Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDarkthrone › Astral Fortress

Darkthrone › Astral Fortress

cd 1 • 7 titres • 39:59 min

  • 1Caravan Of Broken Ghosts
  • 2Impeccable Caverns Of Satan
  • 3Stalagmite Necklace
  • 4The Sea Beneath The Seas Of The Sea
  • 5Kevorkian Times
  • 6Kolbotn, West Of The Vast Forests
  • 7Eon 2

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter : devenez membre.

line up

Fenriz ((a.k.a "Infidel Castro") batterie, synthétiseurs, snus), Nocturno Culto (chant, guitares, basse, mellotron)

remarques

L'avant-dernier titre instrumental porte le nom du bled où Fenriz a été élu conseiller municipal en 2016.

chronique

Styles
metal
doom metal
Styles personnels
grey metal -> oldarkthrone

Tiens tiens, je crôa n'avoir jamais crow-niqué Sombretrône. Le chaource m'en tombe du bec ! Bingo : y en a un nouveau. Odin me dit "vazy, tu procrastines trop". Bon, déjà, remarquons, en bon chroniqueur consciencieux, un titre inspiré par le premier album de Van Morrison et... Fortress, avec Christophe Lambert. Ou pas. Ensuite, enfin, plutôt Surtout : savourons une jolie pochette "sports d'hiver", avec l'incrustation méta-metal autoréférence sur le vêtement, de la vraie mise en habit, mmmh. Seuls les "puristes" et les trve ducs, ces pauvres bonshommes de neige fondus, peuvent trouver à redire devant une pochette pareille, venant d'un groupe pareil. Notons que, même si on dirait encore la blagounette un peu : il n'y a pas de gros pompon sur le bonnet. Cela aurait été trop facile, comme de chanter tel un Michel Noir oublié dans la nuit "Hail des neiges, mon cœur amoureux". L'amour du métal chez Darkthrone, c'est un peu comme l'amour du hip-hop chez Stupeflip : même quand ça ricane ça sent la crainte, et l'isolement. Dans l'espace, dans le temps. Au-delà du premier et du second degré - même si on parle en Celcius ! Darkthrone évoluent dans une zone sale et dangereuse nommée PLAISIR. C'est très sérieux, le Plaisir. Ils sont depuis un bail - si pas le début au final - à 10000% guidés à l'instinct, au flair pur, au doigt gelé. Moins truffier qu'Old Star, moins Folisofem qu'Eternal Hails, moins bivouac balisé qu'Artic Thunder, le heavy boréal d'Astral Fortress semble baigné d'une lueur du fond des âges, sa lueur à lui, avec sa teinte à elle dans la disco, telle la subtile saveur psychédélique de la magnétique "The Sea Beneath The Seas Of The Sea" avec son Riff-Fatalité au milieu, son synthétiseur de l'ère soviétique, et son intro/outro magique comme une ballade en Californie joué depuis la Scandinavie... ou Pluton. C'est grand et tout gris, c'est un peu facile tout ce gris, partout ? Mais quand ce gris... Luit ? Oldarkthrone, ça lugubrille, oui... Comme cet amour non démenti du riff vintage qui lézarde, de l'ambiance occulterne. Témoins du metal au naturel, Gardiens du fait-main, Meilleurs artisans : appelez-les comme bon vous semble, ces deux loustics sont aussi précieux que des gargouilles. Prenez juste ce premier morceau à la fois vaillant et abattu, d'un Darkthrone qui a empaillé son dernier husky, cloué la luge au mur, mais qui a une faim de loup, ou mieux encore l'enchaînement "Impeccable Caverns of Satan" et "Stalagmite Necklace" : au-delà de ces énièmes intitulés rabelaisiens, ça mâche du grésil et ça gronchogne, ni doom ni black, un peu des deux, "osef-metal", avec une espèce de groove famélique et hirsute, et ce ton morne et gouleyant à la fois qui me dit "Darkthrone, aussi essentiels sur mon étagère que le Morgon dans ma cave". Astral serait-il un des albums les plus atmosphériques de Darkthrone ? Ou juste l'un des plus feignants ? Et pourquoi pas... L'un des plus étranges ? Ce qui est sûr, c'est que c'est de la musique d'artisans au firmament de leur labeur, avec le savoir-faire des burineurs au long cours, l'instinct des skieurs de fond de sauce. Le Metal c'est à la fois leur hobby, et leur raison d'être sur cette Terre gelée. Ils en font pas pour faire joli ou impressionnant comme tant d'autres : ils en font parce que ça leur picote les doigts, comme le froid. Usés, lancinants (hey Nocturno, tiens bien le micro, reste avec nous !), que ce soit dans le ralenti, l'accéléré, riff, griffes, solo, soli, solos ? On s'en bat la gratte : Darkthrone est par-delà tout tempo, tout sous-genre - même quand il fait de la NWOBHM comme sur l'entame du final. Sur Astral Fortress, Darkthrone fait du Darkthrone lunaire, mijoté, et il le fait bien, l'œuf mollet est cuit au feu follet. D'façon Darkthrone même quand c'est mou c'est dur, c'est comme Papa dans Maman après une soirée bien arrosée, ou les nougats de Montélimar, remember : c'était hier, dans un sachet, là c'est pareil, c'est dans la cellophane, mais c'est plus vieux qu'Aristophane, et le bouquet est fané, c'est un herbier primordial, un pâté de passé, le sang séché des guitares électriques de toutes époques, le son des poils du temps qui meurt, son museau cendré scrutant nos modes et tendances futiles... C'est un fjord houblonneux qui te dit "C'EST ICI TA MAISON". Si l'occiput acquiesce avant le cerveau, c'est du bon Darkthrone. Si tu grelotes en headbanguant, c'est que t'es bien arrivé chez Rizou et Nono, qui te font du neuf avec du vieux, enfin plutôt du déjà vieux avec du vieux, quelque part où le temps n'avance presque plus, tout congelé des aiguilles, comme ces sapins au loin sous ton nez. Un album de vrais bons gars soucieux de la bonne tambouille maison sous leurs longs cheveux grisonnants, tristes-heureux dans leur grey metal. Un album que je trouve singulièrement beau quand il lâche les traces dans la neige, pour se laisser dériver dans ses songes... Un énième album qui va rejoindre la méga-pile, prendre tranquillement du grade. Et de la patine. LOL, MDR, XPTDR.

