Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDarkthrone › The underground resistance

Darkthrone › The underground resistance

cd | 6 titres | 41:41 min

  • 1 Dead early [04:49]
  • 2 Valkyrie [05:14]
  • 3 Lesser men [04:55]
  • 4 The ones you left behind [04:16]
  • 5 Come warfare, the entire doom [08:38]
  • 6 Leave no cross unturned [13:49]

line up

Fenriz (chant [2, 4, 6], batterie, basse [4]), Nocturno Culto (chant [1, 3, 5], guitares, basse)

chronique

Styles
metal
heavy metal
thrash metal
metal extrême
Styles personnels
metal 80's old-school

Darkthrone... Un groupe culte qui n'a finalement jamais arrêté de provoquer les gens. Cela fait près de 15 ans qu'ils continuent à sortir des albums qui n'arriveront jamais à éclipser la trilogie infernale du début des années 90 ("A blaze in the northern sky", "Under a funeral moon" et "Transilvanian hunger"), même si vous savez bien que moi, c'est pas trop cette période que j'aime chez eux. Cependant, pour les fans, c'est différent. Et depuis ce temps, le groupe n'a eu de cesse de sortir des albums toujours ultra-épurés, plus trop en lien avec le black metal de cette trilogie et toujours à contre-courant. Si on regarde la démarche du duo (et surtout celle de Fenriz), ça a toujours été de faire l'inverse de ce que les gens attendaient d'eux. Après toute une série d'albums plus ou moins réussis et plus ou moins diversifiés dans une ambiance très punk, les voilà qui brouillent à nouveau les pistes avec cet "Underground resistance". Et là, cette fois-ci, ils nous font le coup de la touche heavy metal traditionnel !! Là, niveau cliché, il y en a encore des tonnes. Fenriz n'est là que pour provoquer. Les morceaux sont directement issus de la NWOBHM. Déjà, on sentait que ça le démangeait sur les albums précédents avec tout un tas de références et de listes de recommandations très old-school années 80, mais là, ça y est, c'est totalement assumé !! Musicalement, il s'agit d'un album toujours old-school, très heavy metal, et à la sauce Darkthrone. Et là Fenriz pousse même le bouchon jusqu'à chanter en chant clair et metal. Autant dire que la première écoute est déconcertante !! Sur les 6 morceaux, les titres impairs sont chantés par Nocturno Culto et les titres pairs par Fenriz. Donc autant dire que sur les titres 2, 4 et 6, on est à fond dans le cliché du metal 80's bas du front taillé pour la scène à headbanger à mort. Un titre comme "Valkyrie", c'est clairement du metal à la Helloween des débuts !! Je n'aurais jamais pensé mettre ça un jour sur une chronique de Darkthrone. Quand Fenriz commence à partir dans les aiguës... What the Fuck !!! Les autres titres chantés, par Nocturno Culto, sont un peu plus conventionnels avec un chant classique Darkthrone. Musicalement, même si ça reste toujours très direct, on peut noter des structures plutôt alambiquées, des changements de rythmes et de parties. Il s'agit peut-être de l'album le plus diversifié et avec le plus de changements de rythmes depuis leur premier album, "Soulside journey" (je n'ai pas non plus dit qu'il était aussi technique !) ! La réussite de l'album tient en une chose : la capacité du groupe à sortir des riffs inspirés ! Faut bien l'avouer, il y a un super groove, les parties speed sont très bonnes, les enchaînements et les évolutions des morceaux sont vraiment bien sentis. Ce n'est pas l'album de l'année, mais ça s'écoute vachement bien. On sent vraiment que Fenriz est authentique quand il parle de sa passion pour le metal des années 80. Le seul véritable point noir se situe au niveau de la longueur vraiment excessive de certains titres notamment les deux derniers avec pas mal de remplissage. "Come warfare, the entire doom" est particulière lourde (dans le mauvais sens du terme), le seul véritable mauvais titre de l'album et assez long par-dessus le marché ! "Leave no cross unturned", c'est quand même près d'un quart d'heure pour un morceau très direct avec un refrain fait pour la scène (bizarre pour un groupe qui ne fait plus du tout de concerts !) pour faire chanter tous les metalleux, d'une efficacité redoutable et très cliché (mais vraiment !). Mais après, au bout de 6-7 minutes, on sent que ça s'essouffle et la deuxième partie est assez poussive. Mais dans l'ensemble, ce 16ème album (ah ouais, quand même !) s'écoute plutôt bien. Encore faut-il passer les premières écoutes vraiment déroutantes ! Et puis, comment finir sans parler des photos du livret ? Fenriz se surpasse pour nous proposer des photos de plus en plus grotesques. On connaissait Fenriz qui fait du camping. Voici Fenriz qui court dans un champ, qui fait du ski de fond, Fenriz avec son chien... Bref, beaucoup de provoc', de dérision, dans le but de toujours faire chier son monde. Finalement, Darkthrone n'a pas changé tant que ça, seulement sa musique, et encore, avec le recul...

note       Publiée le samedi 13 juillet 2013

partagez 'The underground resistance' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The underground resistance"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The underground resistance".

ajoutez une note sur : "The underground resistance"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The underground resistance".

ajoutez un commentaire sur : "The underground resistance"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The underground resistance".

Demonaz Vikernes › lundi 23 janvier 2017 - 11:53  message privé !

Pas l'album du siècle, mais ça se laisse écouter.

Note donnée au disque :       
Nicko › mardi 8 novembre 2016 - 14:52  message privé !
avatar

Le dernier, je le trouve pas mal pour l'instant (2-3 écoutes). Y'a pas l'effet de surprise de cet Underground resistance et il lorgne un peu plus vers le passé du groupe.

Note donnée au disque :       
Rastignac › mardi 8 novembre 2016 - 12:37  message privé !
avatar

ben ça y est je l'ai dans la tête maintenant, alors que j'essaye de comprendre In the WOods. Bon, c'est mal barré.

born to gulo › mardi 8 novembre 2016 - 11:52  message privé !

Valkyrie, quoi.

Note donnée au disque :       
dimegoat › mardi 8 novembre 2016 - 11:32  message privé !

Ouais et puis les riffs! Du premier au dernier, il y a de quoi lever son poignet clouté très haut vers le ciel qui rougeoie du sang des ennemis de l'underground

Note donnée au disque :