Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPrimus › Brown album

Primus › Brown album

15 titres - 56:55 min

  • 1/ The Return of Sathington Willoughby (5:04)
  • 2/ Fisticuffs (4:24)
  • 3/ Golden Boy (3:05)
  • 4/ Over the Falls (2:41)
  • 5/ Shake Hands With Beef (4:02)
  • 6/ Camelback Cinema (3:59)
  • 7/ Hats Off (1:57)
  • 8/ Puddin' Taine (3:37)
  • 9/ Bob's Party Time Lounge (4:43)
  • 10/ Duchess and the Proverbial Mind Spread (3:29)
  • 11/ Restin' Bones (4:29)
  • 12/ Coddingtown (2:52)
  • 13/ Kalamazoo (3:30)
  • 14/ The Chastising of Renegade (5:02)
  • 15/ Arnie (3:54)

enregistrement

Rancho Relaxo, Californie, USA, décembre 1996 - avril 1997

line up

Les Claypool (basses, chant), Larry Lalonde (guitare), Brian "brain" Mantia (batterie)

remarques

chronique

Je viens de relire ma chronique sur l'album "Highball with the Devil" de Les Claypool (eh oui, en plus d'être de mauvaise foi, je suis narcissique), et j'ai bien envie de faire un copier/coller pour retranscrire ici ce que je pense de ce "Brown Album". Y a rien à faire ; en quittant le navire, le batteur Tim Alexander a fait se volatiliser l'alchimie - je réutilise ce terme car il me semble le plus approprié - qui liait les trois bonshommes, et a, sans le vouloir, crucifié le devenir du groupe. Rétrospectivement, "Brown Album" redore le blason de "Tales from the Punchbowl" et en fait, dans l'absolu, le dernier bon album de Primus. Comme pour "Highball with the Devil", on passe au travers de cet album sans être bousculé un seul instant. Oui, on constate deux choses tout de même, l'une étant peut-être la conséquence indirecte de l'autre : les guitares sont plus rentre dedans que d'habitude ("Camelback Cinema", "Coddingtown"), aidé en cela par un jeu de batterie moins inventif et plus carré que l'on doit à Brian Mantia, rencontré lors des sessions auxquelles Les Claypool participa pour Tom Waits sur "Bone Machine" en 1992. Il y a comme une espèce de dépouillement mal venu, d'appauvrissement de l'atmosphère qui se dégage du disque, à mon grand regret. Rarement aurais je d'ailleurs entendu album qui débute sur un titre aussi peu engageant que "The Return of Sathington Willoughby". Les titres se suivent, mais sans conviction, sans réel impact sur l'auditeur, sans la moindre accroche mélodique ou autre. Pour rendre le tout plus attractif, le gag de la pochette voudrait faire passer le boîtier du cd pour une boîte à cigares. Pas de bol : je ne fume pas.

note       Publiée le mercredi 19 février 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Brown album".

notes

Note moyenne        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Brown album".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Brown album".

Rendez-Moi › dimanche 29 juin 2014 - 22:16  message privé !

"Golden Boy" rholala, le meilleur morceau de Primus selon moi, et ces premières secondes en or ! J'adore vraiment tout le reste (putain de trop bonne "Bob's Party Time Lounge", excellente scénette) mais "Golden Boy" est au dessus de tout.

Note donnée au disque :       
vincenzo › lundi 15 octobre 2012 - 22:14  message privé !

ah mais non ! sûrement la prod' : Brain est un excellent batteur, il a travaillé dans le sens demandé... Plein de très bons titres plus concis comme son jeu d'ailleurs, un hasard ?

Note donnée au disque :       
sebcircus › lundi 15 octobre 2012 - 18:46  message privé !

Le pire album de Primus pour moi, beaucoup trop pataud, la batterie de Brain y est pour beaucoup.

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 8 janvier 2012 - 15:41  message privé !

À sa sortie, je me souviens que Claypool en parlait comme d'une fusion du "Black Album" et du Double Blanc ! Le résultat, sans être mauvais, n'est pas franchement à la hauteur avec un côté plus rigide rythmiquement (l'influence du passage de Brain chez Godflesh ?) et un manque de morceaux vraiment marquants.

Note donnée au disque :       
empreznor › mardi 9 juin 2009 - 23:02  message privé !

Je vois pas comment on peut comparer au génie sautillant de pork soda. Surement parce que c'est du genie non sautillant. Lourd et indigeste, à ne pas confondre avec de la boue.

Note donnée au disque :