Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › Ultra

Depeche Mode › Ultra

cd | 12 titres

  • 1 Barrel of a Gun [5:35]
  • 2 The Love Thieves [6:34]
  • 3 Home [5:42]
  • 4 It's No Good [5:58]
  • 5 Uselink [2:21]
  • 6 Useless [5:12]
  • 7 Sister of Night [6:04]
  • 8 Jazz Thieves [2:54]
  • 9 Freestate [6:44]
  • 10 The Bottom Line [4:26]
  • 11 Insight [6:26]
  • 12 Jr.Painkiller [2:11]

enregistrement

Abbey Raod, Eastcote, Westside, Strongroom, RAK (Londres, Angleterre), Electric Lady (New York, USA), Larrabee West (Los Angeles, USA), 1996

line up

B.j. Cole (pedal steel), Danny Cummings (percussions), Andrew Fletcher (guitare), Dave Gahan (chant), Martin Gore (guitare, claviers, programmation, chant), Keith Leblanc (batterie), Jaki Liebezeit (percussions), Daniel Miller (system 700), Doug Wimbish (basse), Gota Yashiki (batterie), Victor Endrizzio (percussions)

chronique

Depuis "Music for the Masses", au titre plus qu'explicite, Depeche Mode a su comment s'y prendre pour arriver à ses fins. Empêtré dans une esthétique titubante entre électro et rock, au moment précis où la musique pop vit sa plus belle révolution depuis longtemps, le groupe de Martin Gore partage ses névroses schizoïdes avec tout le monde, affectant à la fois son public et les membres même du groupe. Alan Wilder claque la porte pour de bon, préférant s'occuper plus sérieusement, dit-il, de Recoil. Réactions en chaîne. Tentative de suicide de Gahan. Pour pénitence, ce dernier devra subir les affres de la désintoxication. Des rumeurs persistantes de split. Le contraire eut été étonnant. Alors... Partir. Pour de bon. Ou repartir de zéro. Depeche Mode n'est pas un groupe spécialement meilleur qu'un autre. Seulement, comme souvent, l'adversité et les épreuves de la vie vont se révéler être une occasion unique pour cimenter ce que d'aucun aurait imaginé, voire souhaité, voir s'effriter, jusqu'à s'effondrer sur lui-même. "Ultra" est un disque pesant, habité tout entier par le questionnement et le doute. Pas de cri libérateur pour faire table rase du passé. Trop facile. Depeche Mode va, bien au contraire, se montrer comme jamais, tout en nuance et subtilité. Je ne vous parle pas de "Barrel of a Gun" qui est une antépénultième déclinaison de "Personal Jesus" et "I Feel You". Faut bien bouffer après tout. Si leur précédent disque avait cartonné sans atteindre la réussite de "Violator", "Songs of Faith and Devotion" avait réussi à séduire tout ceux qui, secrètement, esperaient voir le groupe de Basildon usurper la place des quatre intouchables de Dublin, quitte à les singer. C'est précisément ce qui rend à mes yeux "Ultra" bien plus fidèle à l'esprit du groupe ; en dépit d'un choix de production (l'ex-Bomb The Bass, Tim Simenon) qui fait de très grosses concessions au genre trip hop alors à son point le plus culminant, ce disque aligne une série irréprochable de titres aux ambiances tour à tour feutrées et inquiétantes, aux voix interiorisées, d'une nonchalante élégance. Un disque au pouvoir de nécromancien, le réveil lent et douloureux du mort.

note       Publiée le jeudi 16 septembre 2004

partagez 'Ultra' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ultra"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ultra".

ajoutez une note sur : "Ultra"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ultra".

ajoutez un commentaire sur : "Ultra"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ultra".

stankey › dimanche 27 octobre 2013 - 20:01  message privé !

Road movie au crépuscule...Album parfait, peut être le meilleur de ce combo amputé... Passe moi les clopes chérie, dans la boite à gant...on sait pas de quoi demain sera fait.

Note donnée au disque :       
Ramon › vendredi 9 août 2013 - 13:38  message privé !

On redescend doucement, mais alors tout doucement...en fait non, c'est toujours excellent !

Note donnée au disque :       
drexel666 › dimanche 31 mars 2013 - 00:12  message privé !

Le retour de DM après tout ce qu'on connaît Martin Alcoolique dépressif et Dave Junkie a l'héroïne et Alan qui est partie pour etre à 100% avec Recoil. Et bien retour gagne avec une chanson mea culpa Barell of à Gun. Un album bien sombre comme il faut et avec des titres superbes comme Sister of night, Freestate que j'adore, Useless et The Love Thieves très planantes. Un belle album d'un retour gagnent.

Seijitsu › samedi 30 janvier 2010 - 18:32  message privé !

Le meilleur album de Depeche Mode selon moi, même si je pense être une des rares personnes à penser une telle chose. La chronique de Progy explique très bien ce que je pense de Ultra d'ailleurs: un groupe à la frontière de la mort...

Et je rajouterais aussi que la conclusion " Insight " est bouleversante.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 24 octobre 2009 - 22:22  message privé !
avatar

Freestate, Barrel Of A Gun, It's No Good, Sister Of Night font partie des plus grands morceaux de DM. On est à mille lieues de leur dernier niveaux densité, finesse, subtilité fond/forme, arrangements, songwriting et interprétation (le chant de Dave est ici sublime et varié même si globalement c'est posé et non-tubesque, cf Bottom line avec ce chant faussement léger et fébrile, magnifique).

Note donnée au disque :