Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYOtomo Yoshihide › Silangan Ingay

Otomo Yoshihide › Silangan Ingay

15 titres - 41:00 min

  • Side A
  • 1/ Noise from Far East (3:11)
  • 2/ The Time to Live and the Time to Die (2:40)
  • 3/ 1.2.3.4. (1:22)
  • 4/ 6 and 14 Wave (5:25)
  • 5/ Black and Blue (4:01)
  • 6/ Green Bicycle (2:33)
  • 7/ Intolerable Fellow (1:30)
  • Side B
  • 8/ Short Tune (0:24)
  • 9/ Mob? (3:55)
  • 10/ For T. T. (1:53)
  • 11/ Crying Sky (1:51)
  • 12/ #7 (1:15)
  • 13/ Jalan (5:54)
  • 14/ Don't Be Late! (1:41)
  • 15/ Rip (3:25)

enregistrement

Recorded at Space ALTA in Yokohama on April 28, 1989 Engineered by Katsumi Kawasaki

line up

Junji Hirose (self-made instrument, toy rhythm box, toy voice changer, auto harp, toys, tenor sax), Otomo Yoshihide (turntables with hand-made mixer, cassette tapes, hand-made guitar (B1), small instruments, toys)

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
pré-ground zero

Otomo Yoshihide est un sacré bonhomme... Après avoir joué du Jazz et du Punk à l'Université, notre ami nippon s'est intéressé à l'histoire de "l'ethnomusique", l'évolution des instruments chinois et de la musique populaire japonaise. En résulte un goût prononcé pour le bidouillage multi-instrumental traditionnel, que l'on retrouvera dans bon nombre de ses projets futurs. Tout en se passionnant pour l'improvisation et les nouvelles technologies, et accompagné de son ami Hirose Junji (tout aussi barge, cela va de soi), l'ami Otomo va commencer à se forger un style unique, dont la meilleure ébauche est ce Silangan Ingay, assurément le plus beau prémisse à ce que sera l'incroyable et l'inimitable Ground Zero. Les samples fusent déjà de partout, des instruments incongrus apparaissent ici et là, entre deux passages stridents et bruitistes, James Brown fait même une apparition onirique le temps d'un "Sex machine" torturé et mixé à grand coup de scie sauteuse. La construction des morceaux en forme de sketches donne de la dynamique à l'album (les morceaux durent en moyenne 2-3 minutes), avec l'impression de regarder la télévision et de zapper continuellement d'une chaîne à l'autre, avec son colocataire bruyant fan de John Cage, les travaux au marteau piqueur dans la rue voisine, la concierge qui s'envoie en l'air, la radio qui passe des tubes des années 80, la vaisselle qui casse, le parquet qui grince… Oui, ça fait penser à du Ground Zero, dont les albums seraient condensés en une poignée de minutes… Malheureusement, le résultat est un peu trop chaotique, limite cacophonique; trop d'éléments se superposent, on a du mal à se retrouver dans ce maelström sonore certes jouissif, mais vite fatigant pour les oreilles. Un disque intéressant, idéal pour observer l'évolution de mon japonais préféré dans le temps, mais loin d'être indispensable. Une sorte de version démo de Ground Zero…

note       Publiée le samedi 19 juin 2004

partagez 'Silangan Ingay' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Silangan Ingay"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Silangan Ingay".

ajoutez une note sur : "Silangan Ingay"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Silangan Ingay".

ajoutez un commentaire sur : "Silangan Ingay"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Silangan Ingay".

cmpfmb › vendredi 30 septembre 2005 - 00:01  message privé !
il a l'air d'etre introuvable cette album.....si quelqu'un a une piste.merci d'avance....