Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › Music for the masses

Depeche Mode › Music for the masses

cd • 14 titres

  • 1Never let me down again
  • 2The things you said
  • 3Strangelove
  • 4Sacred
  • 5Little 15
  • 6Behind the wheel
  • 7I want you now
  • 8To have and to hold
  • 9Nothing
  • 10Pipmf
  • bonus
  • 11Agent orange
  • 12Never let me down again (aggro mix)
  • 13To have and to hold (Spanish taster)
  • 14Pleasure little treasure

line up

Andrew Fletcher (clavier), Dave Gahan (chant), Martin Gore (claviers, guitare, chant), Alan Wilder (claviers, synthés)

remarques

chronique

Voilà longtemps que je songe à écrire cette chronique, mais comment aborder un groupe aussi énorme que Depeche Mode ? Pour ma part, leur musique est chargée de tant de souvenirs, d'émotions qu'être neutre s'avère tâche bien ardue...Pour me fixer un point de départ, j'ai opté pour l'album qui selon moi incarne la perfection absolue du potentiel du groupe. Ce 'Music for the masses' est non seulement un must absolu dans l'histoire de la musique mais il me semble également le disque le plus sombre, le plus profond, le plus riche d'un Depeche Mode au zénith de sa carrière. Il confirme l'orientation plus sombre des précédents opus et la porte au paroxysme. Ce qui fait leur patte, c'est tout d'abord leur manière unique d'aborder l'art de la musique électronique comme personne en composant hors de tout cliché préfabriqué, tant philosophiquement qu'au niveau des sonorités. C'est ainsi que l'album aborde l'émotion tant du point de vue de la grandiloquence ('Never let me down again', le très sombre et presque symphonique 'Pimpf') que de l'intimiste ('The things you said', 'I want you now', tous deux interprétés par Martin Gore), sans négliger la mélancolie (le très beau 'Little 15', 'Sacred'), une attaque ambient ('Agent orange') ou une pop rythmée légèrement triste ('Strangelove', 'Behind the wheel'). Martin a l'art de combiner des structures complexes, fouillées en matière de sons (samples orchestraux, rythmes à base de respiration, bruits, quelques accords de guitare plus rock,...) tout en conservant à la musique une sorte d'impact direct qui sait frapper droit au coeur. L'autre atout majeur du groupe est le timbre de Dave Gahan, grave et profond, qui donne aux mélodies cette intensité imparable. Si ces éléments font partie du patrimoine Depeche Mode, ils n'ont sur nulle autre galette atteint une telle tension émotionnelle. A leur image de groupe capable de remplir les stades tout en s'attirant la passion des milieux underground, 'Music for the masses' décline un spleen presque naïf doublé d'une noirceur imperceptible qui lui confère ce feeling indémodable après tant d'années...Un sacré putain d'album, tant de fois copié, jamais égalé !

note       Publiée le samedi 20 mars 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Gros Bidon
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Music for the masses" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Music for the masses".

notes

Note moyenne        56 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Music for the masses".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Music for the masses".

Seedzel Envoyez un message privé àSeedzel

Si le duo martin Gore/Dave Gahan reste l'épicentre du groupe pour la qualité du songwriting, il ne faut surtout pas oublier l'importance de Alan Wilder à l'époque dans l'expérimentation musicale. De groupe à synthé eighties, ils sont clairement passés dès black Celebration à explorateurs sonores. Toujours aussi bon cet album en tout cas et, avec le recul, un peu à part aussi je trouve dans leur discographie.

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

... on ne peut plus rien pour toi !

Note donnée au disque :       
Dane Envoyez un message privé àDane

J'ai envie de te demander de quoi tu as abusé avant d'écouter cet album...
Chacun a le droit d'avoir son avis et tu sais sans doute ce que Harry Callahan en pense.
Depeche Mode était au départ un groupe purement électronique donc les boites à rythme ce n'est pas étonnant. Maintenant sans critiquer Ultravox qui était un groupe plus conventionnel au niveau des instruments, on voit ce qu'ils ont fait de leur inspiration pendant que DM a continué à sortir des albums tenant vachement bien la route et en se diversifiant. Pour le savoir il faudrait que tu ne t'arrêtes pas là mais bon si tu restes insensible à "Never let me down again"...

Message édité le 25-06-2022 à 20:14 par dane

Note donnée au disque :       
Gros Bidon Envoyez un message privé àGros Bidon

Décidément je trouve ce groupe sans grand intérêt. Je l'avais classé de base dans les groupes ringards / pop / électronique type "j'abuse des boites à rythme" sans jamais vraiment écouter. Chose faite maintenant et cela confirme mon premier avis. Le lien avec Ultravox est flagrant mais sans jamais atteindre l'inspiration de ces derniers.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

C'est un morceau fabuleux, oui, un voyage. Comme ce disque (ce groupe).

Note donnée au disque :