Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPrimus › Antipop

Primus › Antipop

cd | 14 titres | 63:08 min

  • 1 Intro [0:17]
  • 2 Electric Uncle Sam [2:56]
  • 3 Natural Joe [4:12]
  • 4 Laquer Head [3:49]
  • 5 The Antipop [5:33]
  • 6 Eclectic Electric [8:34]
  • 7 Greet the Sacred Cow [5:10]
  • 8 Mama Didn't Raise No Fool [5:04]
  • 9 Dirty Drowning Man [4:48]
  • 10 Ballad of Bodacious [3:28]
  • 11 Power Mad [3:42]
  • 12 The Final Voyage of the Liquid Sky [5:39]
  • 13 Coattails of a Dead Man [5:16]
  • 14 The Heckler [3:40]

enregistrement

Rancho Relaxo, The Village Recorders, Fantasy Studios, Californie, USA, 1999

line up

Les Claypool (chant, basses), Larry Lalonde (guitare), Brian "brain" Mantia (batterie)

Musiciens additionnels : James Hetfield (guitare 6), Jim Martin (guitare 6), Tom Morello (guitare 1, 8, 11), Martina Topley-bird (chant 8, 13), Tom Waits (chant, mellotron 13), Turk Black (voix 6), Cage & Lena (Twinkle monster 6)

chronique

"Antipop" est un leurre magnifique. Tout ce que vous croyez y écouter est faux. Pour la première fois de sa carrière, Primus s'en remet aux mains de nombreuses forces extérieures. Aveu de faiblesse pour un groupe qui ne semble plus à même de s'assumer seul ou réelle tentative de trouver une nouvelle porte de sortie ? La liste des appelés est plutôt impressionnante : Tom Morello (Rage Against The Machine, Audioslave) pour "Electric Uncle Sam", "Mama Didn't Raise No Fool" et "Power Mad", Matt Stone (un des deux papa de "South Park") pour "Natural Joe", Fred Durst (Limp Bizkit) pour "Laquer Head", Stewart Copeland (The Police) pour "Dirty Drowning Man", Tom Waits pour "Coattails of a Dead Man", Jim Martin (Faith No More) et James Hetfield (Metallica) pour l'ambitieux "Eclectic Electric". Que ces collaborations se limitent à un travail de production ou à une participation active, il en résulte néanmoins que chacune d'entre elles, tout en conservant intacte l'identité de Primus, y apporte une nuance qui donne à l'album un aspect hétéroclite. Esthétiquement parlant, avec un retour des ghost notes et un semblant de rototoms pour apporter un peu plus de densité à son jeu, l'illusion créée par Brian Mantia est presque parfaite. On croirait presque que Tim Alexander est revenu au bercail. Un élément de plus qui trahit aussi peut-être une prise de conscience un peu tardive du vide laissé après son départ. Gommer son identité pour se muer en ersatz d'un regretté disparu aura sans doute eu pour fâcheuse conséquence d'avoir raison du courageux batteur qui, à son tour, tire un trait sur sa participation au groupe, plongeant depuis la carrière de Primus dans une mise en veille prolongée. Un comble, quand on songe que les compositions présentes ici sont bien plus fortes que celles qui cimentaient le fadasse "Brown Album" et tâchent de renouer, parfois maladroitement, avec la magique symbiose de leurs premières heures. Un grand retour tué dans l'œuf.

note       Publiée le mercredi 19 février 2003

partagez 'Antipop' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Antipop"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Antipop".

ajoutez une note sur : "Antipop"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Antipop".

ajoutez un commentaire sur : "Antipop"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Antipop".

NevrOp4th › jeudi 13 août 2009 - 15:50  message privé !

Moi je le trouve vraiment bon ce disque, une bonne cure de jouvance comme dirait l'autre, certe pas mon préféré du crew mais le premier que j'ai acheté et donc une certaine valeur sentimentale y ressort. Je ne trouve aucune faiblesse ou presque dans ce disque : sa groove méchant, je le trouve même sincère et allez je me lance même parfois naïf dans certain plan . Pas grave, sa reste un groupe hautement recommandable par la musique qu'il propose. Vivement le prochain tiens..

Note donnée au disque :       
Potters field › mardi 2 juin 2009 - 17:31  message privé !

moi je dirais qu'ils sont tous bons, même si la basse demeure le point fort. mais ça à la rigueur on s'en fout, primus vaut plus que la somme de ses parties.

prypiat › jeudi 9 octobre 2008 - 19:32  message privé !

Désolé, j'avais envie de mettre une mauvaise note a un Primus.... J'aime pas trop ce groupe mais faut avouer que quand même le bassiste est plutôt bon...

Note donnée au disque :       
Potters field › samedi 2 août 2008 - 11:51  message privé !
l'aime bien moi. bon, fred durst, j'avoue que je comprends pas ce qu'il fout là, mais waits ou copland, c'est pas vraiment surprenant.
Dun23 › samedi 7 janvier 2006 - 16:24  message privé !
Antipop est l'album le plus... pop de Primus. Car, à mon sens, le plus accessible. Mais attention, me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, plus accessible ne signifie pas daube sans nom, bien au contraire. si effectivement il succède au fade Brown album, il n'en reste pas moins un très bon disque, qui aurait pu marquer le début d'une nouvelle ère Primusienne sans l'excellent Alexander. Malheureusement non, Claypool ayant préféré tiré un trait sur son groupe fétiche et se lancer dans ses autres expérimentations (souvent excellentes au demeurant). Bref une sorte de chant du cygne convaicant.
Note donnée au disque :