Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › 101

Depeche Mode › 101

cd1 | 9 titres

  • 1 Pimpf
  • 2 Behind the wheel
  • 3 Strangelove
  • 4 Sacred
  • 5 Something to do
  • 6 Blaspehmous rumours
  • 7 Stripped
  • 8 Somebody
  • 9 Things you said

cd2 | 11 titres

  • 1 Black clebration
  • 2 Shake the disease
  • 3 Nothing
  • 4 Pleasure little treasure
  • 5 People are people
  • 6 A question of time
  • 7 Never let me down again
  • 8 A question of lust
  • 9 Master and servant
  • 10 Jus can't get enough
  • 11 Everything counts

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré live le 18 juin 1988 au Rose Bowl de Pasadenas, USA. Mixé à Londres

line up

Dave Gahan (chant), Martin Gore (chant, synthés, percussions), Alan Wilder (choeurs, synthés, percussions), Andrew Fletcher (choeurs, synthés)

chronique

Route 66 ? Bon pour les bikers post-hippies, ceux qui se croient un blase de Peter Fonda et voient la liberté dans le fait de rouler sans casque. En 1988, c’est Depeche Mode qui sillonnent les USA et ça fait autrement plus de bruit qu’un tuyau d’échappement. Autant vous avertir, demeurer objectif va être ardu en ce qui me concerne tant ce disque aura bercé nos 18 ans (et les années d’après pour ma part) avec le pote alors que nous nous morfondions dans le Sud de la France à crever de chaud dans nos fringues noires. Il faut dire que nos quatre Britons sont alors à un zénith de leur carrière après avoir frappé un ultime grand coup en sortant ‘Music for the masses’, les vidéos de Corbijn qui vont avec, histoire d’entériner un succès croissant depuis leurs débuts. Pourquoi ne pas immortaliser ça avec un premier live ? Après une tournée marathon débutée en Europe avant de suivre au Japon, revenir sur le Vieux Continent (Est compris) et de se conclure par une traversée des USA (avec deux dates au Canada en passant), le combo opte pour leur 101ème et ultime date, Pasadenas le 18 juin 1988 (en plus, c’est la date de mon anniversaire !). Vingt titres répartis sur deux cds, rien que ça, un DVD, un concours filmé permettant à quelques jeunes fans américains de se rendre au concert avec traitement V.I.P…C’est vous dire si on est dans le titanesque. Le pari était courageux, comment livrer un bon concert alors qu’on tourne depuis presque deux ans à un rythme effréné ? A moins qu’il ne s’agisse de l’ultime poussée d’adrénaline ? Avec un combo de la trempe de Depeche Mode, c’est la seconde solution qui s’impose. Et tout aura été mis en oeuvre. le son est excellent, la play-list du tonnerre en proposant la quasi intégralité de ‘Music for the masses’ accompagnée de la plupart des plus grand succès précédents. 75.000 fans en délire, c’est dire si l’ambiance est électrique et Dave Gahan, showman de première, ne fera rien pour la laisser retomber. Il remercie chaleureusement le public à maintes reprises, dynamise les troupes entre les morceaux…Oui, oui, super, mais Depeche Mode est un groupe électronique qui ne joue que des bandes préenregistrées, donc les voir sur scène…Sauf que non, Martin Gore a toujours composé comme un vieux, avec sa guitare et son piano, la recherche sur les sons vient ensuite; de plus, Dave, non content d’être un chanteur hors-paire, se sent chez lui sur scène et le montre (votre serviteur était à la date de Besançon de la fameuse tournée et peut témoigner, surtout qu’il s’agissait du tout premier concert pour sa petite crête crêpée et ses rangers pourries). Avec la puissance du son, une approche légèrement plus dépouillées des orchestrations mettant les percussions et leur touche industrielle spécialement en valeur, les ingrédients étaient réunis pour passer un bon moment même si effectivement, les chansons ne dévient pas fortement de ce que l’on trouve sur album (quoique le final ou ‘Just can’t get enough’ bien plus dynamique que la version studio). Toujours est-il qu’écouter ce double à plein tube au casque, c’est comme se sentir le 75001ème spectateur de cette soirée. Et cette play-list ? Vous avez vu ? On frise le best of de l’époque si l’on avait pu remplacer le mièvre ‘Somebody’ par ‘Pipeline’ (ou 'Pimpf dans son intégralité et non l'intro tronquée ici présente) mais je chipote. Madeleine de Proust ? Pas uniquement, je crois. Le groupe aura attendu 9 ans et six albums pour sortir son premier live, ce n’est pas pour rien. Le choix d’un stand de merchandising pour la pochette démontre aussi le recul des musiciens sur eux-mêmes. Comme l’expliquait Dave à propos du DVD, montrer les vendeurs avec leurs cartons remplis de dollars après la vente de merchandising était un choix avisé du réalisateur, inutile de cacher cet aspect du métier aux fans; Depeche Mode selon lui a toujours travaillé dur et mérite l’argent gagné. Vu la magie unique distillée par le combo, je ne puis lui donner tort.

note       Publiée le mercredi 13 février 2019

partagez '101' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "101"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "101".

ajoutez une note sur : "101"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "101".

ajoutez un commentaire sur : "101"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "101".

Dane › vendredi 15 février 2019 - 18:27  message privé !

J'ai voulu l'écouter en voiture cette semaine et me suis rendu compte que je ne l'avais pas mis sur le tel à la pomme... Comme quoi, je dois être un fan de pacotille. K7 tellement écoutée que la bande s'est pétée. Pareil que Fabb74, je possède les mêmes formats et j'ai gardé la K7 par nostalgie. J'ai été déçu par le DVD car il ne comportait pas de sous titres français (j'ai tjrs la VHS mais pas le magnéto). Moi c'est "Everything Counts" qui me scotchait en étant gamin, je l'ai écouté en boucle et à présent je la trouve vraiment cul-cul. C'est vrai que "Pimpf" en intro suivi de "Behind The Wheel", ça mettait une bonne claque. Par contre j'ai vu le DVD à 0.50€ le week-end dernier dans une boutique, symboliquement ça m'a un peu interpellé...

Twilight › jeudi 14 février 2019 - 10:49  message privé !
avatar

C'est vrai que le DVD vaut son pesant de cacahuètes aussi

Note donnée au disque :       
Fabb74 › jeudi 14 février 2019 - 10:11  message privé !

Culte de chez culte ! Le Live de toute une génération ! Je dois avoir en plus du double CD, la k7 de l'époque, la kz video et le DVD. Never let me dowwwwwnnnn et ses fameux mouvements de bras présents à tous leurs concerts, amènent toujours chez moi une émotion qui n'a jamais faiblit.

Dead26 › jeudi 14 février 2019 - 07:39  message privé !

Usé jusqu'à la corde. Quand je sais pas lequel DM choisir (voiture, ménage, biture) c'est toujours le 101 avec son intro dantesque Pimpf et je t'enchaîne les titres d'anthologies pour une compile live des plus culte.

Note donnée au disque :       
Richard › jeudi 14 février 2019 - 06:04  message privé !

Pas toujours évident l'intérêt d'un live, mais lorsque l'on voit ce concert, il s'impose naturellement de lui même. Superbe.

Note donnée au disque :