres… aux côtés de "Sergent Peppers…", c’est à dire un très grand monument du rock. Pour entrer dans ce labyrinthe psychanalytique mais d’abord et surtout onirique, entrer le monde brumeux dans ce New-York secret, il faut se trouver au bon endroit et au bon moment, à Time square, où une forme étrange va venir vous prendre, sans que personne ne vous voit disparaître. De tels phénomènes sont rares, mais il y a des signes avant coureurs : un agneau gisant sur broadway.

note       Publiée le mercredi 12 juin 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The lamb lies down on broadway".

notes

Note moyenne        44 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The lamb lies down on broadway".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The lamb lies down on broadway".

booglarized › dimanche 5 juillet 2020 - 15:30  message privé !

j'ai oublié les boules ..

booglarized › dimanche 5 juillet 2020 - 15:25  message privé !

46 ans après je me décide à réécouter ce disque. Je n'avais pas aimé à l'époque, on sortait de Foxtrot et Selling England et on en avait pris plein les oreilles. L'effet est toujours le même, décevant. Le son est moyen, la voix est sous mixée et souvent noyée sous des arpèges incessants. Les compo ne sont jamais mauvaises (on est chez des têtes de série !!) mais on a déjà tout entendu. Genesis semble s'autociter, parfois on croirait les Flower Kings tellement les enchainements sont prévisibles. Le second disque a peu d’intérêt. L'ensemble parait vite fait et sans trop d'inspiration.

Aladdin_Sane › dimanche 8 janvier 2017 - 18:13  message privé !

Là, je crois qu'on peut effectivement parler de chef d'oeuvre. Il y a bien quelques passages plus faibles mais l'ensemble a une telle cohérence et une incroyable intensité. Pas forcément l'album de Genesis vers lequel j'ai le plus tendance à revenir mais quand j'y reviens cette musique me transporte comme peu savent le faire.

Note donnée au disque :       
Dun23 › mardi 1 mars 2016 - 10:40  message privé !

bon, je boule. voila!

Note donnée au disque :       
Dun23 › dimanche 1 novembre 2015 - 17:58  message privé !

In the cage! Voila! Dedieu! Et pis le reste, aussi. Clairement plus difficile à s'enquiller que d'autres de par sa longueur, ça reste monstrueux.

Note donnée au disque :