Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDepeche Mode › A broken frame

Depeche Mode › A broken frame

cd | 11 titres

  • 1 Leave in silence
  • 2 My secret garden
  • 3 Monument
  • 4 Nothing to fear
  • 5 See you
  • 6 Satelite
  • 7 The meaning of love
  • 8 Further excerpts from 'My secret garden'
  • 9 A photograph of you
  • 10 Shouldn't have done that
  • 11 The sun and the rainfall

enregistrement

Blackwing Studios, Londres, Angleterre, 1982. Produit par Daniel Miller et Depeche Mode

line up

Andrew Fletcher (musique), Dave Gahan (chant), Martin Gore (chant, musique, programmation)

chronique

Styles
new wave
pop
Styles personnels
synthie pop

Au final, il n'est pas si mal ce 'Broken Frame'...Moins de trois ans auparavant, je ne tenais pourtant pas le même discours et il m'a fallu du temps. En réalité, c'est un certain d'état d'esprit qu'il m'a fallu modifier car, il faut bien le reconnaître, les deux premiers albums de Depeche Mode sont à part dans leur discographie et requièrent un certaine 'mise en condition' pour les apprécier. J'avais toujours aimé le groupe pour la richesse de ses arrangements, le travail de recherche sur les sons et l'aspect mélancolique de ses mélodies, or 'Broken Frame' est un disque froid, plutôt dépouillé dans sa production, pas foncièrement original par rapport aux concurrents de l'époque. Le déclic s'est fait à force de fréquenter certaines soirées où la minimal wave est reine, j'y ai découvert une nouvelle manière d'aborder les compositions. Faisant fi de ce que l'on connait de nos Anglais (je sais, ce n'est pas si évident vu leur carrière spectaculaire), pourquoi ne pas se pencher sur 'A broken frame' comme sur un simple album de pop synthétique ? Dans mon cas, ça a fonctionné; je n'affirme pas certes que nous tenons un chef-d'oeuvre, certaines pièces se révélant un peu niaises ('A photograph of you', 'The Meaning of love' trop sautillant à mon goût et trop proche de la variété) mais néanmoins une poignée de titres capte l'attention et avec un certain recul, mettent la puce à l'oreille quant à la suite de carrière du groupe. Comme ouverture, c'est parfait, voilà mon favori, 'Leave in silence', débutant de manière assez traditionnelle par le beat, quelques 'bip bip', mais bien vite une mélodie s'installe, quelques accords comme perdus dans une production dépouillée, sans chaleur, marquée par la sécheresse de la boîte, terrain fertile pour l'arme secrète de Depeche Mode, Dave Gahan. Notre homme est pourtant loin de dévoiler la profondeur de timbre qu'il façonnera par la suite mais sa voix encore un peu adolescente se coule à merveille au milieu des sonorités synthétiques, soutenue par la petite touche de Martin Gore (signant toutes les musiques et les paroles) qui a déjà le chic pour placer une petite mélodie triste au moment adéquat. J'aime beaucoup aussi le final 'The sun and the rainfall' (découvert grâce à une reprise du groupe gothic rock The Merry Thoughts); si le refrain manque de pêche à mon goût, il compense par l'accroche du morceau. Pour le reste, nous trouvons du bon, 'My secret garden', éventuellement 'Monument' (dont la rythmique d'intro évoque des échos de 'Freelove' des années plus tard), 'Satellite', moins conventionnel dans l'écriture et plus sombre; sa lenteur évoque le mouvement mécanique et saccadé d'un automate désarticulé (c'est fou comme je pense au 'Stranger' de Tuxedomoon en l'écoutant). Aussi inattendu que cela puisse sembler, le quatuor prend le risque de nous livrer deux pièces instrumentales ('Nothing to fear', très cold disco dans son feeling et une autre version de 'My secret garden'); loin d'être suicidaire l'essai réussit grâce au potentiel dansant des chansons en question. Que penser de 'Shouldn't have done that' ? Je n'en sais trop rien mais sa construction rythmique bizarre, ses superpositions de voix comme dans une chorale ne me déplaisent pas totalement. Pour le reste, je l'ai dit, c'est trop léger, l'intérêt de ce disque est justement ce spleen qui affleure encore à peine ici mais qui va se façonner et devenir partie intégrante du son Depeche Mode. Du coup, je me suis autorisé à redonner une chance à 'Speak and spell': verdict d'ici peu.

note       Publiée le mardi 2 novembre 2010

partagez 'A broken frame' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A broken frame"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A broken frame".

ajoutez une note sur : "A broken frame"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A broken frame".

ajoutez un commentaire sur : "A broken frame"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A broken frame".

Ramon › vendredi 9 août 2013 - 13:25  message privé !

Trop belle la pochette, et dedans ? bah c'est bien aussi, un peu moins radio friendly que le premier, quoique...

Note donnée au disque :       
stankey › mercredi 5 juin 2013 - 20:07  message privé !

Entièrement d'accord: une belle composition ! Peu importe le message naïf (association de celui ci et du suivant).

22goingon23 › mercredi 5 juin 2013 - 19:45  message privé !

Et cet artwork magistral : on dirait une toile du tourmenté Constable croisée avec un Brueghel le laborieux ménestrel !

zugal21 › mercredi 5 juin 2013 - 16:31  message privé !

Très attaché aussi à ce DM. Une forme de douceur tristoune très pure.

Note donnée au disque :       
stankey › mercredi 5 juin 2013 - 15:26  message privé !

Pareil que novy. J'y retrouve quelque chose d'innocent qui ne passe pas forcément pour niais.