Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGenesis › Trespass

Genesis › Trespass

  • 1999 - Virgin, VJCP-68091 (1 cd)

6 titres - 42:41 min

  • 1/ Looking for Someone (7:07)
  • 2/ White Mountain (6:44)
  • 3/ Visions of Angels (6:50)
  • 4/ Stagnation (8:50)
  • 5/ Dusk (4:13)
  • 6/ The Knife (8:57)

enregistrement

Trident Studio, Londres, Angleterre, 1970

line up

Tony Banks (piano, guitare douze cordes, mellotron, orgue, voix), Peter Gabriel (chant, flûte, accordéon, tambourin et grosse caisse), John Mayhew (batterie, percussions, voix), Anthony Phillips (guitare, voix), Mike Rutherford (basse, violoncelle, voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Malgré un premier album peu engageant, Tony Stratton-Smith, fondateur du jeune label Charisma, accueille les Genesis et en fait d'emblée, derrière Van Der Graaf Generator et Lindisfarne, ses nouveaux protégés. Il faut croire que Stratton-Smith avait du flair car, que nous aimions ou pas, nous ne pouvons que reconnaître le succès colossal que le groupe va se forger au fil du temps. Nous sommes pourtant bien loin de ce succès en octobre 1970, quand paraît ce "Trespass" qui révèle un Genesis qui a su se fondre dans l'esthétique d'un label qui se veut à l'avant-plan du progressif anglo-saxon, en rivalité avec Deram, Vertigo ou Neon. "Looking for Someone", solennel, avec sa partie vocale presque a cappella, soutenue par une ligne d'orgue discrète et tenace, laisse transparaître le fameux bond en avant que le groupe a effectué depuis leur piètre "From Genesis to Revelation". La voix de Peter Gabriel s'affirme, se montre frêle dans sa fragilité et vient nous conter des histoires empruntes aux mythologies nordiques. Tout l'album porte d'ailleurs en lui comme les traces d'un vent glacé qui viendrait apporter son souffle à chacun des titres ("White Mountain" et ses parties de guitares spectrales, "Visions of Angels" avec ses choeurs et leur écho tenace). "Dusk", tout aussi hanté, s'articule sur une mélodie aux fragrances orientales. Restent les deux pièces de résistance, "Stagnation", longue plage de près de neuf minutes qui, l'air de rien, nous transbahute au milieu d'une succession de mélodies et de thèmes différents, déployant toute la richesse dont le groupe va bientôt se montrer capable. Enfin, il y a "The Knife", le titre le plus enlevé du répertoire et qui s'annonce comme un avant propos au métallique "Nursery Cryme" (on notera une similarité troublante entre la partie rythmique qui survient aux alentours de la septième minute et le célèbre "Child in Time" de Deep Purple). Si Genesis trouve sa voie sur disque, tout en restant rivé à leur objectif mélodique, il se perd sur scène où leur allié de toujours, Anthony Phillips, guitariste et leader discret de Genesis, tire sa révérence. L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais elle ne fait que commencer...

note       Publiée le lundi 10 juin 2002

partagez 'Trespass' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Trespass"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Trespass".

ajoutez une note sur : "Trespass"

Note moyenne :        33 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trespass".

ajoutez un commentaire sur : "Trespass"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trespass".

Nicko › jeudi 14 juin 2018 - 13:48  message privé !
avatar

J'aime vraiment beaucoup cet album, c'est très frais, pas aussi propre que les suivants, un côté encore un peu 60's, surtout au niveau de la prod, mais avec des compos super inspirées et puis le final "The knife" est fabuleux. Certains disent qu'il manque Collins et Hackett, mais justement, c'est ce qui lui donne aussi sa singularité par rapport aux autres des années 70. Moins technique mais tout aussi aventureux et intéressant. Pour l'instant, je le préfère aux deux suivants !

Note donnée au disque :       
PechMayneau › jeudi 25 juin 2015 - 21:42  message privé !

Très bon Album de Genesis, le groupe monte la de 2 crans en un seul album, Anthony Philipps au Top de son Art hélas quittera le groupe après cet album, trop Hard pour lui ... c'est vrai que The Knife envoie du lourd ... et le titre est très agressif ! Album magnifique plein de charme ! Si vous n'aiemz pas le prog s'abstenir, merci.

Note donnée au disque :       
Ramon › lundi 8 juillet 2013 - 11:55  message privé !

Le groupe est transfiguré, on jurerait qu'il s'agit d'homonymes qui jouent une musique radicalement différente de celle du dispensable premier disque.

Note donnée au disque :       
SEN › samedi 15 juin 2013 - 01:19  message privé !

The Knife à lui tout seul légitime l’intérêt de cet album !

Note donnée au disque :       
boumbastik › vendredi 14 juin 2013 - 21:40  message privé !

Je découvre celui-ci. M'a l'air plutôt réussi. Résistera-t-il aux multiples écoutes ?