Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath In June › But, what ends when the symbols shatter ?

Death In June › But, what ends when the symbols shatter ?

cd | 12 titres

  • 1 Death is the martyr of beauty
  • 2 He's disabled
  • 3 The mourner's bench
  • 4 Because of him
  • 5 Daedalus rising
  • 6 Little black angel
  • 7 The golden wedding of sorrow
  • 8 The giddy edge of light
  • 9 Ku Ku Ku
  • 10 This is not Paradise
  • 11 Hollows of devotion
  • 12 But- what ends when the symbols shatter ?

enregistrement

Enregistré aux Jacob's Studios, Farnham et Alaska Studios, Londres, février-avril 1992

remarques

1ère édition vinyle noir :2000 ex. avec insert des textes+une photographie (+ poster et cartes postales poue les copies vendues en vpc) 2ème édition : vinyle violet
1ère édition cd doré et digipack blanc limité à 5000 ex. 2ème édition : boîtier standard
Réédition remasterisée 2000

chronique

Ceux qui pourraient me reprocher un manque d'objectivité dans mes chroniques ne seront pas en reste à nouveau. Le fait est que je n'ai pas envie de perdre de temps à chroniquer des disques que je n'aime pas vraiment, voire pas du tout. Alors autant vous dire, là tout de suite maintenant, que ce qui suit est une chronique d'un mes disques cultes toutes catégories confondues. Après cet incipit biographique d'un intérêt, je vous l'accorde, tout à fait relatif, laissons place aux enchantements de Douglas Pearce et de ses acolytes tout aussi talentueux (ce lèche-bottes !). En 1992, Douglas P. est seul aux commandes d'un des projets les plus mystérieux de la scène musicale des années 80. Car même s'il sait s'entourer, c'est à lui que nous devons cet album somptueux, poétique, aux textes parfois sibyllins mais jamais vulgaires, désabusés mais pertinents. 'Qu'est-ce qui est fini lorsque les symboles s'effondrent ?' : 12 réponses parmi lesquelles la mort de Dieu ('He's disabled', 'The mourner's bench'), une liberté de penser et d'agir (de vivre en somme, 'Little black angel'), la nostalgie ('But, what ends...', 'Daedalus rising') et une lucidité froide mais touchante ('The golden wedding...', 'This is not Paradise'). La voix décalée et surréaliste de Tibet fait écho à celle de Douglas, plus posée et à l'occasion solennelle, tandis que guitares folk, trompettes et accordéons apportent une touche traditionnelle qui loin de dépareiller, confirme la valeur intemporelle de ce bijou...que dis-je, cette relique ! A posséder absolument par tout fan de dark-folk qui se respecte.

note       Publiée le lundi 18 août 2003

partagez 'But, what ends when the symbols shatter ?' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "But, what ends when the symbols shatter ?"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "But, what ends when the symbols shatter ?".

ajoutez une note sur : "But, what ends when the symbols shatter ?"

Note moyenne :        51 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "But, what ends when the symbols shatter ?".

ajoutez un commentaire sur : "But, what ends when the symbols shatter ?"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "But, what ends when the symbols shatter ?".

born to gulo › mardi 25 septembre 2018 - 20:28  message privé !

Jaloux de ce commentaire.

fonfongre › mardi 25 septembre 2018 - 19:53  message privé !

Ta mansuétude t' honore.

Demonaz Vikernes › mardi 25 septembre 2018 - 15:21  message privé !

Il ne m'a pas autant marqué que le mur du sacrifice celui-ci, mais il reste quand même très bien fait, et je peux comprendre ceux qui le place parmi les meilleurs opus de DiJ.

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 28 juillet 2017 - 20:29  message privé !

Pépère édite et réédite ! en K7 ! vente via Steelwork Maschine pour commencer ! ( The World That Summer, Brown Book , The Wall of Sacrifice, But, What Ends when the Symbols Shatter, KAPO !, Occidental Martyr, All Pigs Must Die, The Rule of Thirds, Peaceful Snow, Abandon Tracks !, Discriminate ). Il sort aussi deux ou trois autres abominations - pas en k7 -(le Symbols and Clouds sans la box en pierre, et des versions "totenpop" (gratte+percus) (on rêve ) de vieux standards siens, voir son site officiel. J'ai lu une interview dans un fanzine où il expliquait qu'avant de décider de devenir un artiste, il se destinait plus ou moins à devenir prof d'éco, voyez. Aaaaarrrghh.

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 27 avril 2016 - 17:38  message privé !

60 printemps aujourd'hui, pépère

Note donnée au disque :