Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSonic Youth › EVOL

Sonic Youth › EVOL

cd | 10 titres | 38:33 min

  • 1 Tom Violence [3:05]
  • 2 Shadow of a Doubt [3:32]
  • 3 Star Power [4:48]
  • 4 In the Kingdom #19 [3:24]
  • 5 Green Light [3:41]
  • 6 Death to Our Friends [3:19]
  • 7 Secret Girls [2:54]
  • 8 Marilyn Moore [4:03]
  • 9 Madonna, Sean and Me [6:57]
  • 10 Bubblegum [2:50]

enregistrement

Before Christ Studio, USA, mars 1986

line up

Kim Gordon (basse, chant), Thurston Moore (guitares, chant), Lee Ranaldo (guitare), Steve Shelley (batterie)

remarques

La playlist cd ne respecte pas du tout celle de la version vynile d'origine.

chronique

Oui, il était temps de parler de Sonic Youth sur Guts of Darkness. Sonic Youth, peut-être le seul groupe de l'autre côté de l'Atlantique à pouvoir revendiquer une influence profonde mais souterraine, sur la musique alternative américaine, en faisant toujours preuve d'une intégrité irréprochable. "Evol" est leur quatrième album. Peut-être moins farouchement expérimental et brut que ces trois prédécesseurs, plutôt tributaires d'une approche punk désinvolte (désolé pour le pléonasme involontaire), Sonic Youth y dessine des structures plus conventionnelles, aptes à plaire au plus grand nombre, sans perdre de vue leur capacité à se jeter dans des délires guitaristiques bien sournois et humides. Et si je dis humide, c'est parce que la musique enregistrée par le groupe, et qui se stabilise ici enfin avec l'arrivée du batteur Steve Shelley, donne l'impression d'avoir été enregistrée dans une cave attaquée par la mérule, à un point tel qu'on peut presqu'en percevoir l'odeur et deviner le relief sinistré des murs qui nous entourent. La musique de Sonic Youth est violence et aliénation. Elle est rage et désespoir contenu. Elle est sournoise. Beaucoup n'arriveront pas à se faire à cette esthétique qui laisse plus sous-entendre qu'elle ne montre. Mais c'est dans ce non-dit justement que s'élève le mystère de leur musique, et c'est dans celle-ci aussi que se loge leur force, leur trouble passion, entre désinvolture et dépression nerveuse. Les titres sont assez courts mais ne refusent jamais de s'abandonner, aux détours d'un couplet, à quelques distortions guitaristiques, véritables trames de fond de leurs histoires déjantées, ou à quelques rythmiques martelées à bon escient, afin de nous concocter ces ambiances post industrielles si angoissantes que l'on trouvait déjà chez leurs aînés de Pere Ubu. La voix mystérieuse de Kim Gordon sur "Shadow of a Doubt" et "Secret Girl" donne encore plus de poids à l'entreprise. Il n'y a qu'eux, à cette époque, pour chanter sur une mélodie désuète "We're gonna kill the california girls" sur "Madonna, Sean and Me". Sonic Youth était alors le seul groupe capable de mettre à plat les démons de l'Amérique, comme le fît autrefois le Velvet Underground.

note       Publiée le jeudi 17 octobre 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'EVOL' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "EVOL"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "EVOL".

ajoutez une note sur : "EVOL"

Note moyenne :        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "EVOL".

ajoutez un commentaire sur : "EVOL"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "EVOL".

moustache › lundi 17 octobre 2016 - 23:00  message privé !

S'enchaîner Tom Violence et Shadow of a Doubt avec la Kim qui te susurre ses "Kiss me", c'est juste magique.

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › vendredi 7 juin 2013 - 15:38  message privé !

Chacun son favori. De justesse avec "Sister". "In The Kingdom # 19" = Lovecraft, + Mike Watt on bass. Ce n'est pas que la playlist CD ne respecte pas celle du LP original, c'est plutôt que les titres inscrits au dos de la pochette vinyle d'origine sont volontairement écrits en désordre. Mais sur les deux faces, c'est bien le même ordre que le CD, outre le dernier titre bonus of course.

Note donnée au disque :       
Dioneo › mercredi 20 février 2013 - 11:53  message privé !
avatar

Je disais donc... Tellement bourré à craquer d'émotions contradictoires, d'aspirations tendues celui-là ! Pas écrasées/contraintes/concassées comme sur le précédent (Bad Moon Rising) ni affolées comme ceux de juste avant (Confusion is Sex/Kill Yr Idols). Plutôt "ouvertes" : comme la fenêtre ou comme une fracture, selon les moments. Je lui trouve des moments carrément lumineux. Et une beauté - oui - vraiment particulière quand la flamme se feutre et baisse pour que l'autre lueur s'y agite mieux, nous attire vers l'intérieur (Shadow of a Doubt, Secret Girls... Rarement je trouve Kim si séduisante - si chaleureuse, aussi).

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › lundi 28 janvier 2013 - 17:17  message privé !

Mon chouchou.

Note donnée au disque :       
cyprine › jeudi 14 juillet 2011 - 15:56  message privé !

Je l'ai, je l'ai, je l'ai, j'en aurais mis du temps, si ce n'était cette âme charitable et gutsienne...

Note donnée au disque :