Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSonic Youth › Sister

Sonic Youth › Sister

cd • 11 titres • 43:05 min

  • 1Schizophrenia
  • 2(I Got A) Catholic Block
  • 3Beauty Lies In The Eye
  • 4Stereo Sanctity
  • 5Pipeline / Kill Time
  • 6Tuff Gnarl
  • 7Pacific Coast Highway
  • 8Hot Wire My Heart Reprise de Crime, 76
  • 9Cotton Crown
  • 10White Cross
  • 11Master-Dikbonus track cd

enregistrement

Masterisé par Howie Weinberg - Ingé-son : Bill Titus

line up

Kim Gordon (basse, guitare, chant sur Schizophrenia, PCH, Beauty lies in the eye, Cotton Crown), Thurston Moore (chant, guitare, moog), Lee Ranaldo (guitare, chant sur Pipeline), Steve Shelley (batterie, programmation)

Musiciens additionnels : Walter Sear (programmation du Moog)

remarques

chronique

"La portière arrière s’est ouverte, on m’a dit de descendre et de passer dans la voiture de derrière, c’est ce que j’ai fait. Une fois à l’intérieur, tout ce dont je me souviens c’est de deux skinheads à l’avant, énervés, qui démarrent en trombe comme pour fuir quelque chose. Le mec de droite se retourne et attache une longue ceinture, depuis le siège avant jusqu’autour de ma taille, ce qui m’a instantanément mis mal à l’aise"… Rarement n’ai-je entendu chose plus vicieuse, poison plus lent, plus maléfique, que ce Sister. Ce n’est point du rock, c’est une chevauchée meurtrière, courte et douloureuse, où la bagnole finit bien vite par crever dans d’atroces souffrances dans les cahots et la boue, avant qu’on se finisse au fusil à pompe dans les bois, dévalant des pentes abruptes couvertes de ronces au clair de lune, tandis que la bande de potes un peu foufous deviennent la meute sanguinaire qu’ils ont toujours été, au fond. Sister est un appel vers le danger, vers quelque chose de vraiment pas net. Une invitation à venir jouer à la nuit tombée parmi les cadavres de 4L rouillées et les arbres morts… Pacific Coast Highway, ou comment la victime raconte (exorcise ?) un viol en parlant du point de vue du violeur. Malsain est un doux euphémisme pour le véritable miasme auditif qui passe ici, nous procurant un frisson coupable mais contagieux, au vu de la réputation de cet album. Les deux premières chansons sont parmis ce que Sonic Youth a fait de plus percutant et abouti, entre saynète lynchienne et cantique de la violence en dormance derrière les inhibitions, qui finit par exploser dans un cri d’effroi (Catholic Block). D’ailleurs, tous les morceaux souffrent de schizo ici, et changent de visage après une minute ou deux, dans un rictus glaçant… Seule exception, les faiblards White Cross et Cotton Crown, ou le duo masculin féminin enlacé sous les décombres, gravats et tôles froissées… Pas vraiment les Carpenters. Après tout, Sister n’est-il pas un album au concept affreusement cérébral (cf le livret cryptique), réflexion sur Philip K. Dick, le cyberpunk et les jumeaux morts ? "Jesus had a twin, he knew nothing about sin"... Allusion aux problèmes mentaux du jumeau en question ? Sonic Youth, groupe qui a longtemps isolé chacune des 2 guitares sur un canal différent de la stéréo, s’y connaît en gémellité et en schizophrénie. Les paroles s’inspirent du Neuromancer de W.Gibson, ou citent carrément K.Dick sur certains passages. "Les symboles du divin apparaissent tout d’abord dans notre monde à la strate des ordures" disait ce dernier. Il a bien raison : Sonic Youth, sous l’influence Jay Mascienne, trouve ici son style ; crade, bruyant, et mûrement structuré, style qui sera poussé à fond sur Daydream Nation. En attendant, ce truc est largement aussi salopard que les Swans ou Flowers of Romance, avec des textes formidables en prime.

note       Publiée le lundi 17 octobre 2011

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sister".

notes

Note moyenne        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sister".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sister".

(N°6) › mercredi 9 janvier 2013 - 01:22  message privé !
avatar

Un machin à vous filer la nausée. Je dis ça comme un compliment, en quelque sorte. Après Tom Violence sur EVOL, les revoilà qui refont le coup du premier morceau qui tue... mal au crâne moi... je sais pas trop ce qui m'arrive...

ericbaisons › samedi 19 novembre 2011 - 19:50  message privé !

Pitain, Hot wire toute salopée, et master dik tuent totalement.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 2 novembre 2011 - 10:23  message privé !
avatar

putain ! merci, j'ai trouvé une excuse pour enculer les mouches et ne plus chroniquer !! youpiiiiii

Wotzenknecht › dimanche 30 octobre 2011 - 17:06  message privé !
avatar

C'est ta chro 666, david

Solvant › mardi 18 octobre 2011 - 22:26  message privé !

24 ans d'écoutes, j'aime toujours autant.

Note donnée au disque :