Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › Spirits in the Forest

Depeche Mode › Spirits in the Forest

95:00 • 1 titre

  • 1Spirits in the forest95:00

enregistrement

Réalisé par Anton Corbijn, John Merizalde, Pasqual Gutierrez 2018-2019

line up

Andrew Fletcher (claquettes sur un mètre carré), Dave Gahan (crooner sombrex), Martin Gore (guitares, chants, choeurs, claviers)

Musiciens additionnels : Peter Gordeno (claviers, basse, choeurs) ; Cristian Eigner (batterie, percussions)

remarques

Film disponible en VOD sur différentes plateformes numériques.

chronique

Styles
electro
pop
rock
Styles personnels
distance sociale parfaite

Anton Corbijn est un escroc. Ou une feignasse, à vrai dire je ne sais quoi penser après le visionnage de ce euh… documentaire ? En premier lieu, le titre de ton film mon cher Anton : les esprits OK, je vois, Depeche Mode et ses fans...et puis oui bien évidemment, le lien avec le titre du dernier album du groupe et de la tournée qui l’accompagne. Mais la forêt ? Aaaaaah d’accord, le lieu des concerts... "Waldbühne", "la scène dans la forêt"… hum, ouais, un point pour les hippies qui suivent au fond. Concerts dont on ne verra que quelques itérations filmées sans enthousiasme pour illustrer les témoignages des six participants au film. L’intention était bonne, le groupe est absent du métrage la plupart du temps, et le principe de faire partager l’expérience unique de fans du monde entier, de la Mongolie à Perpignan (oui, PerpignanG !) dans des contextes socio economico politiques divers et variés est intéressante. Seulement voilà "Spirits in the Forest" n’est pas "101" et Corbijn n’est pas Pennebaker. Capturer l’air du temps, jouer sur les émotions intelligemment pour convoquer la sympathie voire l’affection, mettre en perspective un artiste et ses fans, voilà ce qui manque cruellement à "Spirits". On sait pourtant Corbijn capable de flamboyance et d’émotions quand il s’agit de mettre en scène Depeche Mode (voir le Devotional tour et même le live de la tournée précédente), mais ici on patauge dans le creux, on nage dans l’ennui, on sombre dans le ZZZzzzzz...oups, pardon. Ça commence en Mongolie avec la gentille étudiante-guide touristique qui nous explique comment elle a découvert DM (j’imagine bien Gengis Khan, chevauchant et décapitant à tout va en chantant "I’m taking a riiiide with my best friend !"), puis on se retrouve en Colombie avec le gars qui a monté un groupe choupinou de reprises de DM avec ses deux gamins, la Roumanie sous la dictature avec un type qui achète des cassettes du groupe sans pouvoir les écouter, le Brésilien gay expatrié à Berlin qui peut remercier Martin Gore, l’Américaine (parce que oui hein, quand même) victime d’un cancer et la Française (PerpignanG!) qui a survécu à un accident mais en a perdu toute mémoire de sa vie passée à l’exception de DM ! (Twilight Zone mode !). Si l’on m’avait affirmé un jour que Corbijn en serait venu à réaliser une émission spéciale de Strip-Tease, j’aurais pouffé. D’ailleurs, je pouffe là, hein, sans son ni image, mais croyez-moi, je pouffe. Le plus gros souci dans tout ce fatras, c’est la mise en scène sans imagination du Néerlandais. Certains interventions traînent en longueur tandis que d’autres auraient méritées d’être développées, l’alternance avec les extraits de concerts est bancale et téléphonée (« Lift the receiver... »), bref, it’s a fuckin’ mess! Oui j’exagère certainement, mais voyez-vous, on parle de Depeche Mode quand même, et sans éclat en plus. Donc, ce contenu dématérialisé se verra re-matérialisé avec les concerts dans un contenant recyclable (la forêt enfin, suivez donc tas de communistes new ageux) début Mai, ce qui veut dire que je me fendrai très certainement de l’objet tel le fan consumériste confiné, histoire de cracher ma bile sur le concert (ou pas, mais j’ai comme un mauvais feeling…). Et sachez-le, ça me fait mal de mettre deux bouboules à l’un de mes groupes fétiches, mais le pire, c’est que je pense pouvoir en gratter une sans réveiller l’autre...

note       Publiée le samedi 4 avril 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Spirits in the Forest".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spirits in the Forest".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spirits in the Forest".

allobroge › jeudi 2 juillet 2020 - 23:43  message privé !

L'album live CD vient de paraitre et c'est un bijou peut etre leur meilleur. Un Dave incandescent, une tracklisting délectable avec des versions différentes ( ils m'ont meme fait réapprécier la scie plutot gonflante "Never let me down" incroyable !) , le son du public en avant et un batteur enfin à la hauteur, la totale. Et cerise sur le gateau, le documentaire de Corbin sur les fans "bras cassés" de DM esT pertinent et m'as bien plu.

Note donnée au disque :       
Dane › samedi 4 avril 2020 - 18:21  message privé !

Je n'étais pas attiré par le sujet et maintenant je le suis encore moins. Tout comme je n'ai pas eu envie d'aller à un concert de la dernière tournée même si j'ai adoré "Spirit".