Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSonic Youth › Daydream Nation

Sonic Youth › Daydream Nation

cd • 12 titres • 70:52 min

  • 1Teen Age Riot6:56
  • 2Silver Rocket3:48
  • 3The Sprawl7:42
  • 4'Cross The Breeze7:01
  • 5Eric's Trip3:49
  • 6Total Trash7:33
  • 7Hey Joni4:23
  • 8Providence2:40
  • 9Candle4:59
  • 10Rain King4:39
  • 11Kissability3:08
  • 12Trilogy ( a) The Wonder b) Hyperstation z) Eliminator Jr.)14:02

informations

Greene Street Recording, New-York, Etats-Unis, juillet-août 1988.

chronique

  • alternatif

Partis d'un rock bruitiste assez extrême et inaudible, les intellos new-yorkais, auxquels le grunge doit tant, dessinent avec "Evol" en 1986 puis "Sister" en 1987 une évolution vers un rock à guitares toujours brûlant et crade, certes, mais aux contours nettement plus mélodiques malgré ses dissonances retorses. "Daydream nation" (1988) achève en quelque sorte ce trajet, avant un nouveau périple vers des contrées plus hospitalières encore ("Goo" en 1992 leur fera quitter l'underground pour accéder à une audience très élargie). Cela ne les empêchera pas d'ailleurs, plus tard, de s'attaquer à Steve Reich, preuve supplémentaire, si besoin était, que la soif d'expérimentations de Sonic Youth ne s'est jamais tarie. En attendant, ce "Daydream nation", double album à l'origine, dont les proportions impressionnent encore aujourd'hui à cause de la durée des morceaux (beaucoup de titres durent plus de 7 minutes), brille encore de cette inaltérable flamme, qui semble figée dans le temps, froide et brûlante à la fois, telle qu'elle fut peinte par Gerhard Richter, dont l'oeuvre orne la pochette. Ce disque ambitieux reste en effet un coup d'éclat inégalé dans la discographie du groupe. Pourquoi ? Parce que des compositions qui tuent, ne laissant jamais un instant place à l'ennui, se conjuguent avec la percée lancinante et douloureuse des guitares-kärcher en autant de chevauchées furieuses et frénétiques. La rage semble pourtant sans cesse contrebalancée par un chant désinvolte. Mais rien n'y fait : ce disque reste une infatigable succession de cavalcades à la violence aussi insoutenable que progressive dans son dévoilement. Partis d'un "Teen age riot" en forme d'hymne, on dérive bientôt vers les tourments apocalyptiques que sont "Silver rocket", "'Cross the breeze", "Total trash"... ou post-apocalyptiques avec l'étrange "Providence", pièce d'ambient-indus comme issue d'un monde ravagé. Pas de rémission. Impitoyablement, malgré les accents punks old school plus fédérateurs d'un "Hey Joni" pris au milieu de la tourmente, le couteau est de plus en plus violemment retourné dans la plaie avec les "Rain king", "Kissability" et surtout une "Trilogy" épique, anthologique, se concluant par les coups de boutoir furieux de "Eliminator Jr.", une tuerie en règle. Un des meilleurs disques de Sonic Youth.

note       Publiée le jeudi 29 décembre 2005

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Daydream Nation" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Daydream Nation".

notes

Note moyenne        56 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Daydream Nation".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Daydream Nation".

Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Un bout de temps que je ne l'avais pas réécouté cet album

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

DOUX JESUS !

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin Envoyez un message privé àAlfred le Pingouin

C'est vrai que les mélodies et les tempis un peu vifs c'est nul. Et pourquoi pas un refrain pendant qu'on y est ?

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

J'en veux bien tous les jours, des morceaux de pop-punk aussi tendus. Et il a tout à voir avec le reste de l'album, qui porte bien son ambition narrative.

Note donnée au disque :       
Tamerlan Envoyez un message privé àTamerlan

Teen Age Riot est une horreur qui m'a empêché pendant très longtemps de me lancer plus avant dans cet album. Quelle idée aussi de foutre une chanson pop punk toute niaise à la Sum 41 (oui j'exagère, je sais, mais quand même) qui n'a rien à voir avec le reste de l'album ! Ou alors c'était une manœuvre commerciale pour appâter le chaland. Si c'est le cas, ce n'est vraiment pas à mettre au crédit du groupe qui cherchait un peu trop à se prostituer à cette époque. Dire que Gira était jaloux de leur succès...