Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGenesis › Wind and wuthering

Genesis › Wind and wuthering

  • 1996 - Virgin, CDSCDX 4005 (1 cd)

9 titres - 50:12 min

  • 1/ Eleventh Earl of Mar
  • 2/ One for the Vine
  • 3/ Your Own Special Way
  • 4/ Wot Gorilla?
  • 5/ All in a Mouses's Night
  • 6/ Blood on the Rooftops
  • 7/ 'Unquiet Slumbers for the Sleepers...
  • 8/ ...In that Quiet Earth'
  • 9/ Afterglow

enregistrement

Enregistré aux Relight Studios, Hilvarenbeek, Hollande, novembre 1976 Co-Produit par David Hentschel et Genesis.

line up

Tony Banks (Steinway grand piano, ARP 2600 et Pro-Soloist synthétiseurs, hammond, mellotron, Roland string synthesiser, fender rhodes piano, etc...), Phil Collins (voix, batterie, cymbales, percussions), Steve Hackett (Guitares électriques, guitare classique, 12 cordes, kalimba, auto-harp), Mike Rutherford (Basses, 4, 6 et 8 cordes. Guitare électrique, 12 cordes, Bass pedals)

remarques

Ce disque est une merveille de production. Il est fortement conseillé de privilégier les remasters qui, pour le coup, justifient largement leur existence.

chronique

«Vent et hurlevent…» … après le solaire «Trick of the tail», la magie Banks s’obscurcit des brumes torturées Hackettiennes. Un album au son hallucinant, extrêmement détaillé, une musique étincelante, un délice de contrastes aux angles parfois ardus. Nous sommes fin 1976 et Genesis accède à une richesse et une précision sonores jusqu’ici inédites, en dépit des folies des autres ténors du mouvement ; l’ouverture, puis le déroulement de la pièce progressive et martiale «Eleventh earl of mar» en font l’incontestable état. Rythmiques impitoyables, basse gonflée à bloc, chatoiement des claviers qui allient rutilance, acoustique et blizzards, et le retour leader en tête des atmosphères du chat-hûlant Hackett. Après ces 8 minutes à la structure renversante on se demande ce qu’il va advenir de cet album qui semble s’ouvrir sur sa pièce maîtresse… «One for the wine» et ses 9 minutes nous le disent alors : il n’y a pas, dans ce recueil, de pièce maîtresse. Conduite de main de maître par le piano de Banks, la délicatesse profonde et néanmoins rythmée du morceau nous ravie, nous comble… sa fabuleuse instrumentale médiane est une prouesse épique, et narrative. Pas de pièce maîtresse mais un creux : «Your own special way», composition simple et acoustique de Rutherford que le groupe tente sans doute de mener sur les chemins prog-atmosphérique des «Ripples» récentes ou «Blood…» à venir, mais c’est à la fois trop simple, et impitoyablement terni par la proximité des susdites, «Entangled» et autres «Afterglow». Mais avec l’instrumentale qui suit et annonce avec brio les splendeurs terminales de l’album on retrouve pour ne plus les quitter ce gros son harmonique et cette luxuriance qui hissent «Wind and wuthering» aux sommets du rock progressif. «All in a mouse’s night», dont la structure hasardeuse et trop serrée tombe à plat ne dépareille pas pour autant, grâce à l’impact mélodique et sonore intact de chacune de ses parties. Sonore… encore ce mot. Toute la brillance et la richesse de «trick… », ses guitares acoustiques, ses cordes, ses voix d’anges, piano et hautbois, mais «Wind and wuthering» est en plus illuminé d’éclats d’orgues scintillants, de cris de guitares noires, et parcouru comme une plaine des souffles de l’hiver et des vents de la nuit. «Blood on the rooftops», la plus belle pièce d’Hackett, sur le pont du départ, à l’intro acoustique fragile, s’ouvre à l’arrivée de Banks, telle une fenêtre sur un pays de neige ; un couplet guitaristique d’une douceur nuageuse, pour un refrain de pur hiver. Quant à l’indivise trilogie finale, elle relève tout simplement, pour reprendre l’expression idéale de la bête noire du progressif, de l’ «orgie instrumentale». La fébrile «Unquiet… » n’est déjà plus faite de 12 cordes, de cymbales aux balais et de claviers, mais de lune, d’apaisement et de vent dans les arbres, et du chant feu follet d’une scie musicale… cette brumeuse entrée dans la nuit n’est, en fait, que l’antichambre d’un véritable sabbat, un son et lumière flamboyant, ou nos quatre compères réunis sous les étoiles et «sur la terre tranquille» se mettent tous ensemble pour nous présenter les thèmes les plus brillants, lors d’une fête monumentale. En clôture de cette apothéose, enfin, Genesis, magistral, optera pour la simplicité absolue, sans perdre de son ampleur… comme le jour qui se lève après cette nuit sorcière. Puisque se tourne maintenant la page la plus importante de l’histoire de Genesis, celle de l’excellence, il faut rendre à César ce qui appartient à César, et le progressif à Progmonster… « Unquiet Slumber for the Sleepers / In that Quiet Earth / Afterglow" fait partie de ces moments de magie qui font qu'on ne peut pas dénigrer totalement le progressif. C'est avec des titres comme ça qu'il mérite son titre de noblesse… »

note       Publiée le mardi 18 juin 2002

partagez 'Wind and wuthering' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wind and wuthering"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wind and wuthering".

ajoutez une note sur : "Wind and wuthering"

Note moyenne :        37 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wind and wuthering".

ajoutez un commentaire sur : "Wind and wuthering"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wind and wuthering".

magnu › mercredi 30 janvier 2019 - 21:09  message privé !

Mon premier contact avec le groupe, que je détestais à l'époque. Je me souviens du 33 tours de la frangine, avec cette si belle pochette, que j'adore toujours. Et les paroles traduites en français dedans. Un album que j'adore écouter en hiver. Steve Hackett et Tony Banks au top sur cet album.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › samedi 28 février 2015 - 02:50  message privé !

oué, 1 euro, juste pour Afterglow ça vaut le coup.

SEN › samedi 28 février 2015 - 00:30  message privé !

et pour 1 € de plus (10 € les 4) je complète mes acquisitions avec ce Genesis dont la pochette a marquée durablement ma prime jeunesse... et dont j'ai finalement découvert le contenu bien des années plus tard ! Bref, y'a toujours moyen de se faire plaisir pour pas cher...

Note donnée au disque :       
Ramon › lundi 8 juillet 2013 - 12:13  message privé !

Belle pochette, pleine de mélancolie et dedans, on trouve Afterglow...le début de la fin aussi.

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › samedi 8 juin 2013 - 22:26  message privé !

Ne jamais vendre ses disques.

Note donnée au disque :