Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJean-Louis Murat › Murat en plein air

Jean-Louis Murat › Murat en plein air

cd | 5 titres | 24:19 min

  • 1 Intro col [03:21]
  • 2 Le berger de Chamablanc [05:29]
  • 3 Terres de France [06:14]
  • 4 Dordogne [05:43]
  • 5 Le lait des Narcisses [03:25]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à la Chapelle Notre-Dame de Roche-Charles, Puy de Dômes, durant l'été 1991. Produit par Jean-Louis Murat.

line up

Jean-louis Murat (chant, guitare, synthé)Denis Clavaizolle (orgue, synthé), Alain Bonnefont (guitare, basse, synthé)

remarques

Cet EP est d'abord sorti en tirage limité offert par Libération puis commercialisé par Virgin dans une version tronquée. La version chroniquée ici est la première, rééditée en 1998 avec l'album "Live in Dolores".

chronique

Styles
chanson
drone
Styles personnels
élégie montagnarde vue d'en haut

Retour à la Croix-Morand. Ou plutôt à Roche-Charles, petite chapelle perdue au sud des Mont-Dore, quelque part entre Tuilière et Sanadoire. Chez Murat, la topographie n'est pas un vain mot, il est d'ailleurs nécessaire de savoir lire une carte avant de s'aventurer en montagne. Quand il évoque le berger de Chamablanc, il sait très bien de quoi il retourne, le brenoï. Ce berger pourrait bien être son grand-père, au début du 20eme siècle autant dire que les amours étaient des histoires compliquées quand la transhumance emportaient les jeunes hommes loin de leurs aimées pour de longs mois. Murat leur redonne toute leurs lettres de noblesse à ces lettres de paysans, en une ballade aux chaloupements profondément sensuels, boite à rythme et synthés en caresse feutrée malgré l'éloignement, une voix chaude qui souffle très près de la peau. Topographie encore, très clairement, quand une longue dérive gorgée de mélancolie se déplie en travelling aérien au dessus des terres de France, celles qu'aimera à explorer Depardon, même si le cinéma dont rêve Jean-Louis s'ouvre ici sur un échappatoire plus rêveur et ensoleillé, pour lâcher un voile lumineux quelques instants sur une grisaille agricole qui incite plus au vague à l'âme qu'aux plongées dans les vagues. La rythmique se fait ici plus minimaliste encore, les synthés plus planants, glissants sans entrave au dessus de la surface, mais plus froids aussi. Et ça se réduit encore pour n'être plus qu'un bourdonnement de claviers grésillants, aqueux et brumeux alors que Murat sussure sa flamme contemplative au fleuve Dordogne, plus bas, dans la vallée, bandeau liquide mouillant la terre d'Auvergne, craché du fond des Enfers, charriant des chagrins inconnus du Sancy à Vendeix, ode respectueuse, fascinée et presque inquiète sur fond de drones d'orgue Hammond menaçants. C'est naturellement que l'excursion prend fin à la Croix-Morand, là où tout avait commencé, où la pulsation quasi-tribale de l'instru du "Col" donnait lieu à un ensorcellement, du genre ivresse des altitudes, hallucination sonore qui ferait surgir une voix d'enfant revisitant maladroitement les paroles de la chanson. Mais cette fois, ce sont les autochtones qui se font entendre par-delà la mélodie reprise en nappe synthétique enveloppante et cotonneuse, d'abord les bêtes, puis les pas des hommes dans la terre humide, et leurs sifflements adressés aux troupeaux. Bruit de pluie qui goutte des granges, neige qui crisse au sol, Murat est parmi eux, Murat est bien l'un d'eux.

note       Publiée le lundi 20 mai 2013

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Murat en plein air' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Murat en plein air"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Murat en plein air".

ajoutez une note sur : "Murat en plein air"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Murat en plein air".

ajoutez un commentaire sur : "Murat en plein air"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Murat en plein air".