Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGhosting › Romantic death

Ghosting › Romantic death

cd • 11 titres

  • 1Blood ocean
  • 2Meaning of life
  • 3Crying
  • 4Ripped off
  • 5Schattengesang
  • 6Get me back
  • 7King of force
  • 8L'Eremitage
  • 9New world
  • 10Cyring (electric mix)
  • 11Denkmal

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Danse Macabre Studios, Bayreuth, Allemagne, juillet-septembre 1992

line up

Sascha Tayefeh (chant, claviers), Diana Rappauer (vocaux), Thar (guitares), Bruno Kramm (claviers, piano), Donnie McKay (batterie), Stefan Noll (basse), Wolfgang Cornet (claviers), Thomas Nilges (guitare), Annette Lachance (vocaux)

remarques

chronique

Ghosting, c'est un peu le groupe sur lequel on s'acharne volontiers avec plaisir. Il faut dire que nos lascars y mettent pas mal du leur pour se placer dans la ligne de mire...Leur attitude de poseur 'goth de chez goth', une première démo intitulée 'Black romantic'...quand on prend le risque d'une démarche aussi cliché, il faut assurer. Pareil avec ce premier véritable album, les pierres tombales du cimetière juif de Prague, un titre comme 'Romantic death', à moins de receler une musique imparable, l'éclat de rire semble assuré...A première vue, tout se passe bien avec l'excellent 'Blood ocean' dans une lignée très Das Ich avec montées d'orgue, percussions lourdes, samples symphoniques. Par contre, dès le second morceau, ça se gâte quelque peu, voilà qu'on se rapproche plus d'un sous-Cure peu inspiré. Les atmosphères se veulent mystérieuses ('Schattengesang'),les guitares empruntées à The Mission (le riff de 'Ripped off') et aux Cure, le chant désespéré mais le timbre pré-pubère de Sascha Tayefeh manque de conviction et aurait même tendance à sonner ridicule bien souvent. Sur un morceau comme le bon 'King of force', il est heureusement renforcé par un chant féminin qui donne plus de profondeur au tout, technique qui échoue par contre totalement sur le grotesque 'L'Eremitage' aux textes dignes des clichés du gogoth de 14 ans. La production et les aides aux claviers de Bruno Kramm ne suffisent pas à rebooster la démarche d'un groupe qui veut jouer les grands méchants et qui sonne au final bien gentillet.

note       Publiée le lundi 17 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Romantic death".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Romantic death".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Romantic death".

kuroikarasu › dimanche 22 janvier 2006 - 00:52  message privé !
Amen!! :D
Note donnée au disque :       
darkmusette › samedi 21 janvier 2006 - 14:35  message privé !
j'avais oublié l'existance d'un tel truc! un des plus gros nanar sonore de la grande époque german mystic des debut 90, un réel sketch auditif, petite préference pour la 8/ L'Eremitage avec son refrain à la voix feminine en français! "j'ai le paix"... irresistible!
Note donnée au disque :