Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCLes Claypool › Highball with the devil

Les Claypool › Highball with the devil

15 titres - 47:57 min

  • 1/ Running the gauntlet (1:36)
  • 2/ Holy mackerel (3:52)
  • 3/ Highball with the Devil (3:59)
  • 4/ Hendershot (2:26)
  • 5/ Calling Kyle (3:53)
  • 6/ Rancor (1:21)
  • 7/ Cohibas esplenditos (3:12)
  • 8/ Delicate tendrils (4:59)
  • 9/ The awakening (3:34)
  • 10/ Precipitation (3:56)
  • 11/ George E. Porge (2:31)
  • 12/ El sobrante fortnight (3:38)
  • 13/ Granny's little yard gnome (3:01)
  • 14/ Me and Chuck (2:59)
  • 15/ Carolina Rig (3:00)

enregistrement

Rancho Relaxo, Californie, USA, 1995-1996

line up

Les Claypool (batterie, basse, guitare, chant), Mark "hirv" Haggard (guitare), Charlie Hunter (guitare), Joe Gore (guitare), Jay Lane (batterie)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif fusion

Autre interlude dans la carrière de Primus, ce premier album solo de son chanteur, bassiste et incontestable leader, Les Claypool, va, bien malgré lui, révéler l'inéluctable destinée qui va s'abattre sur ce qui fût, en son temps, l'un des groupes les plus rafraîchissant à sévir sur la scène alternative américaine. Si son jeu de basse et sa voix restent sa marque de fabrique la plus identifiable, Les Claypool n'arrive pas à recréer l'alchimie particulière qui anime son groupe. C'est ici qu'on se rend compte que la folie douce de Primus ne dépendait pas uniquement des côtés les plus loufoques assumés il est vrai par le bassiste. Il y a un monde entre la démence et le grotesque. Il s'agirait de ne pas confondre. Désormais orphelin de Tim "Herb" Alexander, qu'un trop métronomique Brian Mantia (Tom Waits) viendra succéder aux fûts, "High Ball with the Devil" fait office, retrospectivement, d'avant-propos au déplorable "Brown Album" que Primus publiera un an plus tard. Le style Claypool ne surprend plus. Son univers qui pourrait se résumer en une version funky des Residents n'apporte plus d'éléments nouveaux. Ce n'est pas la reprise des Reddings ("The Awakening") ou la participation de Henry Rollins à "Delicate Tendrils" qui y changeront quelque chose. "Highball with the Devil" a un côté brouillon, presque amateur que Primus n'a pas, et en terme d'intensité, il se place également bien en dessous de ce qu'il accomplit tout récemment en compagnie du projet Sausage sur leur unique album, "Riddles are abound Tonight". Se reposant donc sur des compositions sans élan, gâchés par un humour de potache qui tombe à plat par manque de consistance, on se surprend, pour la première fois, à traverser un album de Les Claypool de part en part, sans ressentir le besoin d'y revenir. Une page est tournée.

note       Publiée le jeudi 18 avril 2002

partagez 'Highball with the devil' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Highball with the devil"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Highball with the devil".

ajoutez une note sur : "Highball with the devil"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Highball with the devil".

ajoutez un commentaire sur : "Highball with the devil"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Highball with the devil".

born to gulo › mercredi 18 mars 2009 - 16:02  message privé !

tiens, et si à la faveur d'un excellent nouvel album je rechopais le gars Les au moment où j'ai commencé à lui battre froid ; écouté trèèèèèèèès vite à l'époque, ç'a finalement l'air meilleur que bon nombre des soporifiques jams funkymolles qu'il a sorties par la suite, sans jamais retrouver sa frappe au club de golf

Nicouscous › samedi 27 janvier 2007 - 16:32  message privé !
Moi aussi j'le trouve chouette cet album... peu etre pas aussi magique qu'un bon Primus, mais très sympa. Et j'adore "Rancor" !! C'est un morceau qui n'aurait pas correspondu au style "Primus" ou "Frog Brigade", et qui est excellent!
MorYsOn › samedi 27 janvier 2007 - 15:07  message privé !
Hum, je trouve la critique un peu dure... Il est vrai que pour bon nombre de fans de Primus, cet album est peut-être moins surprenant, mais le génie de Claypool reste et nous livre malgré tout, un bon opus. Et dire que le Brown Album est déplorable me semble un peu exagéré. Beaucoup de titres sont vraiment prenant. Avis perso bien entendu :-)
Note donnée au disque :