Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHPierre Henry (b.1927) › Fragments pour Artaud

Pierre Henry (b.1927) › Fragments pour Artaud

  • 2002 • Philips 472203-2 • 1 CD

15 titres - 67:09 min

  • FRAGMENTS POUR ARTAUD (45:52)
  • 1/ Mexique (4:18)
  • 2/ Les Tarahumaras I (1:21)
  • 3/ Maya (3:09)
  • 4/ La Religion (5:19)
  • 5/ Choeur I (1:55)
  • 6/ Le Temple d'Emèse (6:56)
  • 7/ Choeur II (0:36)
  • 8/ Les Tarahumaras II (1:19)
  • 9/ Le Langage (2:43)
  • 10/ L'Etoile mange (4:13)
  • 11/ Choeur III (1:14)
  • 12/ Le Temple est là (6:35)
  • 13/ Il n'y a que le vide (6:06)
  • 14/ ENTITE (5:54)
  • 15/ PRISME (15:17)

enregistrement

Studio Apsome, Paris, France, 1970.

line up

Pierre Henry (réalisation sonore)

remarques

"Prisme", qui conclut ce disque, est chroniqué à part.
Il s'agit du deuxième volume (disponible séparément) du coffret Mix 04.0. Il y a 4 coffrets "Mix" (16 disques au total) qui constituent une anthologie de l'oeuvre de Pierre Henry conçue par le compositeur lui-même.

chronique

"Là où les pyramides d'Egypte, avec leur triangle maçonné, sont un appel à la lumière blanche, il faut rêver, au centre souterrain du temple d'Emèse, d'une sorte de filtre triangulaire...un filtre pour le sang humain. Et il y a, sous le temple d'Emèse, un système d'égouts spéciaux, où le sang de l'homme rejoint l'intestin de certains animaux. Par ces égouts en forme de vrille ardente, le cercle se rétrécit à mesure qu'ils avancent dans les profondeurs du sol. Ce sang d'êtres sacrifiés avec les rites voulus va retrouver les coins sacrés de la terre. Il touche au primitif filon géologique, au tressaillement figé du chaos. Ce sang pur et rendu agréable aux dieux d'en bas, asperge les dieux grondants d'Erebe, dont le souffle finit de le purifier..." Aaah..., ces "Fragments pour Artaud" (1970), textes lus, atomisés, fracassés, dits par des voix blanches, fracturées, qui donnent tout leur poids à cette description des sacrifices humains pratiqués jadis par les indiens tarahumaras du Mexique… Voici l'oeuvre la plus baroque, la plus génialement atroce de Pierre Henry, une des plus virtuoses aussi. Cet extrait du "temple d'Emese", où une voix disloquée, inimaginable, décrit avec force détails les rites sacrificiels, pendant que se font entendre des percussions tribales menaçantes ainsi qu'un chant guerrier indien, ne vous donnera qu'une maigre idée de l'ambiance qui règne ici. "Pendant sept jours, qui correspondent aux saturnales grecques ou romaines, s'accomplissaient d'atroces tueries...rites étranges où le sexe de l'homme prend une importance démesurée". Composée dans la droite ligne de son "Apocalypse", cette pièce lui répond brillamment. C'est vrai que ça commence d'une manière un peu timide : des extraits de ces textes tardifs d'Artaud sont dits par une voie chaude. L'intérêt est autant porté sur le traitement de la voix (filtrages différents, réverbération...) que sur les échantillons de percussions tribales qui les accompagnent. Mais à partir de "La religion", on décolle véritablement pour ne plus retoucher terre jusqu'à la fin : bombardements électroniques, voix féminine démultipliée, larsens agressifs, échos métalliques guerriers : la violence du culte sanglant des Tarahumaras commence à être ressentie physiquement par l'auditeur. Les trois "Choeurs", bruits laryngés, rots, raclements de gorge, étouffements, accompagnés de fracas d'objets, forment un chant liturgique insupportable et cauchemardesque à souhait. Après le morceau de bravoure ahurissant du "Temple d'Emèse", François Dufrêne et ses vociférations inouïes donnent à nouveau réalité à une sorte de langue sonore primitive, qui ne s'exprime que par des éructations violentes ("Le langage"). Puis "L'étoile mange" (qui fait écho à "Cataclysmes IV" de l'Apocalypse de Jean) donne à la poésie surréaliste d'Artaud la dimension d'un texte sacré pour messe démoniaque ; et ces déchirements insensés qui recouvrent progressivement la voix... quel âge avait Merzbow en 1970 ? Ensuite, "Le temple est là" : beats de plus en plus rapides et douloureux assénés par un générateur de fréquence, et prière fatiguée de ces voix féminines déformées, soumises à une exténuation impitoyable. Lorsque tout s'achève, avec une répétition morne ("Il n'y a que le vide...") et l'atmosphère délétère mais lointaine d'un paysage ravagé, on atterrit enfin... Quarante-cinq minutes de bonheur, gutsiennes en diable. Si avec tout ça je ne finis pas par vous convaincre...

note       Publiée le dimanche 10 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fragments pour Artaud".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fragments pour Artaud".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fragments pour Artaud".

Cockrellus Wumbus › vendredi 12 juin 2009 - 04:38  message privé !

Un Classique !!! Ça prouve que artistiquement on peut rendre n'importe quoi bon et interessant, le type fait vomir et roter des gens sur une de ses pistes et il réussit à rendre ça interessant !!! et tout l'ambiance sonore est parfaite !!! Wow !!! un chef-d'oeuvre !!!

Note donnée au disque :       
MorbidOM › jeudi 19 mai 2005 - 10:02  message privé !
trimalcion > Mantra 107-9610 : c'est la même chose sans "Entité" donc aucun intérêt pour toi puisque si ce n'est l'artwork composé "d'œuvre picturale" d'Henry qui ont au moins le mérite de prouver qu'il a eu raison de s'orienter vers la musique. saïmone > http://www.ch-sainte-anne.fr/fr/services/psy/adultes/adultes.htm ;)
Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 17 mai 2005 - 18:44  message privé !
avatar
"Par contre "Pour en finir avec le jugement de Dieu" est largement plus intéressant, mais une fois de plus, je dois pas avoir la même édition parce que je vois pas d'anus béant.." En effet, si tu avais la Signature, tu n'aurais pas pu éviter ce remix puant la gerbe et le foutre cadaverique d'un sorcier christique. Pour ma part, j'adore ce disque, tout comme l'autre, et prisme est génial. En fait, je suis d'accord avec tout le monde. Sodomisons-nous. (oui, je me suis tapé "Suppots et Supplications" hier, ceci explique cela)
Trimalcion › mardi 17 mai 2005 - 17:33  message privé !
avatar
"Prisme" n'a rien à voir avec "Fragments pour Artaud" ; il est sur le même disque, c tout (j'ai d'ailleurs choisi de le chroniquer à part) ; il y a de nombreux volumes de cette édition qui comprennent plusieurs oeuvres dissemblables de Pierre Henry ; 45 minutes pour les seuls "Fragments", ça faisait un peu court. Par ailleurs, j'ignorais qu'il existât une "édition plus ancienne" réunissant ces 2 pièces : peux-tu m'en donner les références, Morbidom ? Merci.
Note donnée au disque :       
Nicko › mardi 17 mai 2005 - 16:03  message privé !
avatar
"...parce que je vois pas d'anus béant" --> LOL !