note       Publiée le samedi 5 novembre 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Astral Fortress".

notes

Note moyenne        14 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Astral Fortress".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Astral Fortress".

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

Allez, une demi-boule de plus après la quatrième écoute sérieuse, et une demi-boule d'honneur pour longévité/pugnacité, et on arrive à un petit 5 boules pour moi.

Note donnée au disque :       
kama Envoyez un message privé àkama

Vous craquez les gars, elle est top cette pochette! Fenriz avec son vieux hoody Panzerfaust faire sa ballade matinale dans la neige, y'a pas plus trovbevmevh. Tu voulais quoi, une énième pochette periode Circle the wagon? Ils ont ""changés"" de style, fallait marquer le coups...

Message édité le 11-11-2022 à 08:49 par kama

Note donnée au disque :       
stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

En tout cas, si le but d'une pochette est d'attirer l'oeil, la case est cochée, et de bien belle manière. Évidemment, elle ne fait pas BM pour un sou, mais ça fait longtemps que DT n'en fait plus, donc pour moi, tout est cohérent.

Note donnée au disque :       
zugal21 Envoyez un message privé àzugal21

@Shelleyan : Sûr ! Et ça marche aussi avec un monoski ou une planche !

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan  Shelleyan est en ligne !
avatar

@Zugal21, la surf music du black ? ^^