Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Damned › Molten lager

The Damned › Molten lager

cd | 18 titres

  • 1 Testify
  • 2 Shut it
  • 3 Shadow to fall
  • 4 I need a life
  • 5 I walk the line
  • 6 Running man
  • 7 That loving feeling
  • 8 Not of this earth
  • 9 heaven can take your lies
  • 10 My desire
  • 11 Never could believe
  • 12 Love song
  • 13 Disco man
  • 14 Neat neat neat
  • 15 Ignite
  • 16 Gun fury
  • 17 I must be mad
  • 18 Nasty

enregistrement

Enregistré live le 23 juin 1994 à Mulhouse, France

line up

Dave Vanian (chant), Rat Scabies (batterie), Kris Dollimore (guitare), Moose (basse), Alan Lee Shaw (guitare)

chronique

Voyons, que je contrôle, je n’oublie rien, non ? Ah si, il en restait un, ‘Molten lager’…Mulhouse, France, 1994. L’intérêt de ce live-ci, c’est qu’il précède l’enregistrement du ‘I’m alright Jack and the beanstalk (je vous renvoie à sa chronique pour les péripéties), d’ailleurs, le studio étant réservé pour le lendemain, les Damned en profitent donc pour jouer pas mal de nouveaux morceaux et taquinent même le public français en leur révélant qu’ils sont utilisés comme des cobayes. Ca démarre tout doux, avec l’humour traditionnel du groupe, ‘We are the Style Council’, puis ‘We are Herman’s hermits’ avant qu’enfin ‘Testifiy’ ne soit lancé. Suivront pas moins de neuf autre chansons qui seront enregistrées pour le disque, fait rarissime puisque très peu seront ensuite gardées pour les concerts, Dave Vanian ayant totalement renié l’album. Nous n’en sommes pas encore là, l’enthousiasme est palpable, le combo est en forme, déconne à plein tube ( ‘Where’s the drummer’ ?, plaisante Dave en entonnant une reprise personnelle de ‘I walk the line’, le temps que Rat se pointe; le combo se laisse à partir sur ‘That loving feeling’, ‘Dave enfourche un vélo pour le ‘Tour de stage’), communique et plaisante avec le public. Le son (je sais, je me répète à chaque chronique mais laissons cette constante aux enregistrements sur scène des Damned) est vraiment bon, on profite de la playlist mais aussi de l’atmosphère de la soirée, particulièrement riche en apartés. Une fois, la majeure partie des futurs titres de ‘I’m alright Jack and the beanstalk’ exécutées version 100% énergie, une poignée de chansons supplémentaires est proposée mais pour une fois, nos Anglais font l’impasse sur leurs classiques (‘New Rose’ en tête), ne conservant que ‘Neat neat neat’ ou ‘Love song’, délaissant totalement les hits leur ayant ouvert les charts (‘Heloise’, ‘Shadow of love’), leur préférant deux pièces de l’époque ‘Strawberries’ et se fendant d’un mini ‘I must be mad’ sorti d’on ne sait où ( The Craig probablement). ‘Molten lager’ se présente donc comme un disque précieux, une sorte de one-shot à part dans la carrière du groupe, un témoignage unique avant le point de rupture (le divorce absolu entre Rat Scabies et le groupe qu’il aura pourtant porté seul à bout de bars pendant bien longtemps) que nous pouvons être heureux de posséder aujourd’hui. Un des précieux dans la malle aux live des Damned.

note       Publiée le mardi 13 août 2019

partagez 'Molten lager' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Molten lager"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Molten lager".

ajoutez une note sur : "Molten lager"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Molten lager".

ajoutez un commentaire sur : "Molten lager"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Molten lager".