Vous êtes ici › Les groupes / artistesWThe Wake (USA) › Blacklist

The Wake (USA) › Blacklist

cd • 13 titres

  • 1Harlot
  • 2Christine
  • 3Sideshow
  • 4Lightning
  • 5Burial
  • 6Masked
  • 7First
  • 8Sheila
  • 9Nazarene
  • 10Deep seventeen
  • 11Locomotive age
  • 12Suicide
  • 13Watchtower

dvd • 8 titres

  • 1Nazarene (live)
  • 2Silent siren (live)
  • 3Sideshow (live)
  • 4Harlot (live)
  • 5Watchtower (live)
  • 6Sheet metal eyes (live)
  • 7Christine (clip)
  • 8Locomotive age (clip)

extraits vidéo

informations

Emballage format DVD

chronique

Pour moi, The Wake fait partie des seconds couteaux dont il est indispensable de posséder au moins un best of. Il est certain que ce groupe américain fondé en 1986 n'a jamais brillé par son originalité puisqu'il pompe assez allègrement le style des Sisters of Mercy (encore qu'en replaçant les éléments dans le contexte de leur pays, ce ne soit pas aussi courant qu'en Europe) mais ils ont malgré tout égrené au fil des compilations et de deux albums (ainsi qu'un mini) suffisamment de bon matériel pour que plusieurs de leurs titres résonnent aujourd'hui encore dans les oreilles de tout bon aficionado goth. 'Blacklist' se présente d'ailleurs sous un format intéressant puisqu'il offre un cd pourvu d'une sélection plutôt rigoureuse des meilleures pièces du combo mais également un DVD incluant plusieurs chansons capturées lors d'un concert à Mexico en 1995 et deux clips. Si vous n'appréciez guère les légions de clone en perfecto et Ray-Bans fumées, passez votre chemin car c'est exactement ce qu'est The Wake, sans oublier le chanteur aux vocaux caverneux copiés sur ceux de Andrew Eldritch (mais avec talent). Pour les autres, vous serez libres de partager ou non mon opinion mais à mes yeux, le chef-d'oeuvre s'appelle 'Watchtower'. Voilà une compo qui a tous les ingrédients du type à filer une érection: voix de muezzin en intro, batterie roulante et rituelle, guitares aux sonorités légèrement deathrock mais arrangées en des orchestrations clairement goth rock et une mélodie en béton. Ensuite au classement j'ajouterai 'Sideshow', tube fracassant et massif au feeling hanté pour démythifier la drogue et le star system ('Here we go, another sideshow, all the light and the shadows, you sold your, you sold your rock'n'roll and now your only fear was growing old, a thousand veins call your name, a thousand lives and it feels the same'), les paroles du refrain se coulent de manière particulièrement fluide dans la musique. Pour la suite, citons encore 'Christine', 'Harlot', 'Nazarene' ou 'Locomotive age' aussi percutant que son titre. Les sonorités crissantes des guitares ajoutent cette touche personnelle plus torturée, légèrement moins froide que chez les Soeurs de Charité, sans oublier le son ultra massif et compact, mais ne suffisent pas à dégager entièrement le groupe de ses références. Toujours est-il que dans la longue lignée des clones post-Sisters, nos Américains font preuve de suffisamment de talent pour ne pas finir définitivement aux oubliette, voir même loucher sur le podium. Sur scène, hé bien, pas mal de fumigènes, un chanteur moins statique que son inspiration britannique, un son très correct, donc ça passe plutôt bien. 'Blacklist' tiens avantageusement ses promesses de best of, propose même deux inédits, et peut légitimement revendiquer une place dans une bonne collection goth.

note       Publiée le dimanche 25 novembre 2012

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Blacklist" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Blacklist".

    notes

    Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

    Connectez-vous ajouter une note sur "Blacklist".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Blacklist".