Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHPierre Henry (b.1927) › Le livre des morts égyptien

Pierre Henry (b.1927) › Le livre des morts égyptien

  • 2000 • Philips 464535-2 • 1 CD

7 titres - 66:51 min

  • 1/ NAVIGATION (15:23)
  • Glissement (4:13)
  • Rituel enclûme (4:21)
  • Liturgie des cloches (2:24)
  • Elongation (4:24)
  • 2/ DISLOCATION (9:55)
  • Emergence (2:20)
  • Immobilité (3:09)
  • Combats (4:26)
  • 3/ TRANSFORMATION (4:42)
  • Magma et volutes (1:04)
  • Traversée (3:37)
  • 4/ NEGATION (4:29)
  • Descente souterraine 1 (2:40)
  • Traits blancs (1:49)
  • 5/ JUGEMENT (11:49)
  • Descente souterraine 2 (3:39)
  • Bouffée pianistique (1:13)
  • Petite phrase (7:01)
  • 6/ ATTENTE (10:06)
  • Triade (3:34)
  • Elargissement (6:30)
  • 7/ AFFIRMATION (10:35)
  • Couleur de tempête (0:53)
  • Clarté (1:43)
  • Carillon de soleil (2:23)
  • Sortie au jour (5:11)

enregistrement

IRCAM (pour le système sonore) et Studio Son/Ré (pour le montage et le mixage), Paris, France, entre 1986 et 1988.

line up

Pierre Henry (réalisation sonore)

remarques

C'est une commande de l'IRCAM.
Il s'agit du troisième volume (disponible séparément) du coffret Mix 02.0. Il y a 4 coffrets "Mix" (16 disques au total) qui constituent une anthologie de l'oeuvre de Pierre Henry conçue par le compositeur lui-même.

chronique

On connaît la prédilection de Pierre Henry pour les grands textes mystiques, pour les rituels d'initiation obscures et autres voyages dans l'au-delà. Après s'être intéressé de près au "Livre des morts tibétain" et en avoir rapporté un "Voyage" halluciné, d'une plastique sonore proche de la perfection, il s'attaque vingt-cinq ans plus tard au "Livre des morts égyptien" : une autre bande-son rêvée pour les âmes en migration vers la divinité. Ce "livre", sous la forme de papyrus, était glissé sous les bandelettes des momies, et les indications qu'il donnait devaient permettre à l'âme du défunt d'accéder, après un long et terrifiant parcours, au dieu-soleil Râ. C'est ce parcours que veut retracer la présente oeuvre. Et autant le dire tout de suite : ça décoiffe. A l'aide d'un gigantesque échantillonneur fourni par l'IRCAM, commanditaire de l'oeuvre, Pierre Henry conçoit un monde sonore radicalement différent de celui de son premier "Livre des morts" : ici, ce sont de gigantesques nappes sonores, qui, l'une après l'autre, telles des vagues s'écrasant sur la côte, déferlent dans nos oreilles. Aucun son échantillonné n'est cette fois identifiable ; tout est écartelé, déformé à l'extrême : l'auditeur est ainsi plongé dans une sorte d'abstraction, qui ne laisse pourtant pas d'être extraordinairement dense, sensuelle ; l'amplitude donnée à la musique électro-acoustique de Pierre Henry par le biais de ce clavier très spécial est inouïe : jamais on ne s'est senti aussi minuscule face à ces sons. Dans cet univers post-mortem effrayant, le mode de transport principal est la navigation, et cela est parfaitement ressenti : on glisse, on dérive dans cette oeuvre, pris à certains moments dans des tempêtes terribles, dans des chutes vertigineuses ; à d'autres moments immobiles sur une mer d'huile, sans un souffle de vent. L'embarcation nous mène jusqu'au soleil qui nous attend au bout de l'horizon. Entre temps, nous serons passés par le jugement divin : c'est le summum de cette oeuvre, intitulé ironiquement "Petite phrase". Je vous invite d'urgence à vivre vous aussi cette expérience, moins musicale que métaphysique.

note       Publiée le dimanche 27 mars 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Le livre des morts égyptien".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Le livre des morts égyptien".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Le livre des morts égyptien".

Thierry Marie › jeudi 8 juillet 2010 - 18:05  message privé !

90 pour 100 de ce que j'aime, je l'ai découvert entre 1974 et 1976. Pierre Henry, quand j'avais cet âge là, était une légende... mais pas moyen de trouver ses disques, sinon bien rayés, en occasion. Et celui-ci a été le premier, celui de la révélation: "alors, oui, la musique, ça peut être ça...?" Eh oui: la musique ça ne peut pas être ça, c'est ça... Du jamais entendu: de l'inoui. Et ces études de larsens n'ont rien de rébarbatives, elles sont juste musique. Un must!

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › dimanche 10 février 2008 - 19:12  message privé !
avatar
avant Lustmord... avant Coil... avant Nurse With wound... le premier disque de dark-ambient
Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mercredi 7 novembre 2007 - 01:05  message privé !
avatar
C'est amusant de voir comment la scène post-industrielle s'est réappropriée ce son. Une bonne chose, en soi, que ce contact plus direct et moins 'savant' que la rencontre abrupte avec les électroacousticiens, pour une oreille non prévenue
Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 28 mars 2005 - 13:59  message privé !
Cette oeuvre me fait parfois penser à un mix de 'Nurse with wound' et 'Gruntsplatter' ;-)
Note donnée au disque :