Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJean-Louis Murat › Muragostang

Jean-Louis Murat › Muragostang

  • 2000 - Labels, 7243 8503712 2 (2 cd)

cd | 7 titres | 58:19 min

  • 1 Jim [9:24]
  • 2 Washington [6:39]
  • 3 New Yorker [6:53]
  • 4 Bang Bang [12:42]
  • 5 Au mont Sans Souci [3:35]
  • 6 Le fier amant de la terre [8:03]
  • 7 Belgrade [10:58]

cd | 6 titres | 47:28 min

  • 1 Ami amour amant [7:27]
  • 2 Polly Jean [7:32]
  • 3 Les hérons [4:36]
  • 4 Belgrade II [7:38]
  • 5 Nu dans la crevasse [15:11]
  • 6 Viva Calexico [5:10]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

CD 1 enregistré à L'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 8 Mars 2000. CD 2 enregistré à L'Usine, Istres, le 3 Mars 2000 et au Théatre de la Licorne, Cannes La Boca, le 4 Mars 2000

line up

Jean-louis Murat (chant, guitares, piano)Denis Clavaizolle (claviers, guitare, piano), Alain Bonnefont (claviers), Régis Pulisciano - Oomiaq (claviers)

chronique

Styles
electro
chanson
indus
ambient
blues
Styles personnels
murat sombre et expérimental

La tournée Muragostang, le point limite où Murat déstructure son plus grand album. Assis avec sa guitare, inspiré par les encouragements de Marc Ribot à jouer lui-même, une multiplicité de samples balancés avec des pédales à ses pieds et trois hommes-claviers dont le fidèle Clavaizolle qui signe la sa révérence. Mustango y est étiré, délité, concassé et reconstruit dans des atmosphères électroniques, Jennifer Charles n’y est plus qu’un hologramme, mise en boucle brisée, jouant à cache-cache dans la longue intro de « Jim » qui donne le ton de repères brouillés. Mustango programmé, codé en pulsations. On y retrouverait plus ses petits chats, qui font miauler le Murat lui-même à la fin du parcours autoroutier de « Bang Bang », lardés de surgissements de sons dissonants sur ses longues minutes démultipliées, tout crisse, la carlingue comme la guitare du brenoï, comme sa voix qui d’un coup hurle en contrepoint d'atmosphères entre deux eaux, claviers paumées dans les perturbations radio et météorologiques. La menaçante complainte native-américaine du « Fier amant de la terre » se coule dans un groove plus soyeux que sur l’album studio, dans un trip-hop en jazz électronique hyper-sensuel, qui sur la fin s’affaisse dans un ralenti où passent les machines. C’est que tout semble aller à vaux l’eau, même quand Jean-Louis se met seul au piano pour l’irrésistible « Mont Sans-Souci », il ne peut s’empêcher d’en caviarder la fin en imitant un sale gamin au chant grotesque et comique. Respiration qui ne prépare en rien aux deux versions de « Belgrade », aussi chaotiques l’une que l’autre, la première fleurtant avec l’indus, saturées de samples sans dessus dessous, Murat dérivant sur les paroles de « Johnny Frenchman » pour conclure, la seconde encore plus oppressante, débitée à un rythme d’escargot, bruitiste mais à deux de tension, expressionniste et cauchemardesque dans son final où ressurgit le beat de la première version puis des voix trafiquées infâmes alors que s’égrène les battements d’un clocher sinistre, d’une horloge terminale. Les sons glanés ici et là creusant dans le subconscient, c’est l’hypnotique voix de Jean Genet entendue au début d’un Polly Jean de sorcellerie d’où surgit aussi, sous les claviers hantés de Clavaizolle et leurs vagues de nova littorale, une étrange lecture mythologique, peut-être bien par l’étrange journaliste Christophe Bourseiller. Les morceaux de Mustango ainsi pétris prennent des chemins détournés, croisés d’inédits inoubliables, les cryptiques vignettes politiques de « Washington », émouchine et Lumumba sur beat technoïdes et claviers spatiaux de sieur Oomiaq; le spleen New-yorkais d’un Murat qui « traine les soirs au Tonic » ou dans d’autres clubs pour y rencontrer « l’autre Marc », Ribot, un premier Marc, Eitzel, ayant déjà fait une apparition fantomatique. Légèrement désabusé, paumé dans la ville debout, le brenoï, les notes du piano tombent en gouttes de pluie sous des nuages électroniques jusqu’à l’énervement de la guitare, « C’est dur le choix d’une vie quand on a pas le choix du pays ». Amère conclusion. Sous des augures qui évoquent les suspensions de brouillard à flanc d'une montagne plus familière, Murat, fidèle à lui-même, met à nu son sex-appeal pastoral sur « Ami Amour Amant », long poème planant auquel nulle ne pourra résister, avec sa voix à irriguer les muqueuses à chaque nouvelle syllabe, qui se boucle comme il se doit. Moins pressé que jamais, détachant chaque mot, chaque note, laissant les silences accueillir l'inquiétude de nouveaux sons étranges, il fait de « Nu dans la crevasse » un monstre de suspens de plus d’un quart d’heure, une version d’anthologie d’abord totalement minimaliste puis en souffle de tempête à chaque reprise du refrain. Les frissons remontent du souvenir d’avoir assisté à ça en chair et en os, les estrades qui tremblaient chaque fois que les trois claviers semblaient perdre tout contrôle, comme entrainés dans un trou noir, alors que le Jean-Louis, dans sa cavité-neige, hurlait qu’on l’efface une bonne fois. Une monumentale version d’un morceau déjà fabuleux, qui prend la une dimension hallucinée, des coordonnées cosmiques. Il faudra un dernier blues désertique sussuré pour Joey et John afin de retrouver un semblant d’esprit. Murat ne retournera jamais dans des contrées aussi lointaines.

note       Publiée le samedi 14 janvier 2017

partagez 'Muragostang' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Muragostang"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Muragostang".

ajoutez une note sur : "Muragostang"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Muragostang".

ajoutez un commentaire sur : "Muragostang"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Muragostang".

(N°6) › vendredi 31 août 2018 - 22:51  message privé !
avatar

Clairement un de mes albums préféré de l'univers. J'ai eu la chance de le voir sur cette tournée, j'en garde un souvenir absolument impérissable. A ce propos, y a aussi de l'archive vidéo, de l'époque où y avait des trucs vraiment cool sur Paris Première : https://www.youtube.com/watch?v=c1juXMDjS3Y&frags=pl%2Cwn

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 31 août 2018 - 21:08  message privé !

Mais quel live de ouf quand même !

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 31 août 2018 - 14:23  message privé !

cette version de "Nu dans la Crevasse " !!!

Note donnée au disque :       
vincenzo › lundi 16 janvier 2017 - 17:26  message privé !

Murat... J'y arrive pas... La musique et le personnage...

SEN › lundi 16 janvier 2017 - 11:24  message privé !

ça me fait penser qu'il me le manque celui là ! Pour la note le 6 boules n'est pas volé !

Note donnée au disque :