Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › Violator

Depeche Mode › Violator

cd | 9 titres

  • 1 World in my eyes
  • 2 Sweetest perfection
  • 3 Personal Jesus
  • 4 Halo
  • 5 Waiting for the night
  • 6 Enjoy the silence
  • 7 Policy of truth
  • 8 Blue dress
  • 9 Clean

enregistrement

Logic Studios, Milan, Italie; Puk Studios, Danemark; The Church, Londres, Angleterre

line up

Andrew Fletcher (claviers), Dave Gahan (chant), Martin Gore (chant, claviers, guitare), Alan Wilder (claviers)

chronique

Pochette noire, titre agressif (rien à voir avec le viol, 'rape' en anglais, soit dit en passant), visiblement ce n'est pas cette fois-ci que Depeche Mode trouvera la lumière. Cet album me semble tourner autour de deux pôles philosophiques, la cassure et la transition. Cassure par rapport à la voie amorcée sur 'Some great reward', 'Black celebration' qui avait trouvé sa consécration sur le splendide 'Music for the masses', à savoir une new wave sombre mêlant pop glauque et une certaine forme de lourdeur industrielle. Nettemement moins flamboyant au niveau des sons, 'Violator' est plus dur, sec, avec une production plus dépouillée et directe. L'accent me semble avoir été donné sur l'aspect sombre et clinique des sonorités électroniques (par l'abandon des samplers pour l'usage de synthés analogiques), ce qui est particulièrement marquant au niveau des percussions qui ont perdu leur côté hâché et métallique. Bon point, Martin Gore montre sa volonté de se renouveler et il y parvient parfaitement. Transition par rapport à des racines auxquelles le groupe reste fidèle, le feeling noir des précédents opus et la volonté de concilier une approche pop avec des textures plus profondes, et l'envie d'explorer de nouvelles contrées, notamment en injectant une légère dose de rock'n'roll dans les mélodies qui débouche sur le très bon 'Personal Jesus' dont la guitare préfigure déjà le 'I feel you'de 'Songs of faith and devotion'. Martin Gore semble transformer tout ce qu'il touche en or, les mélodies sont parfaites, l'atmosphère également, perdue entre noirceur pure, sensualité mélancolique ('Waiting for the night' qui évoque un brin Tangerine dream), rythme ('Enjoy the silence','Halo', 'Personal Jesus'), ce qui fait de 'Violator' une réussite de plus à l'actif du groupe qui entre ainsi de plein pied dans les 90's.

note       Publiée le jeudi 25 mars 2004

partagez 'Violator' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Violator"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Violator".

ajoutez une note sur : "Violator"

Note moyenne :        54 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Violator".

ajoutez un commentaire sur : "Violator"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Violator".

Dead26 › vendredi 13 juillet 2018 - 19:42  message privé !

En ce qui me concerne album charnière entre deux périodes DM, du meilleur au moins bon. Album incroyable au son dépouillé 90' et pochette LP poussiéreuse dans le noir. Du rêve au silence !

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 13 juillet 2018 - 19:00  message privé !

Bah... Très subjectif ; je le taxe de " mystérieux " parce qu'il m'échappe, à deux - trois titres près. Et que là, tout de suite, comme à sa sortie, je ne sais pas le noter. Et oui doncques, par exemple, les 6 boules s'imposent pas, hein, du coup .

Richard › vendredi 13 juillet 2018 - 18:43  message privé !

Mystérieux dans quel sens ? :)

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 13 juillet 2018 - 17:01  message privé !

Ici, je l'ai depuis longtemps, et il " m'échappe " . Je le trouve assez mystérieux, ce disque. Peut-être faudrait-il l'écouter en boucle pour mieux saisir

Richard › vendredi 13 juillet 2018 - 15:20  message privé !

Je ne sais pas si c'est le meilleur album de Depeche Mode, mais c'est celui qui me touche le plus encore à l'heure actuelle. Mes six boules sont donc plus de l'ordre émotionnel que purement artistique.

Note donnée au disque :