Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGround Zero › Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28

Ground Zero › Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28

cd | 16 titres | 49:15 min

  • 1 Opening / Flying across the J.P.YEN [9:29]
  • 2 Consume Mao [1:33]
  • 3 Rush Capture of the Revolutionary Opera 1 [2:05]
  • 4 Red Mao Book by Sony [4:23]
  • 5 Crossing Frankfurt Four Times [2:02]
  • 6 The Glory of Hong Kong / Kabukicho Conference [4:53]
  • 7 Paraiso 1 [7:03]
  • 8 Anouncing Good News from the West [0:40]
  • 9 Revolutionary Enka 2001 [1:15]
  • 10 Grand Pink Junktion Ballad [1:27]
  • 11 Crossing Snow Mountains with Yamaha Bike [1:29]
  • 12 Rush Capture of the Revolutionary Opera 2 [0:51]
  • 13 Yellow Army, Beloved of the Various Nationalities [0:52]
  • 14 Triumphant Junction (Grand Finale) [1:07]
  • 15 International / Epilogue [2:49]
  • 16 Paraiso 2 [5:36]

line up

Christian Marclay (record without cover [15, 16]), Kikuchi Naruyoshi (saxophone ténor [9, 12, 13, 14]), Sachiko M (samples, voix [10]), Otomo Yoshihide (guitare, turntables), Yasuhiro Yoshigaki (percussion, voix [10, 11]), Kazuhisa Uchihashi (guitare, effets), Mitsuru Nasuno (basse), Masahiro Uemura (batterie, claviers [9] - Musiciens additionnels : DJ-MAO (samples [1, 2, 10, 12, 13, 16], Kazuhiro Nomoto (clarinette [1]), Aya (voix [4]), Mao Singers (Sachiko M, haruna ito, Tsuguto Tsunoda, Masahiro Uemura, Yasuhiro Yoshigaki, Mitsuru Nasuno, Kazuhisa Uchihashi, and Yoshihide Otomo [13, 14]) - Invités samplés : Original Pekinese Opera groups, Heiner Goebbels (piano, etc.), Alfred 23 Harth (saxophone, etc.), Jon Rose (violin, etc. [2, 10]), Norimizu Amaya: telephone samples [1]), Osamu Hashimoto (voix [2]), Steve Beresford (voix [2]), Rudolf Ebner (voix, etc. [10, 11]), Yumiko Tanaka (voix, shamisen [1, 13, 14])

remarques

GOK Sound, Tokyo, Mars 1995 par Yoshiaki Kondo. Masterisé le 4 avril 1995 par Allan Tucker au Foothill Digital, New York. Remixé et remasterisé en janvier 1996 par Yoshihide Otomo au Sank-ohso Studio et Kojima Recordings, Tokyo.
L'édition Locus Solus de 1996 comporte les notes en japonais de Yoshihide Otomo.

chronique

Ils sont fous ces japonais ! Quand Ground Zero entre en studio, au printemps 1995, nul ne se doute encore que le groupe va accoucher d'un disque énorme ! Une sorte de pot pourri dément des multiples facettes de la culture japonaise. Tout commence par une intro lente et cyclique à souhait qui monte progressivement en puissance sur près de 10 minutes, puis... on bascule dans le monde fou fou fou de Yoshihide Otomo : des samples (voix, combats d'arts martiaux, bruitages divers, instruments) qui partent dans tous les sens. Et quand je dis dans tous les sens c'est vraiment dans tous les sens, en haut, en bas, devant, derrière, sur les côtés ! Bref : partout quoi ! On a l'impression de se retrouver en compagnie d'une fanfare histérique de musicos hallucinés sous exitants ! Ca explose de partout, avec des ruptures contantes de rythmes, le tout enchainé comme pas croyable... Mais dans cet exercice délicat du sampling à l'excès où bon nombre de formations se sont cassé la gueule, Ground Zero débarque avec ce petit truc en plus qu'on appelle la classe. Le groupe fait monter l'intensité, explore de multiples voies avec de multiples voix, réussi à créer de la mélodie à partir de bribes d'éléments complètement disparates, bref ils jouent avec les samples là où d'autres le font avec des notes. Ground Zero aura finalement réussi à échapper aux influences de Naked City pour accéder à un style propre, assez extrême à sa façon mais qui reste étonnemment très écoutable et surtout particulièrement jouissif ! Mon plus grand regret est que je ne comprend rien à la langue du soleil levant... Avec ce disque vous n'êtes pas au bout de vos surprises, attention : la cavalerie débarque (c'est pas des conneries en plus...) ! Décidément, ils sont fous ces japonais !

note       Publiée le vendredi 8 novembre 2002

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

partagez 'Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28".

ajoutez une note sur : "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28"

Note moyenne :        20 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28".

ajoutez un commentaire sur : "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28".

DesignToKill › mercredi 28 août 2013 - 21:15  message privé !

Vraiment bon, j'ai hésité avec 5 boules, mais pour l'heure j'ai encore un peu de mal !

Note donnée au disque :       
shauni81 › mardi 16 août 2011 - 02:24  message privé !

Tuerie totale. En tout points. On la ferme définitivement et on écoute.

Note donnée au disque :       
sergent_BUCK › mardi 16 septembre 2008 - 01:57  message privé !
avatar

Bon à part ça, il est temps que je gonfle la note de celui là... pof !

Note donnée au disque :       
blub › mercredi 6 août 2008 - 16:59  message privé !
Pour tous ceux qui overkiffent ce skeud jetaient vous sur "Otomo Yoshihide & Christian Marclay - Moving Parts (2000)"! L'un des tous meilleurs Yoshihide (que ce soit en solo, en collab ou en groupe) et surtout celui qui se rapproche le plus de l'esprit délicieusement barré de ce Revolutionary Pekinese Opera, Ver. 1.28 (totalement le même esprit)! Christian Marclay est un artiste trés proche du travail d'Otomo sur les turntables (même approche au niveau de la destruction d'instruments et de la composition barré), il est d'ailleurs au line-up de ce Revolutionary, qui, il est vrai, est une petite bombe mais je lui met (seulement) 5/6 car je trouve Moving Parts vraiment meilleur! Plus classe, plus subtil, moins porté sur les samples de dialogue et sur le côté japonisant de ce disque! Moving Parts dégage une beauté as fuck, un peu comme une B.O de Danny Elfman mais parasité et déconstruite de toute part par nos deux compéres! Si vous aimez ce disque, n'hésitez pas! impossible que vous le regrettiez!
Note donnée au disque :       
Spektr › mardi 25 septembre 2007 - 18:20  message privé !
Génial !
Note donnée au disque :